Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 12:12
Balle de Match de Harlan Coben

J'ai dévalisé le rayon Harlan Coben de ma médiathèque de campagne et ne sachant pas trop par lequel commencer , le tournoi de Winbledon étant en cours, mon choix s'est donc porté naturellement sur Balle de Match .

 L'action de ce roman se déroule lors du tournoi de Flushing Meadows à New-York , le personnage principal, Myron Bolitar , agent sportif suit son dernier poulain qui contre tout pronostic,  arrive en finale .

Pendant un de ces matchs palpitants, une ancienne joueuse alors qu'elle envisageait après une période dépressive un retour sur les cours est assassinée ...

Comme elle essayait de joindre Myron Bolitar au moment de sa mort, il se retrouve aux premières loges de l'enquête .

Sponsors avides d'exploits pour booster leurs ventes, entraineur de très jeunes joueurs aux moeurs  pédophiles , guerre entre les différents agents pour signer avec les jeunes joueurs prometteurs , la musique est malheureusement bien connue .

La première moitié du roman défile comme un match de tennis qui ne se déroulerait qu'en fond de cours: peu d'action palpitante , une certaine torpeur , voire lassitude s'empare du lecteur puis quelques passing-shots viennent mettre un peu plus d'animation dans cette intrigue plutôt poussive ...

Bref, cela n'a pas été un grand moment : voyons avec le suivant de ma PAL spéciale Harlan Coben : je ne sais pas s'il y a une histoire dans le milieu du cyclisme, dernière étape du Tour de France oblige ( quoique je ne peux pas vraiment dire que ce soit un sport qui me passionne ... )

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 17:58
Les enfants de Venise de Luca Di fulvio

Ce roman avait tout me plaire : Le lieu : Venise, la sérénissime ; l'époque : 1515 , ce XVI ème siècle italien, berceau de la Renaissance ; le sujet : une histoire d'amour , des trahisons , des personnages au grand coeur et des bien méchants ...

Ecrit en plus par un auteur dont j'avais beaucoup apprécié le livre précédent : Le Gang des Rêves , je me faisais une joie de découvrir son nouvel ouvrage .

Qui y a t'il qui n'a pas fonctionné : sans doute un vrai manque d'imprévu : la riche trame  romanesque demeure très classique :

Mercurio, un jeune homme , au sortir de l'orphelinat à Rome, vit de rapines et de combines avec ses compagnons d'infortune, la belle Benedetta , le petit Zolco et le géant Ercole .

Lorsque la petite troupe de voleurs croise le chemin du riche marchand Shimon Baruch, un juif à la bourse bien garnie, rien ne se passe comme prévu: Mercurio laisse le marchand pour mort et Ercole est tué . Les jeunes fuient vers Venise et Shimon blessé, devenu muet,  abandonne sa vie bien jusque là bien tranquille bien décidé à se venger .

Pendant ce temps, Isaaco, un charlatan juif devenu chirurgien par le hasard des rencontres avec des soldats blessés  sur les routes italiennes  et sa fille Guiditta se rendent également à Venise , poursuivis par un moine fanatique , animé par la haine des juifs .

Les routes de Mercurio et de Guiditta se croisent et c'est le coup de foudre mais la différence de condition sociale car Isaaco ne voit pas d'un bon oeil ce voleur des rues et surtout les religions différentes rendent cet amour impossible ...

Bien des mésaventures émaillent le chemin des amoureux avant la fin du roman mais sans véritable fantaisie à mon goût et j'ai trouvé ce roman bien long ...

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 22:02
La ballade d'Iza de Magda Sazbo

Les relations mère-fille vues par cette grande dame de la littérature hongroise atteignent un summum de finesse dans l'analyse psychologique et de sensibilité dans le mode de narration .

Les parents d'Iza sont fiers de leur fille : enfant sage et studieuse, elle est devenue un médecin réputé et apprécié de ses pairs et de ses patients et elle a à coeur de les aider financièrement .

Vince, le père , a eu une carrière de juge interrompu après un jugement rendu d'après ses convictions morales mais qui a entrainé sa disgrâce .

Lorsqu'il meurt, sa fille décide que sa mère ne peut pas vivre seule, elle vend la maison et installe la vieille dame dans son appartement de Budapest, estimant que sa mère a maintenant le droit de se reposer de sa vie de labeur et de sacrifices .

La mère, une femme effacée et discrète qui a passé sa vie à s'occuper de sa maisonnée , à gérer astucieusement un budget restreint, pense recréer chez sa fille le milieu auquel elle est habituée mais Iza s'est débarrassée de tout ce qui faisait l'univers de sa mère la laissant désoeuvrée , totalement dépaysée et bientôt dépressive ...

La décision unilatérale sur l'avenir de sa mère démontre l'absence de vrai dialogue entre mère et fille, une prise en charge autoritaire de la part d'Iza en voulant ce qu'elle imagine être le mieux , et estimant qu'en créant une atmosphère douillette , cela rendra sa mère heureuse : c'est là que la réflexion de nos propres actes vis à vis de nos ainés devient sensible : on impose notre vision sans tenir compte de leurs envies  qui sont souvent beaucoup plus simples et finalement c'est une solution égoïste et de facilité d'assurer à nos parents une fin de vie représentative du niveau social auquel les enfants ont pu accéder comme si le confort moderne pouvait remplacer l'affection, la tendresse et tous les petits gestes qui rendent la vie plus supportable pour ces personnes âgées souvent bousculées par les changements auxquels ils n'ont pas aspiré .

Beaucoup de profondeur pour ce roman que j'ai trouvé plus vibrant d'émotion que La Porte qui mettait plus de distance vis à vis du lecteur .

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 10:13
L'Hotel du Grand Cerf de Franz Bartelt

Reugny, bourgade des Ardennes belges a peu changé en cette fin du vingtième siècle, l'Hotel du Grand Cerf est toujours tenu par les femmes Londroit, Léontine la grand-mère, Thérése la mère mais Anne Sophie la fille rêve de partir  et l'orphelinat voisin a été remplacé par un Centre de Motivation dirigé par Richard Lépine, héritier d'une famille assassinée au moment de l'épuration ...

C'est dans une des chambres de l'hôtel que l'actrice Rosa  Gulinghen a été retrouvée noyée dans sa baignoire , l'enquête avait conclu à l'époque à un accident mais tous les protagonistes étaient persuadés qu'il s'agissait d'un meurtre . Restent , cinquante ans plus tard un petit musée dans l'hôtel et une chambre fermée sur ses secrets.

Nicolas Thèque, journaliste vivant de petits reportages , est envoyé par un de ses patrons préparer un documentaire sur Rosa , le tournage du film interrompu par la mort de l'actrice principale et sur les quelques survivants de Reugny qui avaient été spectateurs du drame .

Or, au moment où Nicolas arrive dans le village, un vieux douanier , haï de tous car collectionneur de ragots écrits sur des ronds de verre de bière est retrouvé assassiné ainsi que un jeune garçon baptisé l'Idiot du village et Anne Sophie a disparu , seule est repêchée près de la scène du crime, sa mobylette .

L'inspecteur Vertigo Kubertus , un homme obsédé par la nourriture et la bière  et à quelques jours de sa retraite est dépêché  pour enquêter sur place .

Galerie de personnages au mieux atypiques mais le plus souvent désagréables et antipathiques , la conscience pas vraiment tranquille : l'arrivée des deux hommes, l'inspecteur et le journaliste n'est pas vu d'un bon oeil , d'autant plus que les méthodes du policier sont pour le moins inhabituelles , une interprétation très personnelle de son boulot de flic et de la justice .

Ecriture dichotomique, avec des dialogues à la Audiart , des références à Maigret et quelques moments de poésie, cela donne un roman plutôt amusant à mon goût !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 11:30
Little Girl Gone d'Alexandra Burt

Je me suis lassée assez vite de l'histoire de cette jeune mère , Estelle Paradise en pleine psychose du post-partum accusée d'avoir fait disparaitre son nourrisson de 7 mois .

C'est vrai que tout l'accuse : pas de trace d'effraction , peu d'empressement de la mère à signaler la disparition de l'enfant et les personnes qui l'ont côtoyé peuvent témoigner du comportement étrange de cette jeune femme vis à vis de son bébé ...

Retrouvée au fond d'un ravin, gravement blessée, elle ne se souvient pas de ce qui s'est réellement passé mais garde la conviction qu'elle n'est pas l'auteur de cet enlèvement , ce sera sa force pour combattre cette amnésie dévastatrice ...

Contrairement à ce qui a été déjà dit, je n'ai pas trouvé qu'il s'agissait d'un simple roman sur la dépression du post-partum , le malaise est plus profondément ancré et c'est seulement une explication facile pour accuser cette jeune maman qui est bien isolée dans son désarroi face à un bébé qui ressent lui-même le malaise de sa génitrice : délaissée de tous à commencer par son mari, elle est la proie également  de vives accusations de la part des médias jusqu'à ce qu'elle soit pris en charge par un psychiatre, spécialiste des amnésies et qui va permettre à Estelle de déchirer le voile et d'arriver peu à peu à la vérité : est-ce vraiment elle qui a fait disparaitre son bébé ?

Cela traine malheureusement en longueur . J'ai quand même été jusqu'au dénouement qui ne m'a pas convaincu plus que le reste ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 10:55
La tresse de Laetitia Colombani

L'Asie, l'Europe et l'Amérique  : trois continents et trois combats de femmes dont nous suivons l'histoire à tour de rôle .

En Inde, Smati est une Intouchable, la caste la plus basse dans la hiérarchie toujours aussi pesante , elle passe ses journées à vider les latrines des habitants du village , elle ne veut pas que sa fille de 6 ans subisse le même sort ; cette obsession lui fait affronter tous les obstacles, ceux des préjugés étant souvent les plus tenaces .

En Sicile, Guilia travaille avec son père dans un atelier de perruquier , un des seuls qui utilise des vrais cheveux ; lors d'une hospitalisation de son père , elle découvre que l'atelier est en faillite , ce qu'elle ne peut admettre et décide de tout faire pour sauver les emplois et la spécificité du métier .

Au Canada, Sarah Cohen est une avocate promise à une brillante carrière , balayant les concurrents, elle élève seule ses trois enfants, mais la maladie va l'obliger à se battre différemment .

La narration de ces récits est entrecoupée d'un poème , tel un chant lancinant , sur la confection d'une perruque, des gestes précis , un amour du bel ouvrage  .

La trame est finement tressée comme les cheveux de la petite fille de Smati et Laetitia Colombani nous offre un récit plein de courage, intelligent dans sa construction .

Une belle ode aux femmes qui se battent pour leur liberté, celle de leurs enfants et de leurs soeurs  dans tous les pays du monde .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 10:33
Adieu Lili Marlen de Christian Roux

Roman noir dont l'originalité tient  au mélange des milieux dans lequel il se déroule .

Julien est pianiste le soir dans un restaurant, il sort de prison pour une histoire de drogue et espère que la dette qu'il a contractée auprès d'un caïd , Kamel, suite à ses pertes abyssales au poker est passée  aux oubliettes ...

Chaque soir, il joue Lili Marlen pour une vieille dame, cliente fidèle du restaurant et qui lui laisse de beaux pourboires .

Mais cette femme disparait du jour au lendemain et Julien est emmené manu militari chez Kamel pour un rappel insistant de ses dettes et il n'a pas d'autre choix que d'accepter un contrat où il doit jouer du piano sur un bateau de croisière  : rencontres imprévues , meurtres et suicides émailleront cette croisière et Julien , avec son passé a le profil idéal du coupable ...

Entre ces événements contemporains , une correspondance entre deux hommes à partir de 1933 évoquant le devenir des musiciens et compositeurs pendant le troisième Reich , ceux qui partent, ceux qui se taisent et ceux qui font avec, sans oublier le sort des juifs et des résistants.

J'ai été un peu perdue dans la collusion des personnages , les retours dans le passé et les allusions au monde de la musique classique trop pointues pour moi .

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 17:30
Dans une coque de noix de Ian McEwan

Difficile d'ignorer l' intrigue et l'originalité du narrateur du dernier roman de Ian Mc Ewan  et je trouve cela dommage car cela gâche un peu la surprise ...

Ceci dit, la base de l'intrigue en soi est plutôt classique : une transposition moderne d'Hamlet mais la plume alerte de l'auteur et son humour rendent la lecture amusante et il en profite pour donner son opinion à travers les pensées de son foetus , qui suit avec intérêt les émissions podcastées écoutées par la future maman sur l'état du monde en nous assénant quelques vérités ou leçons de philosophie facile et en poussant le décalage entre un foetus érudit et réfléchi et sa mère immature  .

J'ai bien aimé mais cela restera pour moi un roman plutôt secondaire, sans la profondeur de son précédent livre , L'intérêt de l'enfant. 

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 22:28
Il reste la poussière de Sandrine Collette

Lu dans le cadre de Polar en Poche de Gradignan pour la cuvée 2017 , j'ai découvert un excellent auteur de roman noir .

Patagonie, les grands espaces, mais aussi la steppe aride, où les bêtes trouvent avec difficulté leur subsistance et où le vent est omniprésent , les petites fermes peinent à survivre de l'élevage des bovins devant l'arrivée de gros troupeaux de moutons et c'est dans ce genre d'estancia que survivent Rafael , ses trois frères ainés et sa mère depuis la disparition mystérieuse du père .

On rentre d'emblée dans l'histoire par une scène d'une grande violence  que font subir les jumeaux , les frères les plus âgés , au jeune Rafael, sous l'oeil indifférent de la mère .

Pas une once de tendresse maternelle, d'entente ou d'entraide entre les frangins, le travail est ingrat et la reconnaissance n'existe pas . Pour Rafael, seul son cheval et son chien sont les compagnons avec qui il partage un peu de douceur et de réconfort .

Mais le pire est à venir , lorsque le cadet parti rattraper des chevaux échappés par sa faute, rentre à la ferme avec ce qui est considéré comme une source de bonheur mais qui s'avère être un véritable poison, les tensions s'accroissent et la situation devient explosive sans retour en arrière ...

Roman choral, à l'écriture percutante comme un coup de fouet et qui colle parfaitement à la tension de l'intrigue . 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 20:59

Jean-Christophe Ruffin renoue avec ce nouvel ouvrage avec le roman historique et le récit d'aventures comme dans Rouge Brésil ,et  quel bonheur pour le lecteur !

Le lecteur est, de prime abord,  surpris car il se trouve nez à nez avec Benjamin Franklin : devenu vieux et impotent : un tantinet grincheux, celui-ci reçoit la visite d'un couple venu demander son soutien , et retrace , pour se faire , leurs périlleuses aventures en les racontant à tour de rôle au vieil homme, y passant des jours entiers tels des contes des mille et une nuits ...

Le baron Maurice Auguste Benjowsky  né en Hongrie au XVIII ème siècle, a reçu une éducation ouverte sur l'esprit des Lumières, par un précepteur français qui lui fait aimer Voltaire et Diderot, un enseignement qui va guider le sens de ses actions et de ses passions .

Chassé de Hongrie, il se bat avec l'armée polonaise et est alors capturé par les russes puis déporté en Sibérie au Kamchatka .Là-bas il fait la connaissance d'Aphanasie , la fille du gouverneur qui tombe amoureuse de notre héros et s'enfuit avec lui et une partie des bagnards  à bord d'un bateau .

Commence alors une incroyable odyssée , les menant de l'Alaska au Japon, puis  à Macao .

Finalement , ils débarquent en France à la cour du Roi Louis XV qui donne mission au Baron Benjowsky, encombrant pour la France,  de créer une colonie à Madagascar dont il deviendra roi après avoir soutenu les tribus contre le royaume de France au idées colonisatrices  .

Cet homme, grand aventurier a réellement existé , mais persistent de nombreuses incertitudes quant à sa vie, ce qui permet à l'écrivain de présenter un personnage lumineux, aux idées évoluées, et à travers des aventures rocambolesques, de faire transparaitre des parallèles avec notre monde actuel , l'immigration, la soif toujours actuelle de conquêtes, la mondialisation et le rapport entre individus, peuples et cultures .

L'introduction du double récit avec une voix féminine , celle d'Aphasie qui en suivant Benjowsky s'oppose au destin programmé par ses parents apporte également une touche de modernité et de féminisme même si j'ai trouvé cette partie parfois mièvre .

La rencontre avec un des fondateurs de la déclaration universelle des droits de l'homme et grand pourfendeur de l'esclavagisme , Benjamin Franklin est un épisode véridique et astucieusement mis en scène !

Je conseille aux lecteurs de consulter les cartes mis en fin d'ouvrage figurant les voyages de Benjowsky , ce qui aide grandement à la compréhension des étapes .

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens