Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 10:27

Ce qu'il y a de bien avec Stefan Zweig, c'est que l'on est jamais déçu.

Il s'instaure au fil des lectures de ses nombreux romans ou nouvelles une  sorte de jeu :découvrir le moment où l'intrigue bascule dans un tourbillon infernal de sentiments incontrolables.

Amok représente à merveille cette impression: la nuit sur un pont de navire revenant de Malaisie, le récit d'une passion au delà de la raison, l'Amok et on se laisse emporter dans les flots avec d'autant plus de plaisir que dans cet Audio- livre c'est la voix profonde de Michael Lonsdale qui la raconte .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 15:16

Voilà bien longtemps que je ne m'étais plongé dans un roman du grand Victor même si les Contemplations restent sur ma table de chevet .

Quel plaisir de "re"découvrir cette si belle langue , ces longues phrases et ces descriptions à couper le souffle.

Bien sûr, cette lecture est parfois ardue avec certaines énumérations des titres et privilèges des nobles de cette Angleterre de la fin du XVII ème siècle ...

J'ai préféré  le début du roman lorsque nous faisons la connaissance de ce vieil original de philosophe dans sa green box, Ursus et de son loup Homo et lorsque nous suivons Gwynplaine, pauvre enfant défiguré errant sur la lande après avoir été "oublié sur la grève.

Roman politique avec sa critique appuyée de la société aristocratique anglaise où la mutilation physique de Gwinplaine est le miroir de la mutilation des coeurs desoeuvrés de certains nobles et où la misère est opposée à la morgue des riches.

Roman d'amour également entre Gwinplaine et Déa , la jeune aveugle et comme tout roman d'amour qui se respecte ,finit mal ...

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 14:01

Je dois avouer que lorsque j'ai commencé ce roman, j'ai eu des doutes quant à ma capacité de continuer cette lecture

Mes premières impressions ont été plutôt négatives car j'y ai entrevu de prime abord une pâle copie à la sauce anglo-saxonne de Intouchables , un coup de coeur cinématographique.

Mais missionnée  par Babelio pour  faire une critique de ce livre, je n'ai pas craqué et j'ai été assez rapidement happée par cette histoire.

Il faut dire que Jojo Moyes a visiblement le talent de doser astucieusement les ingrédients qui font une bonne recette.

L'héroïne, Louisa Clarks est à la fois fantasque, nature et en même temps immature et casanière, se contentant d'une petite vie, comme celle que vit ses parents. Elle est d'emblée attachante et sympathique.

Beaucoup d'humour également malgré le sujet fort délicat du handicap mais aussi une reflexion forte sur le regard des autres et surtout le regard de soi lorsque les accidents de la vie viennent bouleverser son idéal .

Comment envisager l'avenir quand on est totalement dépendant des autres et que l'on ne vous laisse pas décider par vous-même.

Cela m'a beaucoup perturbé: comment ne pas avoir le regard d'une mère ou d'une amante lorsque la vie n'a plus de sens pour l'autre , où commence l'égoïsme et jusqu'où doit aller l'amour lorsque la demande de l'autre est l'assistance à la mort.

Jojo Moyes a su alléger son propos en donnant à Will la capacité d'éveiller Lou à une vie différente,  ouverte à beaucoup de choses, à lui offrir un vrai avenir ce qu'il n'aura jamais plus.

Un grand merci à Babelio et aux Editions Milady.

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 15:01

 

Très bonne surprise avec cette BD, ou plutôt roman graphique ( il faudra m'expliquer la différence !)

En quelques bulles aux couleurs chatoyantes, agréables à regarder, nous faisons la connaissance de six personnages qui habitent dans la même rue deux immeubles face à face.

Chacun poursuit sa vie avec ses peines et ses espoirs , souvent remplie de solitude et de non-dits.

Le lien est créé par Monsieur Armand qui a installé une minuscule bibliothèque sur le rebord de sa fenêtre, façon subtile de rentrer en contact avec les voisins, d'amorcer le dialogue.

C'est tendre, on sourit et on est triste avec eux, il n'y a pas de mièvrerie dans ces petites histoires et les personnages sont transfigurés à la fin de l'ouvrage avec un large sourire aux lèvres et plus de légèreté au coeur.

Que cela fait du bien de lire une BD sans violence, qui met du baume au coeur également du lecteur car on se dit que tout n'est pas perdu tant qu'il reste un fond d'humanité et de chaleur.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 14:56

C'est toujours avec une petite pointe d'angoisse que l'on aborde un deuxième roman après l' excellente surprise du Club des incorrigibles optimistes.

Et bien , pour mon plus grand plaisir, cette nouvelle histoire est au moins aussi réussie avec le petit plus de croiser des personnages du roman précédent ce qui apporte un éclairage nouveau.

Jean-Michel Guenassia maitrise à la perfection la construction du roman ce qui fait qu'on ne s'ennuie jamais .

Ce sont d'abord les différentes étapes de la vie de Joseph Kaplan , brillant jeune chercheur juif né à Prague qui s'enchainent , parfois de sa propre initiative mais souvent menées par les événements .

D'un jeune homme aux idées affirmées mais aux passages à l'acte plus difficiles qui lui vaudront de perdre quelques uns de ses amis et amours, nous le voyons évoluer en maturité, surtout après son séjour éprouvrant dans le bled algérien pendant la seconde guerre mondiale puis conduire sa destinée même si on ne maitrise jamais les sentiments des êtres avec qui on partage sa vie.

Avec comme leitmotiv la musique de Carlos Gardel et le tango que Joseph danse comme un dieu.

Arrive la toute dernière partie du roman où le titre prend tout son sens, petite histoire dans la Grande, tout à fait plausible et que l'on osait imaginer tant la musique argentine sert de fil conducteur .

Bravo Monsieur G, vous m'avez fait chavirer le coeur comme le tango fait chavirer le corps !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 16:16

Court récit rempli de nostalgie magnifiquement écrit par Zweig;

L'amour que ressent  Louis est mis sur un piedestal parce que c'est un premier vrai amour , qu'il s'agit de la jeune femme de son mentor et qu' il oublie pour la première fois sa condition d'homme pauvre qu'il vit avec un sentiment d'infériorité.

La séparation alors que les amoureux viennent de se déclarer enfin leur flamme magnifie cette passion.

 Les pensées de Louis devenues vite obsessionnelles uniquement dirigées vers l'aimée vont petit à petit se transformer en souvenir enfoui avec une blessure qui reste à fleur de peau .

Mais lorsqu'il provoque leurs retrouvailles lors de son retour 9 ans plus tard, ce sont les souvenirs des moments passés qui  resurgissent et prennent le pas sur la nouvelle rencontre de deux êtres qui ont changé et vieilli et qui sans se l'avouer se sont imperceptiblement éloignés.

La fin avec les vers de Verlaine laisse au lecteur le choix d'imaginer l'avenir de ce couple qui n'en a jamais été vraiment un.

L'amour doit quelquefois rester rêvé, sublimé , c'est un constat triste et amer et c'est le sentiment que j'ai eu en finissant cette nouvelle remarquable.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 17:57

Ce doit être l'annonce de l'arrivée du froid qui oriente actuellement mes lectures vers des contrées polaires!

Encore une histoire au Groenland, un beau récit, simple, bien écrit et émouvant sur une tribu d'esquimaux qui a aujourd'hui disparue.

C'est Ninioq  la grand-mère qui raconte sa vie, les coutumes de son peuple, les invocations des esprits des animaux lorsqu'on les tue , la disparition des rennes ...

Transmission du savoir ancestral à son petit fils Manik avec fébrilité parce qu'elle est arrivée au bout de sa vie .

Je n'en dirai pas plus de l'intrigue car sa découverte doit rester intacte pour en conserver la candeur et pour moi une fin à laquelle je ne m'attendais  pas .

Une bonne lecture au coin du feu qu'on apprécie encore plus !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 19:16

Etonnant roman.

Ce récit assez court est principalement écrit à la première personne sous la forme d'un rapport que l'abbé inquisiteur Montanus adresse à son évéque .

Court Serpent est le nom du bateau construit pour mener une expédition à la fin du XIVème siècle en Nouvelle Thulé, pays situé au Nord de l'Islande au Groenland pour retrouver les colonies évangélisées de nombreuses années auparavant.

Le climat plus que hostile avec une période glaciaire inhabituelle rend l'expédition plus périlleuse et éprouvante , certains colons ont survécu  dans un dénuement extrème autant dans leur subsistance que dans leurs moeurs, cotoyant  les rares indigènes et rejetant les publicains , les sangs mélés.

La sauvagerie est de tout bord , l'oeuvre du Malin autant que les méthodes inspirées de l'inquisition, c'est ce qui fait l'intérêt principal de ce livre ...

Le cannibalisme permet de survivre et ce qui apparait comme abject aux membres de l'expédition devient finalement salutaire .

L'expédition sera un fiasco et finira en fuite inavouée.

J'ai été soulagée de finir ce livre à l'atmosphère si noire et pesante  et aux descriptions si horribles.

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 12:44

Deuxième tome de la trilogie Le Siècle et encore un gros pavé.

J'ai été moins enthousiasmée que par la première partie, le début patine un peu sur 200 pages avec les émois amoureux et les flirts des enfants des personnages dont nous avons fait connaissance précédemment, j'ai trouvé cela long et sans grand intérêt.

Ensuite nous assistons à la montée du nazisme, en particulier en Angleterre ce que je ne savais pas.

Nous suivons toujours l'histoire de familles américaines, anglaises et russes, confrontées cette fois à la seconde guerre mondiale.

La recette est toujours la même mais fonctionne aussi bien, petites histoires au centre de la Grande, cela permet de rentrer dans certains détails historiques sans que l'on ait l'impression d'être dans un documentaire.

Bien sûr, les ficelles sont parfois un peu grosses et les intrigues cousues de fil blanc, mais la patte de Ken Follett fait avaler facilement toutes les couleuvres , c'est tout son art d'écrivain, sa plume magique !

La vie des allemands, surtout ceux qui se sont opposés d'emblée à Hitler est particulierement bien décrite et interessante.

L'extermination des juifs est  peu narrée dans ce livre, mais les ouvrages relatant ces tragiques événements ne manquent pas, Ken Follett par contre nous raconte le programme d'extermination des malades mentaux, des handicapés et des incurables: Aktion t4 beaucoup moins connu.

Mon grand regret : l'absence totale, comme dans le premier volume de personnages français alors que beaucoup de scénes se passent en France , l'absence d'évocation des hommes politiques français, De Gaulle par exemple n'est jamais mentionné, même à Londres ; les résistants sont de toutes les nationalités sauf française, je ne ferai pas preuve de chauvinisme mais j'ai trouvé cela un peu choquant.

Bon, je n'en veux cependant pas à Ken Follett, écrivain hors du commun qui me fait passer des moments intenses .

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 12:51

Lorsque j'ai posé la question de ce qu'elle faisait lire à ses éléves de l'Université de Boston à une jeune professeur de littérature américaine rencontrée cet été sur les bords de la Garonne , elle m'a simplement répondu: Toni Morrison...

Cette grande dame de la littérature américaine n'a plus grand chose à prouver, pourtant son dernier roman fort court contient tous les thèmes chers à l'auteur, l'enfance , la ségrégation et son lot de violences, la guerre et ses ravages physiques et psychologiques , la culpabilité et la rédemption et comme bouée de sauvetage, l'amour fraternel.

Je ne ferai pas une pâle copie des excellentes critiques lues sur Babelio, c'est un livre magnifique à l'écriture précise et forte qu'il faut absolument lire.

 Trop parfait ou trop concis, manque pour moi un petit quelque chose pour le classer dans mes coups de coeur !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens