Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 18:41

Instantanés de vie qui se succèdent avec une relation linéaire directe, instantanée et éphémère  .

Pensées fugitives, de celles que l'on a dans le métro, dans la rue , dans sa cuisine sans vraiment de profondeur...

L'exercice d'écriture est intéressant .

Pour le lecteur, c'est autre chose, au départ on est surpris, intrigué par ces brefs paragraphes, on cherche un lien, un fil conducteur, un retour sur un inconnu déjà croisé,quelque chose à se raccrocher  malheureusement non, cela se suit , l'amour, le sexe , le quotidien mais cela ne fait pas une histoire et encore moins un roman.

Comme il n'y a pas de pause, j'ai tout lu , ces petites réflexions sont souvent le reflet de frustration , d'incompréhension, de désir, parfois elles sont amusantes mais je suis restée sur ma faim!

Merci à  Babelio et aux Editions Au diable Vauvert.

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 15:22

Transgresser les interdits que l'on s'impose, cela fait partie des petits plaisirs de la vie ou alors des belles claques ...

Relire Boris Vian que j'avais vénéré quand j'étais "ado" je ne l'avais pas fait jusqu'au Club de lecture de Décembre avec "J'irais cracher sur vos tombes" .

Depuis je succombe dès qu'un roman me tombe sous la main, ou plutôt actuellement un livre Audio .

Ce n'est pas une histoire d'amour comme les autres , racontée avec des mots qui se suivent, s'enchaînent et forment des phrases, c'est au delà du réel, dans un monde farfelu, imaginaire, une alchimie incroyable entre les personnages et le lecteur.

Je suis restée sur un petit nuage, les années se sont effacées et j'ai retrouvé tout ce qui m'avait fait vibrer, quelque chose hors du temps qui a du mal à s'exprimer , donc je me tais et poursuis mon rêve ...

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 10:49

Ma brouille avec Eric Emmanuel Schmitt ne pouvait pas durer fort longtemps, voilà qui est réparé.

Triptyque féminin , raconté à tour de rôle par petits chapitres à des époques et des lieux relativement emblématiques : La Renaissance à Bruges, le début de la psychanalyse à Vienne et notre époque à Hollywood.

Trois destins hors du commun de femmes qui s'imbriquent imperceptiblement .

Les questions essentielles, la vie, l'amour , la recherche de l'absolu ou simplement du plaisir sont habilement abordées par l'auteur qui, avec astuce relie peu à peu les histoires de ces femmes qui n'ont pas voulu d'une vie ordinaire et banale, empruntant des chemins difficiles bien différents .

Une lecture très plaisante, avec des phrases simples mais au sens profond .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 14:52

Deuxième incursion dans l'univers de l'écrivain islandais et avec un peu plus de plaisir que dans Hypothermie, sans doute du à l'absence d'Erlendur , pardon pour les puristes ...

C'est donc Elingbor qui mène cette enquête de crime et de viol sous Rohypnol, l'usage détourné de ce somnifère laisse d'ailleurs très perplexe sur l'esprit tordu des violeurs et fait froid dans le dos !

Je suis par contre plus réservée quant à l'utilité dans le roman du développement des problèmes familiaux de notre inspecteur en jupon avec son fils adolescent.

Manie que l'on retrouve dans beaucoup de romans policiers actuels et je préfère finalement les ambiances à la Simenon (je suis peut-être de ce point de vue là un peu vieux jeu ? )

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 16:55

Mississipi-Wisconsin, je change d'état mais la vie au Sud n'est pas plus souriante qu'au Nord quand il s'agit du travail de la terre ...

On y rajoute une grosse dose de ségrégation , au Sud elle a été incrustée de façon tenace , et les noirs qui tentaient de sortir de leur condition de "sous-hommes" avaient intérêt à changer de pays .

L'histoire donne la parole aux différents protagonistes dans des chapitres  assez courts, Henry et Laura MacAllan et la famille de métayers noirs, Hap, Florence .

On est  rapidement happé par l'atmosphère pesante: la pluie qui rend la terre boueuse et la ferme isolée, le retour de la guerre, cette fois, la seconde guerre mondiale où Jammie, le jeune frère d'Henry a perdu son insouciance de jeunesse et sombre dans l'alcool et Ronsel le fils des métayers,rentré en héros, espère une autre vie que celle de ses parents en "oubliant "sa couleur de peau et les interdits qui vont avec ...

L'adultère, le passage à tabac, les espoirs déçus, la vie n'est pas celle dont on a révé .

Même s'il n'y a rien de franchement original, ce roman est agréable à lire , on rentre vite dans l'action, dans la peau des personnages et j'ai passé un bon moment de lecture.

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 15:49

Le jour de ses 90 ans, la narratrice se souvient de son enfance en Géorgie et de l'exil de sa famille lors de l'invasion des bolcheviques dans son pays.

S'en suit l'histoire de cette grande famille sur au moins 3 générations en un nombre de pages assez limité ce que j'ai trouvé déplaisant, trop d'événements survolés, une multitude de prénoms que j'ai eu du mal à situer au fil du roman.

Reste une belle histoire d'amour et d'amitié et la rencontre avec une communauté vivante, fière de ses coutumes et qui a su les faire revivre dans son nouveau monde.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 13:26

Habituellement, je ne suis pas une fan de nouvelles, mais écrites par Laurent Gaudé ,je me suis laissée tenter!

Quatre histoires sous forme plutôt de petits contes autour de la guerre, de la mort , des prémonitions et des revenants...

C'est sombre et poétique, nous emportant à la limite du fantastique.

J'ai préféré la première , celle qui donne son titre à l'ouvrage.

 A l'annonce de la mort de Zio Négus,le narrateur retourne dans le village du défunt et se rappelle en chemin ce que le vieux lui a raconté, sa retraite sous forme de fuite dans une abbaye abandonnée autour d'un champ d'oliviers après son retour d'Ethiopie où il a été combattre et ses visions de l'armée de Frédéric II errant parmi les vieux arbres (pourquoi Frédéric II,roi de Prusse  ? ) ...C'est simple et poignant!

Merci Monsieur Gaudé pour le bonheur de vous lire.

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 12:43

Belle déception pour ce roman, j'avais imaginé tout autre chose, or j'ai trouvé un catalogue précipité des événements des années 50 à 80 des États Unis avec l'impression que l'auteur a tout voulu citer, quel intérêt, ce survol, nous ne sommes pas dans un condensé d'histoire ! Le summum étant pour moi l'évocation de Woodstock ...

Bref, histoire parallèle de deux jeunes filles  conçues une nuit d'ouragan et nées le même jour, soeurs d'anniversaire puis leur passage à la vie adulte et la découverte du secret de leur naissance ... Secret qui n'en est pas un tant les ficelles sont grossières.

Certains thémes abordés, comme l'homosexualité féminine dans les années 80, la réflexion sur l'évolution de l'agriculture ne sont qu'ébauchés et je suis restée assez frustrée par ce manque de souffle .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 12:13

Qu'est-ce qui fait que l'on aime un livre ou pas , ou que l'on reste dans une attitude critique , détachée de l'histoire mais avec un besoin compulsif de continuer à lire malgré tout.

J'avais parcouru assez vite la quatrième de couverture , ne voulant pas reposer cet ouvrage pour avoir entrevu ce qui ne m'emballait pas trop: massacre de la famille, secte satanique ...

Cent fois, j'ai posé le bouquin , tentée d'en attraper un autre mais j'ai tenu bon, lâchant même toute activité dans les dernières pages pour connaître le dénouement, soulagée également d'en avoir fini  !

L'histoire de Libbie, seule rescapée du massacre de sa famille en dehors de son frère Ben derrière les barreaux pour ce crime multiple, accusée par sa soeur de 7 ans à l'époque nous fait évoluer dans des milieux particuliers, avec une alternance entre l'époque actuelle et ses clubs de soutien aux victimes de meurtres atroces ou aux  présumés coupables que certains fans, essentiellement des femmes, estiment injustement emprisonnés et la journée clé: la veille du carnage avec une fois de plus, la misère sociale d'hommes ratés et alcooliques entraînant leur famille dans des galères dont elles sortent totalement déstructurées , des mères impuissantes, des enfants égarés dans la drogue et les mouvements sataniques ...

La fin m'a laissé dubitative quant à la crédibilité de l'histoire ...

 

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 17:28

Chronique douce -amère d'un été dans la maison familiale où le doux ronron des visites des cousins et des chipoteries entre les soeurs est perturbée par l'initiative du Grand -Pére de proposer à la domestique de se baigner dans la piscine.

On ne franchit pas les barrières sociales aussi facilement et la narratrice Mathilde préférera la fuite à l'affrontement.

C'est agréable à lire sans plus.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens