Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 16:21

Il faut beaucoup de talent à Jonathan Coe pour nous rendre sympathique son héros, Maxwell Sim.

Car arrivé à 48 ans, le bilan de sa vie n'est pas très brillant et l'homme n'est pas spécialement attirant, on pourrait dire de lui que c'est un individu sans envergure, de ceux qui passent inaperçus et dont on ne se souvient jamais .

Au cours de cette histoire, non seulement il arrive au summum de la médiocrité mais en plus , plusieurs pans de son monde s'écroulent lorsqu'il découvre certains écrits d'amis d'enfance ou de son père .

Avec un humour très anglais, ses diverses mésaventures deviennent drôles , alors que souvent certaines situations aménent à se poser la question sur sa propre existence , sur ce que l'on a raté par manque d'ambition ou de courage , deux qualités qui font bien défaut à Max.

l'exemple typique est son attirance morbide  pour ce navigateur amateur Donald Crowhurst auteur d'une incroyable supercherie , ayant préféré inventer son tour du monde en rédigeant un faux journal de bord plutôt que de faire demi-tour et affronter les conséquences de son échec mai qui finira par son suicide devant un concours de circonstances lui interdisant toute échappatoire .

J'ai aimé particulierement les dialogues avec Emma, le GPS de la voiture qui montre la profondeur de son désarroi.

(rien à voir avec Sandrine dans le sketch des Fréres Brothers, un quatuor bien français du Sud ouest :http://www.dailymotion.com/video/xp11x0_sandrine-par-les-freres-brothers_fun)

Jusqu'au dernier chapître, Jonathan Coe nous reserve de belles surprises et c'est véritablement un excellent moment de lecture .

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 18:25

Court récit que nous offre avec son talent habituel Erri De Luca .

Il nous transporte dans un quartier de Naples à travers l'histoire d'un jeune garçon de 13 ans apprenti chez un menuisier et qui va découvrir les réalités du monde des adultes: l'amour, la mort, la lubricité de certains hommes.

Beaucoup de symboles dans ce roman avec le boumeran qui attend son premier envol et semble posséder des pouvoirs quasi magiques,  la bosse de Don Rafaniello, juif rescapé des camps et dans laquelle poussent des ailes qui vont l'emmener jusqu'à Jerusalem et dont les récits éveillent la curiosité de notre jeune héros bien peu préparé aux aléas de la vie.

Un récit  plein de tendresse et de poésie mais à la fois sans fard; on voudrait s'asseoir près du garçon et de son amie Maria et contempler la ville du haut du lavoir.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 17:07

Une nouvelle dont l'histoire en soi n'a rien de bien originale mais avec des personnages vite et bien campés, une écriture satirique  et drôle lorsque Irène Nemirovsky dépeint Rosine Kampf et son mari , un couple de nouveaux riches qui accumule les clichés et une description pertinente d'Antoinette , leur fille adolescente que sa mère traite comme une enfant et dont la vengeance fait l'objet de ce récit.

Admirablement lu par Irène Jacob, ce qui rajoute au plaisir des mots .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 16:22

Un peu de fraîcheur  et de douceur pendant ces journées caniculaires et entre quelques livres d'abord moins facile .

Je me suis posée la question de savoir pourquoi il y avait tant de bonnes critiques pour ce petit roman , à l'écriture simple ,je me garde bien de dire simpliste car ce mode d'expression est  vraisemblablement  voulu et arrive à ses fins .

Le roman aborde la question de la vieillesse, de la solitude, du deuil difficile à faire quand on a personne à ses cotés et il apporte  une belle leçon de vie, d'amitié et d'entraide inter-générationnelle comme on aimerait qu'elle soit dans la vraie vie et n'est-ce pas le propre d'un bon roman que de faire rêver quelques instants à un monde meilleur .

Donc rien que pour cela j'ai bien aimé cette histoire .

Et puis Paulette , à bicyclette nous évoque des années plus insouciantes, d'une autre époque moins stressée et pourtant pas si loin de nous !

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 21:23

J'ai presque honte d'avouer que c'est le premier livre de Dennis Lehane que je lis, ou plutôt que j'écoute...

Pour me disculper , je dirais que j'ai vu et aimé un certain nombre de films tirés de ses bouquins et que je n'ai pas pour habitude de lire un livre après ...

Mais pour une Première , cela a été un grand moment !

Dans cette  période de la Prohibition aux Etats Unis déjà riche en histoires de trafiquants d'alccol, de parrains et de guerre des gangs, voilà un roman haut en couleurs, haletant du début à la fin.

A Boston, le jeune Joe , fils et frère de flic , se revendique Hors la Loi ; il découvre l'amour et rapidement la prison où il va être pris en main par un Parrain.

1926, période faste pour certains avec la Prohibition, Joe va devenir gangster, trafiquant de rhum à Tampa,en Floride,  il fréquente cubains et italiens ce qui n'est pas du goût du KKK;  amour , violence, trahison se superposent et s'enchainent dans une spirale folle .

La lutte des cubains, l'anticipation de  la fin de la Prohibition mais aussi l'ouverture d'esprit  vers les plus démunis sont quelques unes des visions les plus surprenantes  de ce livre.

Atmosphère très bien rendue par la voix chaude de Michelangelo Marchese.

J'ai donc passé un excellent moment et je comprends mieux la passion que Dennis Lehane peut déclencher ...

Merci à Babelio et Audiolib.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 17:10

Heureux celui qui découvre par la mer l'île de Beauté au petit matin ,endormie , les eaux calmes et les aiguilles de Bavella dans la brume.

Cet ouvrage , de grande qualité, traduit pas ses nombreuses  et magnifiques photos le sortilège dans lequel la Corse tient bien au-delà de ses insulaires ,tous ses amoureux !

Un tour de la Corse avec des clichés de criques, de plages de sable blond, de rochers découpés par la force des vagues, de ports et de villages accrochés aux falaises.

Ciels d'orage, de soleil couchant, d'aube naissante, de bleu de carte postale...

Et partout, les tours génoises, fidèles gardiennes d'un riche et tourmenté passé.

Quelques pages de texte, bien venues, d'abord une préface pour nous présenter Philip Plisson, l'auteur de cette remarquable collection , Peintre de la  Marine et nous parler également de l'importance de ce travail pour la préservation toujours si fragile de nos littoraux, notre patrimoine .

Ensuite quelques expications de géologie, géographie et d'histoire avec des épisodes marquants, relativement proches de nous comme ceux de la seconde guerre mondiale ou plus anciens comme le naufrage de La Sémillante.

Les textes sont courts, didactiques, répartis dans l'ensemble du volume.

Un tour de l'île riche en images et en émotion :Vraiment un très beau cadeau qui avec les  donne envie de mettre les voiles ...

Un grand merci à Babelio et aux Editions Chêne.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 10:37

Retour en arrière sous forme d'introspection pour Tony Webster à l'occasion d'une lettre envoyée par un notaire.

Ce trop ? paisible sexagénaire dont la vie d'adulte a été bien terne par manque d' ambition et d'excentricité revient sur ses jeunes années , sa bande d'amis avec le brillant Adrian et son premier amour Veronica.

Les souvenirs enfouis ressurgissent entre nostalgie et remords.

Ce livre de prime abord parait  assez commun : des souvenirs d'étudiants, des histoires de grands gamins, comme beaucoup mais peu à peu , les questions et les doutes surgissent , quelles conséquences ont nos actes parfois irréfléchis et nos choix souvent irraisonnés dans notre  vie même et aussi dans celle des autres ?

Questions qui se retournent aussi sur son propre passé , les mensonges que l'on se fait et les compromissions dont on préfére ne pas se souvenir ...

Le lecteur est happé par ce monologue captivant  et magnifiquement écrit.

La double chute m'a  totalement prise au dépourvu !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 12:25

Je ne suis pas une inconditionnelle de Camilla Läckberg, loin s'en faut, mais il faut lui reconnaitre un certain talent.

Ces romans sont construits toujours de la même façon: des personnages centraux que l'on retrouve à chaque opus: Erica et son mari Patrick entouré de leur famille et collègues et de nombreuses histoires parallèles qui finissent par se rejoindre à la fin du roman ainsi qu'une histoire écrite en italique qui constitue la charpente de l'intrigue, chaque chapitre étant arrêté à un moment crucial qui pousse à lire les chapitres suivants ... Et cela marche parfaitement bien !

D'autant plus que nos héros avaient été abandonné en dangereuse posture à la fin de l'épisode précédent : infarctus pour l'un et accident de voiture pour l'autre, l'angoisse qui a duré plus d'un an avant la sortie du nouveau roman était insoutenable ... Je plaisante car le quotidien de notre couple vedette entre les biberons et les couches n'a pas franchement d'intérêt à mon avis !

Bon, même si on devine assez rapidement les dessous de l'intrigue, je n'ai pas boudé mon plaisir de lectrice addictive.

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 17:34

Une ferme en Caroline du Sud dans les années 1950 avec  un jeune couple, une voisine et son fils rentré de la guerre de Corée médaillé de la Gold Cross, une vieille femme à moitié guérisseuse, à moitié sorcière, un inspecteur qui a passé son enfance dans le même village, un fils et bien sûr un meurtre sans cadavre , voilà planté le décor de ce roman à plusieurs voix sur fond de projet d'inondation de la vallée par la construction d'un barrage.

Une histoire simple d'amour, de désir et de jalousie  où le destin frappe inexorablement.

Au final, un excellent roman noir mené de main ou plutôt de plume de maitre, par Ron Rash.

J'ai eu l'avantage de l'avoir lu en epub donc de ne pas être tentée par la quatrième de couverture, le plaisir de la découverte a été entier...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 16:59

Pas facile d'écrire (encore) un livre sur la Première Guerre Mondiale, surtout en 125 pages.

Jean Echenoz réussit son pari avec l'histoire de ces cinq jeunes hommes, partis un beau matin d'Août en fanfare pour ce qui devait être une courte parenthèse dans leur vie .

On se rend compte rapidement de la totale impréparation physique mais également mentale de ces soldats précipités sur des champs de bataille et qui vont devenir très vite des champs de carnage , comme le figure l'orchestre qui joue lors de la première rencontre avec le feu et qui sera décimé, sacrifice idiot et inutile !

J'ai trouvé le paragraphe sur les animaux particulierement bien réussi, les chevaux tout d'abord compagnons d'infortune jusqu'à la vermine, les rats et les poux, pas besoin d'en mettre des pages pour ressentir leur présence .

Le combat sans jamais trop comprendre ce qui se passe jusqu'à la blessure, la bonne ou la moins bonne mettant un terme de toute façon à l'insouciance de la jeunesse .

Finalement j'avais une certaine réticence avant de lire ce livre, encore un livre sur la guerre etc ... mais l'approche à l'essentiel avec des phrases ciselées en font un grand livre.

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens