Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 15:29

Ce roman fait froid dans le dos, bien qu'il ne s'agisse pas d'un roman d'horreur .

Non, simplement, la vie de couple racontée par Adam Ross laisse un goût amer.

Voilà l'histoire de David et Alice Pepin, à l'origine du titre du roman, et ceux des deux policiers chargés de l'enquête sur la mort suspecte d'Alice dont est soupçonné son mari.

Un des policiers est d'ailleurs  Sam Sheppard , qui a vraiment existé et a défrayé les chroniques  américaines dans les années cinquante et dont l'histoire est à l'origine du feuilleton "Le Fugitif" , qui décidément me poursuit ,il y a des hasards étonnants à travers nos lectures.

Bref, l'analyse de la vie conjugale est vue du côté masculin principalement, la femme ayant une image peu flatteuse dans son ensemble , l'écrivain n'essaie pas de les rendre sympathiques, pas plus d'ailleurs que les maris ...

L'incompréhension des êtres fait suite plus ou moins rapidement à la période de l'idylle et le mariage finit en drame ou en conflit .

Et que dire de l'arrivée ou plutôt de l'annonce de l'enfant qui n'a pas non plus les faveurs de l'auteur.

J'ai eu du mal à finir ce livre, les différentes versions de la vie conjugale des Pepin et les multiples hypothèses quant à la mort des deux femmes s'entrecroisent ,avec au milieu un petit personnage Möbius, pion diabolique semblant sorti de l'esprit tordu de David Pepin .

Donc un livre que je n'ai pas franchement apprécié.

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 16:55

Première expérience pour moi de CD Audio, que j'ai écouté en voiture.

Tout d'abord il y a cette façon un peu déroutante de découvrir un récit sans tourner les pages d'un livre, mais passés ces premiers instants, je me suis laissée happer par l'aventure de Jérémie Rex, jeune boulanger sans emploi et ex-jeune star de séries télés.

Lors d'un voyage à Venise, il est intrigué par la disparition des lumières aux fenêtres de la maison représentée sur le tableau de Magritte intitulé "L'Empire des Lumières", puis lors d'une visite ultérieure, il se retrouve à l'intérieur de cette maison revivant sa première expérience amoureuse.

Cette partie de l'histoire est originale et captivante et bien sûr , je me suis précipitée en arrivant chez moi sur Wikipédia pour voir ce tableau dont il existe plusieurs versions.

J'ai été beaucoup moins convaincue par la suite de l'histoire lorsqu'il cherche à retourner dans la maison, par les explications pseudo-scientifiques de son expérience , par ses retrouvailles avec Candice , son amour de jeunesse et par sa rencontre avec Martha , tout cela est bien tiré par les cheveux à la frontière du fantasque et de l'onirisme .

.

 

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 16:32

Voilà un certain temps que je n'avais  pas lu de roman de William Boyd et j'avais conservé le souvenir de lectures plaisantes et originales.

Certes, ce nouveau roman se lit agréablement, mais j'ai trouvé l'intrigue assez convenue et déjà exploitée à de nombreuses reprises: les essais thérapeutiques truqués avec des dossiers de décès suspects qui disparaissent et l'assassinat du médecin qui émet des réserves quant à l'innocuité du produit face à la toute puissance d'une grosse firme pharmaceutique , cela n'a rien de bien nouveau.

Le personnage principal, Adam Kindred, mêlé malgré lui à cette sombre histoire se retrouve recherché par la police, par les méchants, sans le sou et à la cloche de bois.

Il est relativement sympathique mais il met quand même 300 pages à réagir et à essayer de s'en sortir !

Le Docteur Richard Kimble interprété (admirablement par Harrison Ford ...) dans le Fugitif est plus actif.

J'ai  passé un bon moment de lecture mais ce livre ne restera pas comme inoubliable .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 15:20

Stephan Zweig, une fois de plus décrit avec brio en un texte fort court, la transformation d'un père aimant et aimé , homme honnête et aisé en un vieillard acariâtre de ne  pouvoir  supporter l'envol de son enfant hors du cocon patiemment et obstinément conçu.

Toute la magie de Zweig!

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 12:56

Easter Parade , c'est la photo d'un jeune couple, amoureux pris dans les rues d'un petite ville américaine dans les années cinquante lors de la fête de la ville et qui représente le cliché de l'Amérique heureuse.

Ce livre est la chronique plus amère que douce d'une famille désunie.

La mère, Pookie, récemment divorcée pense qu'en changeant de ville, de maison , de job en trimbalant ses filles, elle va changer de vie, reprendre un nouveau bon départ et que les choses vont forcément s'arranger.

Le père, personnage secondaire, n'arrive pas à garder le contact avec ses enfants.

Ses filles, Sarah et Emily dont le chemin dans la vie va inexorablement les éloigner l'une de l'autre.

L'aînée épouse un fils de famille, celui de la photo, ils ont toutes las apparences du couple idéal, mais l'envers du décor, c'est la violence conjugale puis l'alcoolisme dans lequel la jeune femme sombre;

Emily, la cadette, libre, sans attaches, erre d'amants en amants, de désillusions en trahisons et se retrouve finalement seule .

Richard Yates nous offre un roman qui peut paraître banal sous une  apparence anodine mais qui contient l'essentiel du mal-être américain "blanc", les blessures de la vie, le spectre de la guerre du Vietnam, la violence et l'alcoolisme, l'aspiration à la liberté avec toutes les désillusions de l'"American Way of Life."

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 12:38

Voulant prolonger mon émerveillement en découvrant Venise, j'ai été tenté par cet ouvrage qui présente de façon originale les peintres qui ont contribué à la gloire de Venise.

Et tout d'abord, au milieu du XVI ème siècle, Titien.

L'histoire du peintre et de ses oeuvres se confond en effet avec l'ascension de Venise, face au sac de Rome.

Le livre alterne l'histoire de la peinture à travers ses artistes, l'évolution de la cité des Doges, son architecture, ses conquêtes et ses batailles.

Certains tableaux sont finement analysés, au moins pour les néophytes comme moi, en particulier ces magnifiques oeuvres du Tintoret et de Véronése : Les noces de Cana me donnant envie de  les revoir plus posément.

Un seul regret: certaines toiles ne sont pas exposées à Venise ...

Donc un très beau livre pour prolonger ou préparer son voyage, ou simplement pour l'amour des belles choses.

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 19:04

Séduite par la quatrième de couverture,... et oui je ne peux pas m'empêcher de les lire et d'y croire ! surtout quand je furète dans ma bibliothèque de quartier, je n'ai pas vraiment retrouvé ce qui était promis !

Histoire de fratrie, avec une vieille maison familiale qui sent le renfermé,un frère qui disparait , un rhume et une tempête  de neige qui bloquent le narrateur dans cette bicoque mal chauffée avec ses souvenirs d'enfance et ses non-dits.

 le style est incisif, les rencontres assez insolites, les situations cocasses sans plus mais j'ai trouvé tout cela un peu bref pour m' y sentir à l'aise ...

La dernière phrase a déclenché un rire nerveux incontrolé qui a surpris mon entourage .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 21:08

Magnifique et tragique (bien sûr ! ) histoire d'amour entre Francesca ,fille du gouverneur de Ravenne et de Paolo Malatesta, frère de l'homme à qui son père la marie pour sceller un accord politique lors de la lutte entre les Gibelins et les Guelfes en Italie  au XIII ème siècle.

Cette histoire est racontée par Dante dans la divine Comédie , mise en musique par plusieurs compositeurs, représentée dans de nombreuses peintures et à l'origine de la statue "Le baiser" de Rodin.

Jacques Tournier reprend ce thème dans un court roman trop vite lu, bien écrit et émouvant ,sans fioriture, qui m'a offert un moment hors du temps à la poursuite de cette jeune femme qui devant se plier à la volonté de son père et à la brutalité de son époux saura quand même vivre  brièvement mais intensément son amour.  

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 18:51

Avril en Islande n'a vraiment rien à voir avec le printemps tel que nous le connaissons.

Des tempêtes de neige, des bourrasques de vent , un froid glacial ,une mer noire déchaînée, des montagnes et des ravins qui se confondent dans un immense rideau blanc ...

 Visiblement ce roman fait suite à "Entre ciel et terre " mais pour moi qui ne l'avais pas lu, cela ne nuit pas à la bonne compréhension de l'histoire.

Alors qu'il est recueilli dans une auberge par deux femmes et un vieux capitaine au coeur bourru , et qu'il va pouvoir se consacrer à sa passion des mots et des livres, le gamin doit accompagné le postier dans une tournée rendue particulièrement périlleuse par le mauvais temps.

    Au -delà de ce que l'on peut imaginer, ils progressent dans des landes particulièrement hostiles, royaume du vent et de la neige, parcourue par les âmes des défunts.

La peur, le danger, la mort qui guette dès le moindre relâchement scellent une union improbable entre le gamin disert et le postier mutique.

Des rencontres surprenantes dans des fermes perdues  où parmi la misère, la famine, la maladie souvent fatale des enfants ,on trouve des habitants généreux , des livres et des femmes pour en parler ...

Et puis la Mort qui les accompagne telle une compagne qui les appelle .

C'est admirablement écrit  et on est saisi non seulement de froid mais d'angoisse  pour nos deux héros ,d'admiration pour tant de bravoure et de courage.

 La fin tombe comme un rideau .

Larmes d'émotion et bravos .

 

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 16:43

J'avais beaucoup aimé le récit de cette Bataille d'Essling dans le roman magnifiquement écrit par Patrick Rambaud et pour lequel il avait reçu le Prix Goncourt 1997.

Terrible bataille qui s'est révélée être une des batailles les plus meurtrières, et aussi un échec pour Napoléon, il a été vaincu pour la première fois et il y perdu un de ses meilleurs officiers, le Maréchal Lannes.

Cette bataille n'aura duré que deux jours avec pour les troupes napoléoniennes le Danube à franchir et au final elle aura été une véritable hécatombe.

J'étais curieuse de voir comment cela pouvait être adapté  en Bande Dessinée par Frédéric Richaud et Yvan Gil et la réalisation est , ma foi, superbe et réussie.

J'ai apprécié le dessin très soigné de Yvan Gil , de facture classique, avec des détails saisissants, les différents personnages sont bien campés et facilement reconnaissables ce qui est , à mon avis, un exploit.

Nous suivons également quelques personnages comme Henri Beyle à Vienne , fort proche du lieu de la bataille puisque les habitants vont observer comme à un spectacle ou au cirque le déroulement de l'action .

Mon seul regret : attendre le prochain tome pour suivre les événements.

Un grand merci à Babelio et aux Editions Dupuis pour ce partenariat

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens