Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 14:10
L'enfant qui mesurait le monde de Metin Arditi

Voilà un nouveau roman qui me réconcilie avec Metin Arditi !

Après mon avis assez mesuré sur La confrérie des moines volants, j'avais boudé Juliette dans son bain ...

Ici, retour en Grèce, à Kalamaki, petite île proche d'Athènes à notre époque , la crise est passée par là et n'a pas épargné les habitants de l'île .

Eliot Peters , architecte américain s'y est installé depuis une douzaine d'années au moment de la mort accidentelle de sa fille venue en Grèce étudier les théâtres antiques et le mystère de leur construction et retrouver également ses racines familiales .

Maraki, sa voisine, pêche la nuit à la palangre et pendant ce temps , Eliot veille sur son fils, Yannis , un jeune garçon autiste .

Pour Yannis, rien ne doit perturber l'ordre et l'harmonie du monde, à commencer par le sien : l'ordre de l'arrivée des bateaux de pêche, le poids des poissons ou le nombre des clients du bar : tout est comptabilisé et fait l'objet de savants tableaux qu'il garde dans sa tête .

Eliot lui raconte en les illustrant les légendes grecques avec leurs personnages mythologiques tout en poursuivant les travaux de sa fille .

Cet équilibre si précaire de l'île va être totalement perturbé par un grandiose projet immobilier dans le plus beau coin de Karamaki.

Cela attise la convoitise de chacun, les ambitions personnelles, l'appât du gain et les magouilles bien sûr sous le regard horrifié de certains amoureux de la beauté sauvage de la baie dont fait partie Eliot.

Metin Arditi nous offre une vision réaliste de la crise grecque, son retentissement sur la vie de gens humbles en même temps qu'un portrait émouvant d'un garçon pas comme les autres , entouré par la communauté de son village soudée jusqu'à l'annonce de gains, et comme souvent on ne peut que constater que l'appât de l'argent dévoile les cotés sombres de l'âme humaine .

Reste à savoir comment tout cela va finir car ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler la fin ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 10:30
Voici venir les rêveurs de Imbolo Mbue

Il faut sans doute être soi-même d'origine camerounaise et avoir vécu la plongée soudaine dans le monde américain pour décrire aussi bien ce que vivent et ressentent Jende Jonca et sa femme Neni lorsqu'ils s'établissent à New-York en rêvant d'offrir à leurs enfants une vie meilleure .

Jende est arrivé trois ans auparavant et grâce aux connaissances de son cousin , il obtient le poste tant prisé de chauffeur particulier d'un banquier , Clark Edward , cela lui permet de faire venir femme et enfant de Limbe , village camerounais où il n'était qu'un petit employé municipal et ne pouvait prétendre épouser Neni.

Ne reste pour cet homme courageux, travailleur et honnête qu'à obtenir la fameuse Green Card, véritable et unique Graal pour ne pas se faire expulser ... L'avocat en charge de son dossier est confiant.

Neni, elle, rêve de devenir pharmacienne et s'inscrit à la faculté .

C'est sans compter que nous sommes en 2008 et que l'employeur de Jende travaille chez Lehman Brother qui fait faillite, on s'en souvient bien . Cet événement va totalement bouleverser la situation y compris celle de la famille Jonca.

Cette histoire est particulièrement marquante car l'écrivain fait vivre le lecteur de l'autre coté de la barrière, celle de ces immigrés qui ont idéalisé l'Amérique ; elle sait rendre attachante cette communauté camerounaise, joyeuse malgré les difficultés, ces hommes et ces femmes réalistes chacun à leur façon, Jende plus malléable et fataliste que Neni obstinée à réussir sa vie aux Etats Unis et qui va se trouver au coeur du drame familial des Edward, car la vie des américains n'est pas , non plus, l'eldorado qu'ils avaient imaginé .

La fin surprend mais elle est pleine de sagesse et d'espoir .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 15:48
Repose-toi sur moi de Serge Joncour

Première incursion dans l'univers de Serge Joncour et je ne m'attendais pas du tout à cette ambiance .

Pourquoi avais-je imaginé un langage plus pompeux et une histoire beaucoup plus cérébrale et alambiquée ...

Un immeuble parisien, comme tant d'autres , avec une façade et des appartements "en première ligne" clinquants : attention , on est chez les Riches comme dirait un de mes amis , une cour avec un arbre qui masque en partie les appartements nettement moins luxueux derrière avec leurs habitants modestes .

Aurore, une jeune femme styliste occupe un bel appartement avec son mari Richard , un homme d'affaires américain et leurs deux enfants .

Ludovic, lui , a laissé la petite ferme familiale à sa soeur et est venu à Paris où il s'occupe de recouvrement de dettes , il est chargé des visites à domicile .

Deux mondes bien différents et qui ne font que se croiser devant les boites aux lettres mais Aurore est obsédée par le couple de corbeaux qui a expulsé celui de tourterelles qui avait élu domicile dans l'arbre de la cour , cela en devient cauchemardesque jusqu'à ce que Ludovic règle définitivement le problème à coup de carabine !

Deux êtres attachants car fragiles sous leurs armures de bourgeoise parisienne et de gros dur , ce sont ces failles qui les aimantent .

J'ai bien aimé l'approche pudique et réaliste de Serge Joncour même si parfois c'est un peu caricatural ... et je suis ravie d'avoir dépassé mes à priori sur cet écrivain , donc je vais poursuivre la découverte de ses romans .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 16:55
Romanesque de Tonino Benacquista

Amants maudits parce qu'ils s'aiment au dessus de toute autre contingence , l'histoire de la cueilleuse de baies et du braconnier traverse les siècles et les pays du monde entier .

Leur amour dérange et agace aussi bien sur terre qu'au ciel et ils sont ballotés de la chambre d'un Roi de France au Moyen Age à un théâtre d'une ville des Etats Unis à l'époque actuelle .

Un conte joliment raconté, même si j'ai trouvé plus de bonheur et de justesse d'écriture aux époques anciennes et une platitude un peu agaçante des temps récents .

Je ne connaissais pas cet auteur qui visiblement sort de ses sentiers habituels .

Ce roman sur un sujet éminemment rabattu donc "casse gueule " s'en sort plutôt bien et ravira tous ceux qui veulent mettre un peu , beaucoup, éperdument de Romanesque dans leur quotidien .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 16:16
Moka de Tatiana de Rosnay

A l'occasion de la sortie de l'adaptation cinématographique de ce roman, Moka publié initialement en 2009 refait une petite sortie .

Le monde bien rodé de Justine s'écroule lorsqu'elle reçoit un appel pour lui annoncer que son fils Malcom, 13 ans a été renversé par une voiture , que le jeune garçon est dans le coma et que le conducteur du véhicule s'est enfui .

Comment affronter ce drame ? le couple franco-anglais réagit chacun à sa manière et au lieu de rester soudés et de faire face ensemble , Justine et Andrew vivent ces jours d'angoisse et d'attente en s'éloignant l'un de l'autre avec une incompréhension grandissante .

Pour Justine, la recherche de la voiture, un vieux modèle de Mercedes couleur Moka et de son conducteur ne va pas assez vite et elle fait tout pour accélérer l'enquête quitte à sortir de la légalité et à agir impulsivement , cela devient une obsession que ne comprend pas son mari .

Les personnages sont touchants et attachants , y compris les personnages secondaires, avec une analyse psychologique qui apparait assez juste et fine .

Bien sûr difficile de ne pas sombrer dans le mélo mais pour de nombreux lecteurs parents (ou pas ) le sujet a une profonde résonance et si j'ai bien aimé ce livre, j'en ai déduit aussi que je n'irai pas voir son adaptation au cinéma, pour ne pas être obligée de ressortir de la salle avec trois paires de lunettes noires pour masquer mes yeux rougis et gonflés ...



















Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 17:06
Soyez imprudents les enfants de Véronique Ovaldé

Le destin d'Atanasia Bartolome va se dessiner le jour où accompagnant sa classe dans un musée de Bilbao alors qu'elle avait 13 ans, elle est subjuguée par une toile d'une femme nue du peintre Roberto Diaz Uribe.

C'est pour elle, le déclic de la sortie d'une enfance entre deux parents taciturnes, le départ vers le monde , l'inconnu et le passé de sa famille .

Car grâce aux bavardages de sa grand-mère Esperanza, elle découvre que ce peintre a été élevé par cette même grand-mère , qu'il est le cousin de son père et qu'il a mystérieusement disparu depuis de nombreuses années.

Atanasia part alors à Paris rencontrer un professeur spécialiste du peintre , un russe alcoolique volontiers agressif, c'est pour elle le début de l'exploration non seulement de la vie de l'artiste mais de la vie tout court avec un appétit de découverte et de nouveautés tout en racontant l'histoire foisonnante de la famille Bartolome, des hommes ambitieux mais poussant leur insatisfaction jusqu'à leur disparition subite: "soyez imprudents les enfants "recommandation lancée par une des génitrices et dont on peut faire la devise de cette famille si originale .

Remontant de temps anciens jusqu'à l'histoire la plus récente, celle de ses parents qui ont été d'une discrétion maladive , c'est une quête de soi , un roman initiatique tout autant que conte sans vraiment verser dans le fantastique, cela reste toujours à la limite du réalisme porté par une jeune femme qui ne veut pas sombrer dans la mélancolie maternelle .

on reconnait les thèmes de Véronique Ovaldé, son écriture fluide, souvent nerveuse , on passe de la troisième personne à la première au fil des phrases : on ne s'ennuie jamais et c'est ce que j'aime !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 14:13
Ecoutez nos défaites de Laurent Gaudé

Ceux qui connaissent bien les oeuvres de Laurent Gaudé reconnaitront sans peine le style lyrique de l'auteur qui ressemble par moments dans cet ouvrage à une geste antique .

Assem, agent des services secrets français est à la veille d'une nouvelle mission , il rencontre à Zurich au bar de son hôtel , Mariam, une archéologue irakienne qui passe sa vie à traquer les oeuvres de musée volées après avoir assisté au pillage du musée de Bagdad .

Chacun est arrivé au bout de quelque chose, Assem sent venir le temps de la réflexion après l'action , et Mariam doit affronter la maladie, chacun dépose une offrande à l'autre après cette nuit unique, Assem , ce sont quelques vers du poète ... et Mariam, la statue du dieu Bés.

Entre les quelques jours autour de cette rencontre, Laurent Gaudé insère trois épisodes de combat: celui du Général Grant lors de la bataille de Shiloh contre l'armée des confédérés et qui sera la plus sanglante de la Guerre de Sécession , l'histoire de Haïlé Sélassié à partir de sa défaite contre l'armée italienne de Mussolini et de son exil et celle, enfin, d'Hannibal Barca lors de sa tentative de conquête de Rome .

Chaque histoire, en soi , est marqué du sceau de la défaite .

Je n'ai pas réussi à entrer en phase avec ces histoires , celles du passé étant plutôt un survol pour arriver à la constatation du thème principal de la défaite et les réflexions et les états d'âme d'Assem et Mariam sont tristement d'actualité , celles de héros fatigués .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 10:22
L'archipel d'une autre vie d'Andreï Makine

Depuis combien de temps n'avais-je lu un roman d'Andreï Makine, sans doute pas depuis le Testament Français en 1995 ,et je me demande bien pourquoi il a subi , malgré lui, malgré moi, ce long purgatoire ...

Je me suis laissée captiver par ce roman qui débute de manière plutôt ordinaire dans la période du "communisme vieillissant " par la curiosité d'un jeune garçon envoyé pour un stage imposé de géodésie à Toughour dans la taïga et qui suit un homme dont le comportement lui semble inhabituel . Une traque que le jeune homme vit comme une aventure hors du commun, il culpabilise presque de voler des moments d'intimité au fuyard .

Mais c'est bien l'innocence ou la naïveté du débutant , car il se fait piéger comme un bleu par l'homme , alors au coin du feu du bivouac après avoir écouté l'histoire du jeune homme, le plus âgé débute son récit et là, commence petit à petit l'éveil du lecteur .

Pavel Gartsev a vingt ans dans les années 1950, période stalinienne tardive et s'étant engagé dans l'armée , il effectue avec ses camarades des manoeuvres de préparation à une troisième guerre mondiale nucléaire , lorsqu'il est désigné pour accompagner une équipe à la poursuite d'un prisonnier fugitif .

Un commissaire politique, le commandant, un jeune officier blanc-bec voulant prouver sa bravoure, et un vieux sergent et son chien partent donc avec Pavel sur les traces du fugitif à travers la taïga , l'affaire devant se régler rapidement ...

Une chasse débute, mais le gibier est finalement plus rusé que ses poursuivants et la traque se prolonge , pas question de revenir bredouille au camp.

Peu à peu, une évolution se fait dans le mental des soldats mais également dans l'esprit du lecteur, nous quittons un roman d'aventure et une critique politique évidente pour une réflexion plus profonde.

Devant la difficulté, les masques tombent, les aspirations intimes s'expriment , les ressentiments surgissent , la bestialité éclate ouvertement entrainée par celle des autres mais il se passe aussi autre chose de bien plus secret , le plaisir de la chasse fait place au bonheur, certes fugace , de la vie dans la taïga, loin des contraintes et des regards, et ils entrevoient sans la nommer une forme de liberté, celle qu'ils n'ont jamais connue, interdite par le régime et leurs fonctions et surtout celle du soi-disant gibier qui se joue d'eux, beaucoup plus habitué à la taïga et à ses pièges que les militaires .

Pavel, qui n'a pas l'expérience des autres subit cette prise de conscience de plein fouet, on sent que le retour en arrière va être difficile ...

Chacun fuit la sombre réalité : il a deux choix : celui de rentrer dans le rang et de se fondre dans la masse comme un "pantin" sans espoir de bonheur ou de courir vers la liberté quelque soit les obstacles et peut-être y rencontrer l'amour, le vrai .

Vous choisissez quoi , vous ? moi c'était déjà plutôt évident et cela devient lumineux grâce au talent d'Andreï Makine .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 11:24
Indian Creek de Pete Fromm

Sur un coup de tête avec l'envie d'être son propre maître et pour avoir lu trop de livres d'aventures, Pete Fromm, 20 ans et étudiant en biologie animale accepte d'aller garder pendant 7 mois des milliers d'oeufs de saumon dans les Rocheuses.

Mais il y a loin des rêves de gosse s'inventant une vie de trappeur intrépide et la découverte d'un long séjour en solitaire dans une tente, loin de ses potes et des soirées bien arrosées car une fois la saison de la chasse finie et les rudes gaillards partis , Pete va devoir affronter l'hiver qui débute tôt , la solitude, le lynx et l'ours et apprendre à se chauffer, à chasser , à conserver sa viande ... bref une vie d'ermite perdu dans la montagne enneigée .

Heureusement , il a Boone, sa chienne qui partage cet apprentissage .

Et quelle déception de découvrir dès que la neige fond , l'arrivée de touristes venant briser cette belle harmonie, finalement acquise à coup de doutes , de peurs mais également de victoires et de petits moments de pur bonheur .

Un récit vivifiant et par ces températures caniculaires, on rêve d'accompagner Pete le long de ses sentiers creusés dans la neige pour aller casser la glace dans les bassins des alevins .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 17:08
L'orée du verger de Tracy Chevalier

Pom, pom, pom, pom

pom, pom, pom ,pom ...

Où il est question de choisir entre les pommes à couteau et les pommes à cidre et ce dilemme est devenu une véritable guerre entre James et Sadie Goodenough, un couple venu s'établir dans une zone marécageuse de l'Ohio avec sa nombreuse progéniture .

La première partie du roman se déroule au printemps 1838 , à la fois racontée à la troisième personne , à la fois baragouinée par Sadie rendant la lecture déplaisante à mon goût : trop rudimentaire et vulgaire .

Le procédé employé par Tracy Chevalier pour nous faire sauter de nombreuses années tout en nous faisant suivre l'histoire du fils cadet, Robert, héros du roman consiste en de brèves missives racontant les principaux épisodes de son périple mouvementé mais l'orthographe hasardeuse la rend également pénible à lire .

La dernière partie se raccroche aux branches des séquoias géants avec la découverte de ces arbres majestueux, l'exploitation touristique qui va rapidement se developper et le trafic avec l'Angleterre de graines et de jeunes plants pour l'agrément de quelques beaux parcs .

Décidément, Madame Chevalier , on est loin de la jeune fille à la perle et de Prodigieuses créatures ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens