Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 18:06

Jolie surprise avec ce roman , moi qui y allait un peu à reculons vu mes déceptions récentes ...

D'emblée on est happé par l'atmosphère particulière  .

L'histoire est narrée par Tyrone Meehan devenu vieux et attendant ses assassins en "punition" de sa trahison, il veut raconter sa vérité.

Il est difficile de comprendre ce combat quand on n'est pas plongé dans la sphère irlandaise; comment des hommes si proches ont pu s'entre-tuer, c'est le propre de tous les conflits ethniques, politiques ou religieux, mais celui-ci particulièrement par sa violence .

Ce que j'ai ressenti de façon viscérale à travers ces pages, c'est la souffrance d'un homme , il n'y a pas de vie en dehors du combat et le destin ou la fatalité s'abat sur lui inéluctablement sans qu'il puisse s'y opposer, c'est beau et tragique .

Mon seul regret: ne pas avoir lu le livre précèdent , Mon traître !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 11:43

Comme souvent , la liste d'attente  pour accéder à ce livre a été longue et j'étais donc impatiente de le découvrir enfin ...

Ma déception a été grande, je n'ai pas réussi à m'intéresser aux personnages.

J'ai trouvé ce roman touffu  et sans âme et j'ai abandonné ma lecture n'y trouvant aucun plaisir!

Dommage

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 11:36

On est prévenu d'emblée dans la préface de l'auteur, c'est un livre de jeunesse pour la jeunesse...

Donc, je ne dirai pas que j'ai été déçue , cela se lit vite et est détendant après une journée de boulot , la preuve, j'ai été jusqu'au bout mais m'abstiendrai pour les autres volumes de la trilogie.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 11:16

On passe un agréable moment avec ce nouveau roman de Véronique Ovaldé.

 

S'il se passe toujours dans un pays d'Amérique du Sud, l'ambiance est moins exotique que dans Ce que je sais de Vera Candida.

 

J'ai préféré la première partie racontée par Vida, transposée dans une vie artificielle qui ne lui correspond pas et dont elle se sent prisonnière jusqu'à la rencontre avec le policier.

La seconde partie racontée par sa fille Paloma est relativement caricaturale et j'ai été déçue par une fin un peu convenue.

J'ai retrouvé avec plaisir la plume légére et poétique de l'auteur mais pas la magie que j'avais ressentie à ma lecture précédente , tant pis!

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 13:03

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51yNxKOcarL._SL160_.jpg

Dés la couverture du livre, on est intrigué.

 La curiosité est en éveil et est exacerbée au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire de Caroline et son Père .

Une vie en marge de la société , une maison qui n'est même pas une cabane, cachée dans la forêt, mais c'est une forêt en bordure d 'une banlieue , où  différentes communautés se côtoient, celles des vrais marginaux parce qu'ils nont pas le choix , les prisonniers qui viennent travailler , les joggeurs qui parcourent les sentiers ...

On ne sait pas pourquoi nos deux héros se cachent, il y a un lien fort entre eux, une histoire qu'on ne connaît pas et qu'on imagine, hypothèses à partir de mots qui reviennent en leitmotiv : hélicoptère , on voit l'homme vétéran du Vietnam, il reçoit des chèques, une pension militaire ?  les faits se passent en 1997 donc une autre guerre, celle d'Irack ? C'est un puzzle mental qui fait qu'on ne lâche pas le livre.

Ces deux là ne sont pas ordinaires, fréquentant les bibliothèques , Caroline son encyclopédie sous le bras et Randy son cheval en plastique, son fétiche dans son sac à dos.

  

La vie aurait pu continuer un certain temps comme cela, choisie et heureuse mais cette harmonie vigilante sera rompue par une inadvertance de Caroline, un détail qui va faire basculer le destin et ce sera la fuite, la fuite en avant, cavale improbable , on pense à La Route de Mc Carty .Quelques éléments seront dévoilés à la toute fin du livre mais  l'imagination et le rêve prennent le pas sur la réalité et on ne sait plus où est la frontière, peu importe ,on est transporté par les mots et on laisse son esprit vagabonder derrière la force de vivre de Caroline.

 

    Si on avance hardiment dans la direction de ses rêves,on sera payé de succès inattendus en temps ordinaire .On franchira une borne invisible. Ne l'oubliez pas .N'oubliez pas que la pensée peut entraver. Oubliez l'oubli. La seule chose que nous cherchons avec un insatiable désir est de nous oublier nous -mêmes, de faire quelque chose sans savoir comment ou pourquoi.Les voies de la vie sont merveilleuses: la vie procède par abandon.

 

Un excellent roman !.

Merci beaucoup à  News Book http://newsbook.fr/ et aux Editions Rue Fromentin pour ce partenariat.

 

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 12:15

En promenant mon regard inconsciemment sur les étagères de la bibliothèque que je qualifierais de "recomposée",mes yeux se sont arrêtés sur ce livre de Yann Queffélec que je n'avais jamais lu.

C'est vrai que j'ai envie,  comme beaucoup ,de lire les plus récents romans, ceux qui font l'actualité ... mais c'est dommage car on oublie ceux que l'on a pas eu le loisir ou l'opportunité  de découvrir à l'époque.

Le roman débute par l'histoire de Nicole, 13 ans, amoureuse d'un soldat américain et qui lors de ce qu'elle croyait être la soirée d'adieu sera violée par ce soldat et ses deux comparses.

Ludovic naît de cet horrible cauchemar, rejeté par sa mère, haï par ses grands parents. Il passe les premières années de sa vie enfermé dans un grenier , caché à la vue des autres .

Puis après le  mariage de sa mère avec Micho, un  veuf plus âgé qu'elle, l'espoir  d'une vraie vie de famille est vite déçu.

 Nicole ne supportant pas  l'existence de cet enfant qui lui rappelle sa jeune vie saccagée, Ludo est envoyé dans une maison spécialisée .

Il s'en échappera et ira vivre caché dans un cargo échoué.

La grande majorité du livre est narré par Ludo avec des mots simples sans être simplistes, avec une intensité qui vous prend à la gorge, son regard sur ce qu'il vit est poignant et l'on sent rapidement que tout cela ne peut pas finir bien !

Le dénouement arrive comme une libération pour Ludo et Nicole , on tremble d'émotion longtemps après avoir fermé le livre.

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 14:18

Comme la plume de Stephan Zweig est élégante et précise et nous entraine vers des sommets de ravissement ...

La description du changement du visage  et  de l'attitude du vieux professeur suivant  ses élans oratoires et ses tourments vue par les yeux du jeune étudiant tombé en adoration devant ce maitre est magnifique.

Jusqu'au dernier mot, je suis restée dans un état second !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 12:24

Je n'avais lu de Mc Carty que La Route et j'ai mis cette oeuvre dans une sorte de sanctuaire inviolable n'ayant pas envie d'être déçue en lisant d'autres romans, et puis comme il faut bien franchir ses frontières ,je me suis lancée dans ce premier tome de La Trilogie des Confins,à ma grande satisfaction.

Le héros John Grady Cole, jeune garçon du Texas, quitte  sa famille et son pays natal qui ne correspond plus à ses aspirations de dresseur de chevaux et part à l'aventure avec son ami Lacey Rawlins au Mexique traversant à cheval le mythique Rio Grande.

Une odyssée  sans fard , un parcours initiatique sans concessions d'où John Grady reviendra couvert de cicatrices, celles du corps ayant connu la violence des prisons, celle du coeur avec son amour impossible pour Maria et celles de l'âme avec la mort du jeune Blennings et le meurtre qu'il a commis.

L'écriture est puissante,on est pris à la gorge par l'intensité de l'action .

Dans le soleil couchant le cavalier part seul sur son cheval vers d'autres horizons  ...

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 14:46

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51to8PR%2BYEL._SL160_.jpgDans la collection "Le Livre Qui Parle" voici  un abord original de l'oeuvre de Paul Cézanne .

Historienne d'art Françoise Barbe-Gall nous conte la vie de Paul Cézanne et surtout nous ouvre le chemin de l'analyse de sa peinture avec la vision du Maitre .

Artiste incompris même de ses plus proches amis comme Emile Zola , créateur lent, homme indépendant de tout mouvement, même de l'impressionisme et de toute mode, Cézanne a une conception particulière de la peinture que nous arrivons à appréhender mieux grâce aux propos de Françoise Barbe-Gall.

Elle a une façon très agréable d'aborder le sujet, ce n'est pas un cours didactique, mais une conversation avec l'art qui met la curiosité en éveil.

Le seul dommage est la petitesse des tableaux présentés sur la minuscule  brochure fournie avec le CD, il aurait fallu un lien clair et visible pour voir les tableaux dans de  meilleures conditions et profiter pleinement du discours de l'historienne sans chercher fébrilement les toiles sur le Net .

C'est vraiment le seul reproche  car j'ai passé un moment hors du temps à naviguer dans ces chefs d'oeuvres, à me promener sur les chemins de la Montagne Sainte Victoire ou à croquer dans les pommes de ses natures mortes et je remercie vivement Babélio et les éditions Le livre Qui Parle pour ce partenariat.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 14:04

Quel plaisir de profiter d'un long trajet en train pour se plonger dans un livre de Catherine Hermary-Vieille.

Plus rien autour de soi n'existe  et on se retrouve au coeur de la Révolution Française avec Rose de Beauharnais future Josephine et Théresia  Cabarrus.

Ces deux jeunes filles sortant à peine de l'enfance nous entrainent dans la

vie mouvementée de l'époque .

Certes, elles feront l'une et l'autre des séjours dans les geôles et verront beaucoup de leurs proches partir pour la guillotine ou l'exil .

Mais le sacre des Merveilleuses et des Incroyables arrive immédiatement après les heures les plus sombres de la terreur.

Et les fêtes dans les palais avec leurs nouveaux occupants reprennent vite cours avec leurs dépenses somptuaires et leur débauche luxueuse alors que le peuple a toujours aussi faim et froid...

Rose, sans le sou et sans éducation parvient par sa beauté créole , ses relations et ses amants à devenir une des reines de ces salons, partageant cette gloire avec Théresia bientôt Madame Tallien.

Perfectionnant l'arrivisme jusqu'à épouser Napoléon Bonaparte ,Josephine est une femme sans scrupule !

Arrivée à destination , j'ai failli oublier de descendre du train tellement ce livre se lit avec entrain (c'est le cas de le dire !!!).  

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens