Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 10:18
Ce qui nous sépare de Anne Collongues

Un wagon de RER qui surgit hors de la nuit ,

Court vers la banlieue au galop ...

A bord, ce ne sont pas des héros , juste des hommes et des femmes que le hasard a réuni pour un bref instant mais qui ressemble à une petite vie en raccourci, et qui même s'ils s'épient , restent chacun dans leur bulle .

Ce trajet dans un paysage gris et pluvieux avec le ronronnement des roues, le reflet sur la vitre qui renvoie une image déformée, scrutateur sans pitié, déclenche pour chaque passager une rétrospection pour la plupart douloureuse, c'est le moment où les souvenirs affluent , parfois anciens , de ceux qu'on avait eu du mal à enfouir et qui reviennent comme une gifle .

Qu'est-ce que j'ai fait de ma vie, chacun se pose la question et entraine le lecteur dans cette même interrogation ?

Anne Collongues par petites touches donne la parole à ces 7 passagers : des vies chaotiques, des événements tragiques et au bout, souvent des impasses.

Beaucoup de mélancolie dans ce huis clos muet .

Puis, au fur et à mesure que les voyageurs avancent vers leur destination, le rythme s'accélère, les récits se bousculent, se mélangent, s'entrechoquent , on range fébrilement ses pensées comme on rangerait ses bagages avant l'arrivée imminente sur le quai, fort des résolutions prises, une lueur d'espoir ou le bout du tunnel , on n'en saura pas plus et c'est bien comme cela.

Le lecteur aussi débarque sur le quai, un peu ébouriffé par ce moment intime , un peu triste aussi d'avoir quitté ce wagon mais un autre roman l'attend, un nouveau départ vers une destination inconnue ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 22:01
Une seconde vie de Dermot Bolger

Lorsqu'il frôle la mort, lors d'un accident de voiture avec cette expérience si particulière de mort clinique , Sean Blake n'est plus le même homme lorsqu'il rentre dans son foyer retrouvant femme et enfants .

Obsédé par un visage d'homme jeune aperçu dans le couloir de la mort, la recherche de sa mère biologique devient une priorité.

Sean a été adopté à l'âge de six semaines et a très peu d'éléments lui permettant de retrouver ses origines .

Né en 1956 , en Irlande où la morale influencée par l'église catholique était extrêmement conservatrice : une époque où les jeunes filles étaient enfermées dans des couvents pour cacher leur grossesse et expier par le travail et les privations leur faute et où les enfants étaient retirés très jeunes de leur mère pour être adoptés .

A force de persévérance , de recherches et d'intuition, il va retrouver la trace de sa véritable mère et ses racines familiales .

Dermot Bolger livre avec beaucoup de pudeur les histoires de ces très jeunes femmes marquées à jamais dans leur chair et poursuivies par la perte de leur enfant et celles de ces enfants adoptés dont le regard des autres marque leur différence mais également il nous montre dans une certaine mesure le point de vue de ces religieuses sans juger ni condamner .

Tant de souffrance déjà évoquée dans d'autres oeuvres comme Philomena , adaptée au cinéma, ne peut laisser indifférent et on admire la maitrise de l'écrivain qui ne tombe jamais dans le pathos .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 10:51
L'île du serment de Peter May

Changement de continent pour cette nouvelle enquête nous entrainant dans les îles de la Madeleine, porte d'entrée du Canada où Peter May poursuit ses ancêtres de l'île Lewis , ces pauvres métayers chassés par les gros propriétaires terriens, entassés dans des bateaux , débarqués et parqués pour une quarantaine avec l'espoir pour certains d'une nouvelle vie.

Sime , un policier d'origine écossaise arrive sur l'île d'Entrée avec son équipe pour enquêter sur le premier meurtre jamais commis dans cette île .

Tout semble accuser l'épouse de l'homme assassiné , mais pour Sime, la vision de cette femme le replonge dans ses souvenirs d'enfance lorsque sa grand-mère lui lisait le journal de son ancêtre nous replongeant dans cette Ecosse du XIX ème siècle au moment de la famine des pommes de terre , époque terrible qui, comme en Irlande a entrainé un déplacement important du peuple paysan vers le nouveau continent .

Sime en proie à une insomnie chronique depuis le départ de sa femme , qui (bien entendu ) se trouve également dans l'équipe envoyée sur l'île mène une enquête parallèle persuadé de l'innocence de la femme .

Double histoire avec celle de son ancêtre Simon dont les pages du journal s'intercalent avec l'époque actuelle et que j'ai trouvé les plus intéressantes et poignantes , histoires reliées par une chevalière et un pendentif .

Le dénouement concernant le crime n'est pas vraiment à la hauteur de l'intrigue, Peter May s'en sort plus honorablement avec l'histoire ancienne .

Reste tout de même à faire une large abstraction d' un style répétitif et parfois un peu pauvre ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 08:48
Le mystère Henri Pick de David Foenkinos

J'aimerais bien me balader dans les arcanes du cerveau de David Foenkinos : après avoir écrit cet ouvrage si émouvant sur Charlotte , cette jeune artiste peintre disparue dans un camp de concentration , voilà l'écrivain aux prises avec la création littéraire .

La curiosité est aiguisée dès les premières pages lorsque le lecteur découvre la bibliothèque des livres refusés à Crozon, le bout du bout du Finistère, dernière étape avant l'océan ou ultime étape avant l'oubli et le cimetière des livres oubliés de Carlos Ruiz Zafon .

Mais à la mort de son fondateur , la librairie tombe peu à peu dans l'oubli jusqu'à ce que Delphine, une jeune éditrice , originaire de ce lieu , lors d'un séjour avec son compagnon, écrivain qui n'a pas eu le succès attendu pour son premier ouvrage , exhume un manuscrit d'un certain Henri Pick .

Comme un coup de tonnerre dans le ciel de Crozon , ce livre du feu Henri Pick secoue la vie de bien des habitants à commencer par celle bien morose de sa veuve qui ne l'avait jamais vu un livre à la main et se demande bien comment son pizzaiolo de mari a pu lui cacher un telle chose : Henri Pick menait-il une double vie ?

Rythme endiablé et personnages bien croqués, ce roman se lit vite et même s'il n'atteint pas des sommets de finesse, ne boudons pas notre plaisir .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 11:47
Dérive sanglante de William G Tapply

Avec ce premier roman de W.G Tapply que je découvre , je me suis sentie d'emblée comme une truite sauvage dans ces coins d'eau secrets , me laissant caresser par le flot agréable en guettant les éphémères pour mon déjeuner .

Mais ça, c'est avant le passage de Cate et de son équipe de guides pour passionnés de pêche à la mouche à la poursuite de la truite sauvage dans cette belle contrée du Maine .

C'est là que Stoney Calhoun est arrivé après son long séjour à l'hôpital ne sachant plus ce qu'était son passé mais guidé par son instinct et il s'y sent bien .

Parce que la tête du client ne lui revenait pas , il laisse partir son copain, le jeune Lyle avec un homme plutôt agé vers un trou d'eau un peu éloigné mais Lyle ne revient pas et le soi-disant pécheur a disparu.

Commence alors pour Stoney une quête à la recherche de son pote puis de celui qui l'a tué .

Le rythme est soutenu, l'écriture efficace , les décors sont somptueux et l'intrigue est tout à fait crédible : j'y ai pris beaucoup de plaisir et je me régale déjà à la perspective de la découverte des deux tomes suivants .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 09:45
La mémoire de nos pères de Sorj Chalandon

Lorsque Lupuline Beuzaboc demande à Marcel Fermaux ancien journaliste reconverti dans la biographie des autres," les obscurs, les sans-grade "de rassembler dans un livre les souvenirs de son père lorsqu'il était dans la résistance pour son quatre vingt quatrième anniversaire , l'écrivain y voit l'occasion de renouer avec ceux de son père disparu quelques vingt ans plus tôt .

Orphelin trop tôt Marcel s'en veut de ne pas avoir recueilli lui-même les mots de son père racontant si parcimonieusement ses faits de guerre au frère ainé , ce père, Pierre Fermaux devenu Brumaire pour ses frères d'armes, "ses gars"

Mais le doute s'installe rapidement , Marcel vérifie les propos du vieil homme , la confiance s'ébranle et les séances deviennent pénibles pour les deux hommes autant que la canicule installée sur la France en cet été 2002 jusqu'à l'orage .

Comment ne pas trahir l'attente de Lupuline qui veut garder intactes ses émotions d'enfant lorsque son père venait lui raconter le soir dans sa chambre ses exploits .

Comment ne pas trahir le vieil homme prisonnier de son statut de héros vis à vis de sa fille ?

Comment retrouver son père loin de l'image du petit homme fatigué qu'il a gardé ?

Un grand moment !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 09:33
Amours en marge de Yôko Ogawa

Dans ce premier "long" roman, Yôko Ogawa entraine le lecteur dans le labyrinthe des souvenirs .

Une jeune femme , lorsque son mari la quitte, entend des sons étranges : flute ou violon qui emplissent son esprit et la coupent de la réalité sonore du monde .

Après plusieurs séjours dans une clinique spécialisée, elle est sollicitée par un magazine avec d'autres patients pour raconter son expérience de malade et lors de cet interview elle fait la connaissance de Y. un jeune sténographe et tombe amoureuse du ballet de ses doigts transcrivant l'entretien .

S'en suit une amitié amoureuse où le jeune homme note, à l'occasion de leurs rencontres , sur des carnets les impressions sonores et les souvenirs de son amie qu'il classe ensuite chez lui.

Comme dans l'Annulaire, on retrouve ce besoin de classer et de ranger les souvenirs dans des tiroirs bien étiquetés , ces tiroirs sont ceux également de notre mémoire qui s'ouvrent souvent de manière inconsciente , réminiscence en l'occurence de musique entendue dans l'enfance et qui revient lors d'un événement perturbateur .

J'ai vraiment eu l'Impression au cours de ma lecture que les mots se déposaient délicatement comme sur la neige en flocons légers, même la façon de lire s'en ressent, on retient les mots , la respiration ralentit, les sons apparaissent assourdis et le temps est suspendu ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 15:51
Inishowen de Joseph O'Connor

Joseph O'Connor prend tout son temps pour mettre en place ses personnages et pour moi qui voulait ressentir la beauté sauvage de ce coin d'Irlande du Nord , il a fallu patienter bien longtemps , me demandant quand enfin Martin, le policier désabusé et Ellen l'américaine à la recherche de ses origines irlandaises allaient se rencontrer et passer aux choses sérieuses : ne nous avait-on pas annoncer une belle histoire d'amour ?

L'approche que fait l'écrivain de l'Irlande est sans fioritures, son climat rude avec la pluie ou la neige qui n'en finissent pas, les tensions politiques dans les années 1994-1995 , période où se déroule l'action , la lourdeur du catholicisme ancienne époque ( ancienne quoique ... ) où les filles enceintes avant le mariage allaient accoucher loin de leur famille et des voisins , c'est une atmosphère créée qui surajoute à la détresse et à la solitude de Martin et Ellen , qui les rapproche et nous rend la naissance de leurs sentiments plus crédibles .

Mais pourquoi a t'il fallu tout gâcher avec une dernière partie totalement étrangère au reste du roman, comme si l'auteur avait voulu saborder son propre navire .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 10:00
Les petites filles de Julie Ewa

Enquête menée par une jeune femme intrépide , Lina , dans un village perdu de la campagne chinoise , décor de rêve pour vie d'enfer lorsque l'on nait fille dans ce pays où la politique de l'enfant unique a créé bien des drames.

Lors de son arrivée en Chine pour faire un stage, Lina est contactée par Thomas, membre d'une ONG alertée sur des faits troublants survenus dans un petit village .

A elle de parvenir à éclaircir le mystère de la disparition de petites filles et d'une jeune mère .

L'histoire est racontée aux deux époques, en 1991 d'une part , année des faits et l'époque actuelle d'autre part.

Bien sûr, je connaissais le sort peu enviable des femmes chinoises , destin qui commence même avant leur naissance , surtout après avoir lu le poignant roman La Route sombre de Ma Jian .

Dans ce roman, l'auteur s'attache plus au sujet de la disparition des fillettes et de l'avenir le plus souvent bien noir qui leur est réservé ainsi que de l'impuissance des mères devant une société régie par des hommes corrompus, gouvernée en sous main par la mafia et les policiers véreux .

Heureusement quelques personnes sortent de ce lot peu recommandable , en particulier le moine bouddhiste et le jeune Tao mais à quel prix ...

Le rythme rapide donné par Julie Ewa rend la lecture haletante même si j'y ai trouvé parfois quelques coïncidences un peu trop bien venues .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 09:09
Une vie entière de Robert Seethaler

Quelques instants suspendus en état de grâce par la beauté envoutante et simple de ce roman de Robert Seethaler.

Une vie entière c'est celle d'Andreas Egger, un homme qui a passé sa vie dans les montagnes d'Autriche hormis un long séjour en Russie, d'abord sur le front de l'Est , lors de la seconde guerre mondiale , puis dans un camp de prisonniers dans le Caucase.

Orphelin, battu par l'homme qui le recueille et qui le rendra boiteux, il construit son existence à force de persévérance , participant à la construction des téléphériques qui marque l'arrivée des touristes dans ce coin isolé de la montagne puis devenant guide de montagne .

Homme ordinaire mais déterminé , fidèle à ce qu'il aime : la simplicité d'une vie sans compromission , l'amour de sa femme, le plaisir du travail bien accompli, la beauté sauvage de la montagne .

Cette beauté n'est pas seulement autour de lui, elle est dans la profondeur de son être , sa déclaration d'amour à Marie est magnifique et profondément émouvante .

Tout ceci est exprimé avec une écriture elle même sobre , épurée comme l'air des montagnes avant les stations de ski .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens