Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 09:47
Fleur vénéneuse de Joyce Carol Oates

Rien de bien original dans ce roman : une intrigue plus que légère et des personnages sans aucune finesse.

L'histoire du Docteur Terence Greene en proie à ses démons et à une petite enfance marquée par l'abandon de sa mère pourrait presque être une caricature du Docteur Jekyll et Mister Hyde.

Marié à une femme belle et riche , père de trois enfants , il dirige une fondation de renom ; sa vie et celle de sa famille va être totalement chamboulée lorsqu'il accepte de devenir juré à un procès, tombe amoureux de la victime , une jeune femme Ava Rose et délaisse sa situation confortable pour partager la vie d'Ava Rose et de sa famille plutôt marginale .

Les différentes formes du mal prennent parfois le regard d'un ange , celui d'Ava Rose pour lequel Terence sombre dans une sorte de délire onirique .

On comprend (sans doute ) pourquoi JC Oates a publié ce roman plutôt mineur dans son abondante bibliographie sous un pseudonyme ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 09:10
Mon traitre de Sorj Chalandon

Il fallait bien dans mon exploration irlandaise que je revienne à Sorj Chalandon et à Mon traitre !

Bien loin de la vision touristique et bucolique de l'Irlande, Antoine, jeune luthier parisien nous emmène à Belfast dans les années 1970 à 1990 où il fait la connaissance d' hommes et de femmes qui luttent avec leurs petits moyens, mais avec leur coeur et leur âme toute entière contre l'envahisseur anglais, unis par la même flamme de patriotisme et de catholicisme .

Antoine découvre ainsi un but à sa vie jusqu'ici monotone, et noue de solides amitiés , en particulier avec Tyrone Meehan, un des chefs de file du mouvement indépendantiste Sinn Féin, lien quasi filial avec cet homme dont le fils est emprisonné .

De nombreux voyages en Irlande et l'hébergement de certains résistants irlandais dans sa petite chambre parisienne donnent à Antoine une envergure et l'impression de participer lui aussi au mouvement .

C'est une Irlande dont la couleur apparait grise, celle des petites maisons , des rues de Belfast, des pavés des trottoirs, une teinte qui vire au noir quand sont évoquées les prisons, les tortures, les gréves de la faim et les morts de ces jeunes gens mais une Irlande tellement chaleureuse au coeur de ses partisans .

Jusqu'à la révélation de la trahison depuis vingt cinq ans de Tyrone Meehan, et l'incompréhension et les doutes d'Antoine : Tyrone a t'il aussi trahi cette forte amitié ?

Poignant, sublime .

Mon regret : ne pas avoir enchainé Mon Traitre et Retour à Killigsbey pour mieux rester imprégner par l'ambiance de ce drame .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 21:22
La Berceuse de Staline de Guillaume Prevost

Toujours dans le cadre du concours du Polar Lire en Poche , nous voici en 1920 d'abord à Paris avec l'inspecteur François Claudius Simon qui enquête sur le triple meurtre d'une famille de réfugiés russes et très rapidement ce brillant policier découvre l'identité de l'homme , un ancien espion de la police du tsar déchu, le mobile, les papiers recherchés par la police secrète du nouveau régime, une société secrète , en somme : Trop fort !

Comme il baragouine un peu de russe, François Simon est envoyé sur ces entrefaites en URSS faire un échange de prisonniers et enquêter sur place , occasion bien opportune puisque sa petite amie est partie à Moscou soutenir la révolution bolchevique .

Là-bas, après bien des péripéties dont il se sort sans trop d'égratignures, notre inspecteur a entretemps et déjouant la vigilance de ses gardiens , retrouvé sa belle en cloque qui lui a sauté dans les bras , démasqué le vrai assassin d'un meurtre dont était accusé un ressortissant français, rencontré Lénine puis Staline, découvert le code secret : encore Trop Fort !

Puis échappant une nouvelle fois à la vigilance de la police secrète soviétique regagné la France .

Pour amateur du genre exclusivement ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 15:28
L'ombre de nos nuits de Gaëlle Josse

Double partition pour ce beau roman de Gaëlle Josse :

En Lorraine ,1639, dans la pénombre de son atelier éclairé aux chandelles ,tout est prêt , imaginé, esquissé devant la toile vierge , le peintre Georges de La Tour attend ce moment unique et magique , irréversible aussi comme la déchirure de l'hymen : la première touche de son tableau "Saint Sébastien soigné par Irène" .

Sa décision est prise, sa fille ainée Claude sera Irène .

Dans l'ombre du Maitre, son apprenti, Laurent, l'enfant recueilli par la famille scrute aussi les gestes du peintre, et guette la présence de Claude dont il est amoureux ...

Rouen , 2014, Musée des Beaux Arts, une femme rentre un peu au hasard dans la salle où est exposé le tableau et devant Irène penché sur la cuisse blessée du jeune homme dans cette ambiance obscure où la lanterne n'éclaire que le visage de la jeune fille et sa main tenant la flèche ,le souvenir de son amour malheureux resurgit telle cette flèche toujours plantée dans la chair .

Un texte court mais avec une grande puissance poétique ; les mots sont justes, les trois personnages sont liés par la force des sentiments qui les animent : la passion, celle de la création et celle de l'amour.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 21:58
La maison des hautes falaises de Karen Viggers

Deuxième roman lu de cet auteur australienne après la Mémoire des embruns .

Lex , journaliste de Sydney trouve refuge après un drame familial dans la maison des hautes falaises , une demeure au bord de l'océan dans un coin paumé d'Australie .

L'accueil par les gens du village est plutôt distant mais Lex ne cherche pas à se faire une place , la distance lui convient et ces relations avec Callisto, une jeune femme artiste peintre, malgré une attirance réciproque sont houleuses .

Je dois avouer que cette trame romanesque même bien écrite ne m'a pas emballée, mais à y réfléchir plus profondément : qu'est ce qui fait l'essence d'un roman ? des histoires d'amour, des drames et des secrets et qu'est ce qui fait qu'on aime ou pas : c'est le piment, l'exotisme ou ce qu'il y a autour ...

Ici, c'est la nature et surtout les baleines, elles longent les côtes australiennes lors de leur migration et ont été chassées par les pécheurs australiens dont les descendants portent comme une blessure intime les souvenirs de leurs aïeuls mais comme le découvre Lex en regardant des photos; "c'étaient les traits d'hommes normaux. Des hommes qui luttaient pour survivre à une époque difficile".

Alors il faut savoir conserver ce qu'on trouve de meilleur dans un roman et effacer la bluette ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 21:22
Imagine le reste de Hervé Commère

Dans le cadre du prix du polar du salon du livre de Poche de Gradignan, je découvre cet auteur et à voir les excellentes critiques, je comble une lacune .

J'en suis ravie car j'ai bien apprécié ce polar même si le début m'avait laissé songeuse ...

Chaque partie porte le prénom d'un des protagonistes de cette histoire assez déjantée .

Karl dans la première partie : et c'est vrai que l'évocation du duo qu'il forme avec Fred , son plus que frère, débute par des larcins bas de gamme dans la banlieue de Calais et on se pose des questions sur la teneur du roman ... mais visiblement c'est bien mal connaitre l'écrivain qui nous entraine , sous couvert de banalités , vers des sphères improbables .

Et puis il y a Carole, la belle trapéziste , celle qui fait vibrer le coeur des deux hommes mais qui préfère les étoiles de la piste à l'amour éperdu de nos lascars, mais eux vont emprisonner ces étoiles au fond de leurs yeux .

Après les frissons du cirque, les décibels de Green Light, et Hervé Commère nous propulse dans le monde du show biz avec Léo, le petit rouquin à la voix fabuleuse dont la route croise aussi celle de Fred et Karl et d'une certaine mallette...

La dernière partie m'a plus qu'étonnée et c'est ce qu'on demande : pas de ligne droite, pas de chemin bien tracé et évident , alors le livre se ferme à regret sur une lectrice bousculée mais ravie !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 09:34
Boussole de Mathias Enard

J'avais pensé qu'après la tentative avortée de lecture de ce roman , la voix de l'écrivain lui-même apporterait une autre dimension à Boussole .

Mais je dois bien constater que le ton monocorde de Mathias Enard n'incite pas à la jouissance du texte .

Certes, c'est très érudit mais l'histoire du musicologue autrichien vieillissant , fumeur d'opium et insomniaque est assommante , il faut bien se l'avouer !

Pourtant les évocations d'Istanbul, de Damas ou de Téhéran font rêver mais c'est un Orient du XIX ème siècle, voir même parfois du siècle précédent , celui qu'ont sublimé tant de musiciens et d'écrivains que l'auteur énumère souvent en longues listes savantes .

Pensées jetées parfois sans suite, comme celles effectivement que l'on mène lorsque l'on cherche le sommeil mais que le lecteur a du mal à suivre , l'esprit s'égare vers d'autres rivages ...

Comme une antienne le vieil homme évoque sa relation avec Sarah , femme fascinante , muse de ce Franz Ritter , elle vient nous ouvrir les portes de cet Orient du passé, passerelle entre deux mondes qui se cherchent et se fuient comme des amoureux querelleurs .

La pérégrination des idées aurait pu être plus simple, plus linéaire sans détourner l'attention du lecteur vers des détails sur la vie de personnes dont il n'a jamais entendu parler et dont il n'entendra plus jamais parler sans que cela présente un réel intérêt et j'abandonne avec un sentiment de frustration !

Je finirai en remerciant les Editions Audiolib et Masse Critique .

Repost 0
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 22:13
Best love Rosie de Nuala O'Faolain

Rosie, la cinquantaine a passé sa vie à parcourir le monde , sans attache de lieu ou d'amants .

Le doute sur son pouvoir de séduction s'installe avec Léo, son amant italien vieillissant, leur relation s'émousse et Rosie éprouve alors le besoin de rentrer au bercail .

Son pays c'est l'Irlande , sa seule famille c'est Min, la tante de 70 ans qui l'a élevée à la mort de sa mère et qui a mis sa vie entre parenthèse à l'âge de 15 ans pour s'occuper du bébé.

Il lui reste aussi quelques amis de son âge, fidèles même s'ils n'approuvent pas toujours ses choix .

Min, elle, ne l'attend pas les bras ouverts et préfère passer des heures dans un pub à boire plus que de raison ou rester couchée une bonne partie de la journée : ce ne sont pas les retrouvailles espérées par Rosie !

Le lecteur lors de la mise en place des personnages reste un peu sur sa faim, mais le roman prend une autre tournure lorsque, à l'occasion du projet de la rédaction de petits opuscules sur l'art d'aborder la cinquantaine , Rosie part à New-York, bientôt rejointe par sa tante qui a décidée de mener enfin une nouvelle vie au grand étonnement de sa nièce et parfaite illustration de ce qu'on peut entreprendre à tout âge .

Si l'une s'ouvre au nouveau monde, Rosie de retour en Irlande découvre la maison de ses grands-parents et par la même , leur histoire et s'entête à vouloir restaurer la bicoque et vivre dans ce coin perdu.

Nuala O'Faolain aborde dans ce roman deux thèmes principaux .

Celui du peuple irlandais avec ce besoin ou cette nécessité de fuir un pays où la pauvreté a longtemps perduré , pas d'espoir , pas d'avenir , envie d'aller voir ailleurs, de rêver d'un futur plus souriant, une ouverture au monde que les gens les plus vaillants ne sentaient pas dans leur pays natal mais ce départ n'est que partiel, une partie du coeur restant profondément attaché au à l'Irlande.

Et puis l'amour, omniprésent, celui pour ses enfants ou ceux qu'on élève, souvent ingrat ou décalé et l'amour de l'autre, recherche d'un partenaire pour quelques heures de plaisir ou quête de l'âme soeur .

J'ai bien aimé le portrait touchant de ces femmes et de leurs amis, l'évocation du sol irlandais où les racines sont profondes et les convictions bien ancrées , la fierté nationale de ces gens même s'ils sont partis pour fuir justement le carcan qui les oppressait .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 19:15
Quatre garçons dans la nuit de Val Mc Dermid

Avertissement au lecteur insouciant qui ouvrirait ce roman policier sans prendre garde :

une fois entamé, il ne se lâche plus !

Ecosse, Décembre 1978 , quatre amis étudiants en rentrant d'une soirée bien arrosée découvrent le corps de Rosie Duff, serveuse du bar qu'ils fréquentent.

Affolés, ils vont chercher du secours et trouvent un policier en patrouille dans le coin.

Mais ce qu'ils n'imaginent pas, c'est que , en plus du choc de cette mort violente , ils sont les seuls témoins et donc les plus suspects .

Ces jeunes hommes, Gilly, Ziggy, Weird et Mondo, soudés jusqu'à présent par une amitié sans faille vont connaitre des jours d'anéantissement et de doutes puis sont relâchés faute de preuve.

Leur enfer n'est pas pour autant terminé car ils sont poursuivis par les frères de la victime, persuadés de leur culpabilité .

Deuxième partie , 25 ans plus tard, certains dossiers non élucidés sont rouverts avec l'espoir que les nouvelles technologies puissent apporter un éclairage décisif .

Les jeunes gens ont fait leur vie, chacun de leur côté , ne se fréquentant que de loin en loin et la réactivation de l'enquête ravive de sombres souvenirs et les interrogations sur l'innocence de chacun.

Cette seconde époque est plus rythmée, plus angoissante et la tension au fur et à mesure des disparitions suspectes des témoins s'accroit jusqu'au dénouement que je n'ai absolument pas deviné .

Alors là, chapeau !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 10:58
L'improbabilité de l'amour de Hannah Rothschild

Hannah Rothschild connait très bien le monde de l'art avec les galeries de peinture, les ventes époustouflantes aux enchères et surtout tous les personnages qui gravitent autour , elle nous livre une critique parfois amusante et souvent grinçante de ce milieu.

Annie déniche , dans le bric à brac d'une brocante, une toile un peu vieillotte qui la charme et curieuse, elle se met en quête de son origine.

Commence alors telle une enquête policière , l'incroyable odyssée de ce tableau peint par Watteau .

C'est la partie de l'histoire la plus intéressante , liée à l'art même si j'ai trouvé le procédé de faire parler le tableau certes original mais bien peu respectueux du style et de la prose du XVIII ème siècle , époque picturale du rococo , pour lequel j'avoue ne pas avoir une grande passion , j'ai trouvé plutôt irrévérencieux d'appeler le peintre par son prénom (ça doit être mon côté "vieille France" qui s'exprime) ...

Seulement le roman est beaucoup plus touffu, partant à mon humble avis un peu dans tous les sens et gâchant le plaisir de lecture : trop de personnages souvent éloignés du coeur de l'intrigue, même s'ils représentent le milieu du marché de l'art, cela noie l'intérêt et rend la lecture fastidieuse .

De la même façon, la passion et le don d'Annie pour la cuisine pourraient presque faire l'objet d'un roman à part .

Et que dire de la fin du roman, une succession d'événements assez invraisemblables qui pourraient faire dire qu'il n'y a pas que l'amour qui soit improbable...

J'ai été gênée de surcroit par certaines boulettes historiques, en particulier , et je ne suis pas la seule à l'avoir remarquée, le massacre de Katin.

Ce n'est pas ,malheureusement , malgré le thème sur l'art, le type de roman que j'apprécie !

En remerciant les Editions Belfond et Masse critique pour cet envoi .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens