Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 19:14

http://ecx.images-amazon.com/images/I/416dMCZlnfL._SL160_.jpgCe livre est bouleversant.

C'est le premier roman que je lis d'un écrivain haïtien .

Le livre est composé de quatre parties, ayant chacune comme titre un prénom de l'un des protagonistes, les prénoms ont une grande importance dans cette histoire, changeant en fonction de l'évolution sociale ou politique comme pour effacer un passé que l'on veut laisser un peu loin derrière soi.

La premiere partie est racontée par Dieudor/Mathurin qui a quitté sa campagne natale pour s'installer comme avocat à "la capitale", la narration est gentillette,avec la description des travers des uns et des autres et puis tout bascule avec l'irruption de Charlie qui va nous faire plonger dans  la misère des gosses des rues, des orphelins recueillis par un prétre, le systéme de la débrouille , les clans avec ses amitiés fortes et la rencontre de deux mondes qui ne sont pas faits pour vivre ensemble, des enfants de riches jouant aux révolutionnaires face aux jeunes qui se révent un avenir meilleur, une étoile qui brille.

 Ce face à face finit, mal, dans le plus sordide des bidonvilles.

Ce n'est pas un livre larmoyant, c'est fort et cela s'achève au village avec une  note d'espoir, c'est BEAU.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 15:15

j'étais curieuse de découvrir cet écrivain loué pour son dernier ouvrage, "le Turquetto" et j'ai eu  beaucoup de plaisir avec ce roman bien écrit, de lecture agréable http://ecx.images-amazon.com/images/I/51YvIFAEeML._SL160_.jpg.

Histoire de désirs, de passions sous le chaud soleil grec, et bien sur de trahisons et de mensonges qui dicteront le destin de Pavliva à la recherche de sa fille qui lui a été retirée dès  sa naissance.

Sa douloureuse et obsessionnelle quête la conduira de la Grèce à Genève.

Les personnages entourant la jeune fille sont attachants, pleins de vie où l'amour et la haine sont le fil conducteur, la recherche de la rédemption et la vengeance se cotoient.

Très bon livre !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 18:38

Cela faisait un bout de temps que j'avais envie de lire ce livre et je n'ai pas été déçue!

L'histoire est dans un premier temps surprenante , l'adoption du pingouin proposée par le zoo qui ne peut plus nourrir ses pensionnaires, les articles commandés à Viktor qui sont des nécros, ses petites croix noires , l'argent qui arrive par surprise la nuit dans son appartement...

Tout cela a un aspect un peu déroutant quand on ne prend pas en compte le contexte politique de cet ex -pays sovietique .

La naïveté de notre héros refléte sans doute ce que vivaient ces gens entrainés malgré eux dans un engrenage de violence et de morts suspectes.

On est surpris aussi par le besoin de nouer des liens avec les gens que l'on rencontre, cette amitié qui se crée sans ambage entre les hommes, la solidarité dont ils font preuve comme pour se protéger des puissances supérieures,  inconnues et malfaisantes.

Ce roman laisse cependant un sentiment de tristesse car on quitte notre héros sans nouvelle de Micha, son pingouin  et loin de Sonia, la petite fille qui lui a été confiée.

J'aurais du acheter d'emblée la suite !!!

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 16:24

S'il fallait énumérer tous les malheurs, toutes les péripéties et brimades, et encore le terme est faible,vécus par le jeune héros mi-indien, mi-blanc cela apparaitrait comme une liste pénible mais l'auteur réussit à rendre l'histoire de ce gamin, racontée par lui-même vibrante d'humour et de tendresse avec des rencontres de personnages tous plus atypiques les uns que les autres souvent malmenés par la vie.

Ce n'est pas la cour des miracles mais une incroyable foi dans la vie et un bel hymne à l'amitié.

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51C1WYA431L._SL160_.jpgJ'ai passé un excellent moment avec Edgar et ce petit gosse avec sa machine à écrire  sous le bras restera marqué dans ma mémoire.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 17:18

Une première rencontre pour moi avec cet auteur islandais et son  inspecteur Erlendur.

J'ai été déçue: ce n'est pas déplaisant à lire mais avec une impression de déjà vu (ou lu).

Des histoires personnelles d'Erlendur avec le drame survenu pendant son enfance d'où son obsession des disparitions non élucidées , son divorce et ses relations tumultueuses avec ses enfants, la pseudo-intrigue avec ses racines dans un drame familial, la cupidité de l'entourage de la victime enrobée dans un tissu de mensonges ne sont pas spécialement originaux.

Reste les paysages d'Islande, ses champs de lave  et ses lacs gelés.

Ce qui me surprend  c'est que peu de lecteurs ont une opinion mitigée, suis-je trop difficile?

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 15:44

Une fois de plus, j'ai été charmé par ce roman.

C'est toujours la même histoire, la mort et le suicide, la perte d'un être cher, le mal-être qui ne dit pas son nom, l'incompréhension des parents et les paysages maritimes avec le spectre des falaises.

 L'histoire se déroule en grande partie au Japon avec une description tellement belle et poétique que cela m'a donné envie d'aller me promener par les mêmes chemins, d'errer dans les temples, moi qui avais plutôt une vision plus matérialiste de ce pays.

Merci Monsieur Adam, j'aime toujours autant ce que vous faites.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 15:17

Je suis perplexe après la lecture de ce roman: ayant beaucoup aimé les livres les plus récents de Claudie Gallay, je suis friande de ses écrits mais celui ci, publié en 2006 ne m'a pas apporté le même plaisir.

Le malaise du narrateur laisse une impression de gêne, je n'ai pas réussi à le trouver attachant, son personnage restant trop  enigmatique pour moi.

L'écriture est également plus hachée, moins poétique.

J'ai eu l'impression que la vieille dame Alice qui profite de sa présence pour lui narrer ses aventures et lui livrer son lourd secret ressentait le même sentiment vis à vis de cet homme, une rencontre de hasard et l'opportunité de se raconter à un inconnu .

L'irruption dans ce roman de l'histoire des indiens Hopi et le séjour d' André Breton parmice peuple sont d'autant plus interressants qu'il s'agit d'un épisode véridique et que les personnages ont existé , cela constitue la partie la plus captivante à mon avis.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 16:43

A la demande de son fils qui doit remplir un arbre généalogique pour sa maitresse, la narratrice retrace le parcours de ses aïeux et en particulier de son Arrière grand-mère Amalia Albanesi partie de son village des Pouilles au bras de son bel étranger de mari pour Alexandrie.

Ce livre raconte le courage de ces femmes qui quittent  un milieu familial souvent rural pesant et serti de contraintes et de préjugés et l'on ne peut qu'admirer ces héroines amoureuses qui partaient vraiment pour l'Inconnu .

J'ai été déçue par contre par le style de Sylvie Tanette qui emploie un Français très commun, répétitif et assez pauvre, fait d'expressions plutôt orales qui ne rendent pas la lecture agréable, ce sont une succession d'impressions ou de suppositions et de conversations téléphoniques.

Ce livre ne me laissera pas un grand souvenir.

Je remercie Masse Critique et les Editions du Mercure de m'avoir fait découvrir cet auteur.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 16:04

Magnifique album de photos des Doors, groupe mythique de Rock des années 70 .

Jim Morrison est mort il y a 40 ans , il est un des "maudits" du  27 Club comme Jimi Hendricks et Janis Joplin , tous morts à l 'age de 27 ans...

Ces clichés, ont été réalisés par Henry Diltz, photographe, lors de la confection de leur cinquième album: "Morrison Hotel" dont il a réalisé la pochette.

Les premières photos sont des photos de concerts en 1968 et 1970 assez sobres, à noter un superbe portrait de Ray Manzarek, les autres  sont des photos lors de déplacements, quelques jolis portraits de Jim pour les fans inconditionnels de son coté "beau gosse" .

Nous avons également quelques prises au "Morrison Hotel".

Par contre si on peut reconnaitre un vrai talent de photographe à Henry Diltz, ce n'est pas le cas de sa plume, ses commentaires sont affligeants de banalité et en dehors de l'anecdote sur les photos prises dans l'hotel en attendant l'absence du propriétaire, le texte n'a aucun intérêt.

Dommage, les photos se suffisaient à elles -mêmes.

Je remercie vivement Masse Critique et les éditions Premium d'avoir envoyer cet album à une vraie Fan des Doors ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 11:37

Le paysage de rêve, c'est celui de l'Afrique du Sud dans les années 50.

Ce roman n'est pas une agréable ballade touristique dans des paysages de carte postale mais une plongée en pleine ségrégation avec la  répartition de l'habitat en fonction de sa couleur de peau, les blancs au centre des bourgades, les métis dans les quartiers en bordure et les noirs à l'écart des villes avec des chemins à usage spécifique...

La vie est également réglée par des lois de moralité strictes et même chez les Blancs, il y a les Afrikaners, La race pure, et les autres.

Loin d'être un banal documentaire ou réquisitoire, ce premier tome d'une trilogie nous entraine à la suite de l'inspecteur Emmanuel Cooper à  la recherche du meurtrier d'un policier blanc et à celle d'un pervers s'attaquant aux femmes métis.

L'enquéte sera doublement difficile pour notre héros, écarté du devant de la scéne par des "super-policiers", il devra secouer les préjugés et  franchir les transgressions et son enquéte est passionnante.

Finalement et heureusement, il y a la façade officielle et les histoires secrétes, les passerelles entre les différents mondes et les mélanges de couleur...

J'ai été transporté dans un autre univers dont je n'avais pas appréhendé toute la complexité et l'abomination de cette ségrégation mais ce roman montre aussi que l'homme ,malgré ses faiblesses et la rigidité qu'on peut lui imposer réussit parfois à franchir les frontiéres du racisme.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens