Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 19:30

Olivier Truc, journaliste, connait bien les pays nordiques et avec ce premier roman  fait une entrée remarquée dans le polar puisque son livre a reçu plusieurs belles distinctions.

Cela est amplement mérité car l'intrigue est bien ficelée, le suspens est maintenu jusqu'à la toute fin de l'histoire.

Il nous fait découvrir la Laponie ou pays des samis qui s'étend sur plusieurs pays et est maintenant classée au Patrimoine mondial, en particulier  les territoires de la migration des rennes.

Les samis sont éleveurs de rennes et vivent de façon ancestrale au rythme de la migration de leurs troupeaux, le scooter des neiges ayant remplacé les skis et les chiens sauf pour quelques irréductibles dont Asnak, un des héros de ce roman.

L'histoire se déroule au moment où le soleil refait son apparition après de nombreux jours de nuit polaire, quelques minutes seulement au début et cette apparition est attendu comme une fête par les Samis, attachés à leur traditions, leur mémoire se transmet par des chants, les joïks et des objets sacrés tels les tambours de chaman réputés au pouvoir magique.

L'histoire débute par deux événements , le meurtre de Mattis, un éleveur plutôt paumé et le vol d'un tambour sacré qui devait être le clou d'une importante conférence .

Klemet, d'origine sami et sa jeune coéquipiére Nina font partie de la police des rennes et se retrouvent en première ligne dans les investigations  mais ils sont loin d'imaginer les retentissements de cette enquête.

Le peuple Sami ressemble aux différents peuples indiens en proie à la déchirure entre un ancrage fort dans leurs traditions , l'amour de la nature et la necessité d'évoluer vers un mode de vie plus adapté au monde moderne, une dichotomie qui est souvent mal vécue, engendrant violence, alcoolisme ou repli sur soi-même.

Les méchants sont bien méchants, avec un petit manque de nuances à mon avis.

Mais globalement, il y a bien peu de reproches à faire , parfois quelques longueurs et quelques maladresses lorsque l'écrivain décrit les états d'âme d'amoureux transis de Klemet en particulier.

Les rebondissements  sont nombreux et le style tout à fait plaisant.

Une très bonne lecture , mais attention de bien se couvrir , les températures dites clémentes avoisinnent les - 20 degrés, j'en grelotte encore.

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 11:19

Une histoire policière bien menée par quelqu'un qui connait parfaitement à la fois le monde juridique , à la fois le milieu ostréicole puisqu'il en partage les deux vies .

Et un grand connaisseur du microcosme bordelais et du Cap-Ferret avec ses codes , ses habitants , ses petits et grands secrets, ses ragots, ses faiblesses...

Bien sûr, ce livre est surtout interessant pour qui cotoie ce milieu assez fermé et plutôt élitiste, pas toujours aussi brillant qu'il veut bien paraitre et il est amusant et peu difficile de reconnaitre certaines figures locales .

Bernard Cazaubon, en profite d'ailleurs pour régler quelques comptes, c'est de bonne guerre...

L'intrigue est simple, Bernajuzan est accusé du meurtre de sa femme, Agnés, si belle mais si volage, et est défendu aux Assises par le Ténor du barreau Maitre Cazanova.

Faux témoignages, jolie fliquette, collaboratrice sexy et couples brisés mettent du piment dans cette histoire qui fait également référence à la tauromachie, une autre facette du Sud -Ouest , cela se laisse lire d'une traite avec un certain plaisir , matiné pour ma part d'un regard un  peu amusé  pour m'être frotté à  ce joli petit monde !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 16:00

Nouvel opus consacré à l'Estonie qui aurait pu également s'appeler Purge comme le volume précédent.

Car le jeu de dupes auquel se sont livrés les soviétiques et les allemands autour de la période de la seconde guerre mondiale a frisé la déportation totale , voire l'extermination des Estoniens de souche qui ont lutté pour une Estonie libre,les Fréres de la forêt , comme ils se sont baptisés et qui ont connu pendant 5 petits jours la liberté de leur pays!

C'est assez difficile à suivre sans une connaissance minimale de l'histoire du pays , balloté donc entre l'occupation soviétique et l'invasion par l'Allemagne nazie que certains ont cru libératrice .

Nous suivons le destin ambigu d'Edgar Parts, un homme antipathique, opportuniste qui manoeuvre habilement entre les différents occupants de son pays et son cousin Roland, personnage plus attachant mais dont nous perdons la trace assez vite et dont le devenir reste plutôt mystérieux , ainsi que Juudit, la femme d'Edgar , mal mariée et qui ne fait pas vraiment les bons choix, être à la dérive que l'on plaint finalement.

Le roman alterne les périodes  entre 1941-42 et les années 60 ce qui ne facilite pas forcément la fluidité déjà assez ardue de l'intrigue.

Cela reste pour les lecteurs curieux de l'histoire de ces petits pays baltes un ouvrage interessant avec en particulier, l' épisode édifiant du massacre du camp Klooga .

J'ai personnellement préféré Purge, dont l'histoire est plus immédiatement abordable et les personnages beaucoup plus attachants.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 12:31

Emmanuel Michel est un artiste doué et un homme sensible et attachant.

Peintre et sculpteur , il sillonne les pays du monde son carnet de croquis à la main , s'interessant surtout aux hommes et aux femmes au hasard de ses rencontres hors des sentiers touristiques.

De ces croquis, il nous offre des toiles magnifiques, une oeuvre foisonnante et variée: grand tableaux, peintures sur cuivre, collages et sculptures , autant de coups de coeur  devant les regards si véridiques des cubains, scénes de rue, joueurs de cartes, ou femme à son balcon, quelques vaqueros aussi surpris en plein travail sur les chevaux qu'affectionne également le pinceau du peintre ...Tous ces portraits sont criants d'humanité.

La seconde partie sur New-York nous montre essentiellement ce que j'appellerai sans caractére péjoratif, le petit peuple, ces gens que l'on croise et que seul un regard généreux et curieux remarque.

Ce  livre témoigne une nouvelle fois du talent de l'artiste.

Entre les représentations des tableaux, sont glissées des reflexions du peintre sur son cheminement et quelques belles pages d'écrivains ainsi que des photos de son atelier, véritable caverne d'Ali Baba que j'ai eu le grand privilège de visiter ...

Courez prendre une belle leçon de peinture et de vie lors des prochaines expositions d'Emmanuel Michel et faites déjà sa connaissance en feuilletant ses ouvrages .

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 22:03

Je ne suis pas vraiment ou vraiment pas ...une inconditionnelle d' Harlan Coben, mais comme Audio-livre écouté lors de mes trajets un peu longs en voiture, ce roman a eu l'avantage d'être captivant avec trois histoires menées de front, beaucoup d'actions et de rebondissements.

Des parents bien sous tous rapport ,déboussolés par l'attitude leur fils adolescent qui fréquente des clubs mal famés.

Un gamin qui attend un donneur pour une greffe de rein avec un point d'interrogation sur le père biologique.

Et un beau-frère  plutôt psychopathe.

Vous mélangez le tout et vous obtenez un policier qui devient vite haletant .

Idéal pour ne pas voir défiler les kilomètres , bien que les situations soient assez caricaturales mais du coup pas compliquées à suivre et que j'ai été assez déçue par le dénouement que j'ai trouvé exagérément tiré par les cheveux.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 21:44

La construction de ce roman est assez déroutante et devient plus évidente quand on en a le mode d'emploi, ce qui n'est pas ordinaire pour un livre.

La première partie , composée de trois histoires , relate des faits réels et la deuxième partie raconte l'histoire fictive de femmes croisées dans la première partie.

Cela m'a aidé dans l'acceptation du livre, et dans la poursuite de ma lecture car à la fin de la première histoire que j'avais trouvée interessante , je trouvais dommage de ne pas retrouver les deux héros, Alcock et Brown aviateurs qui ont réussi la première traversée transatlantique sans escale, mais tout cela je l'ai su en fouinant sur internet comme d'ailleurs les deux histoires suivantes.

Cela donne un roman plutôt décousu où le fil conducteur, voire la poutre maitresse est l'Irlande.

La seconde partie, fictive finit de manière un peu trop romanesque à mon goût.

Donc, vous l'aurez compris, cela n'a pas été franchement un coup de coeur, dommage car je découvrais cet écrivain et visiblement ce n'est pas son meilleur roman !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 15:48

Lire un roman d'Erri de Luca est toujours un moment d'émotion, on y trouve une poésie qui lui est particulière et  une nostalgie avec une pointe d'ironie  .

Récit initiatique bien sûr puisque l'auteur nous raconte l'été de ses dix ans sur une ile de pécheurs , moment où il se sent emprisonné dans un corps d'enfant avec l'impression d'être passé à l'âge adulte.

Le gamin solitaire plongé dans ses mots croisés rencontre une fillette qui ,comme lui, a quitté le monde tranquille et insouciant de l'enfance.

Les sentiments se bousculent et les apprentissages se font à coups de poing.

Il apprend le verbe aimer, il se frotte à la violence ressentie comme un mal necessaire pour briser la gangue de son corps trop étroit, il découvre la justice que l'on rend par soi-même.

Comme toile de fond , bien que l'action ne s'y déroule pas ,Naples , sa ville éternelle et en filigrane  ses combats politiques.

C'est à la fois lumineux par l'écriture et sombre car se dessine à travers ce bref récit,un être torturé et solitaire et la narration est sans complaisance vis à vis de l'enfant qu'il a été.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 19:45

Encore un auteur islandais, décidément ce petit pays est riche en bons écrivains.

Est-ce la vie difficile avec ce climat qui pour moi est si hostile qui  les inspire autant  ou une certaine qualité dans les relations avec l'art, la poésie ou la littérature.

En tout cas dans les romans que j'ai déjà lus, il est toujours question de livres et de poèmes et avec ce nouveau roman de peinture et tableaux.

Cette fois, ce ne sont plus les marins ou les bergers qui sont au devant de la scène mais Karitas, jeune fille puis jeune femme .

Fille de marin et femme de marin, le destin de Karitas n'est guère plus enviable que celui des hommes mais grâce à la volonté farouche de sa mère de donner à ses enfants un autre avenir que celui tracé par les habitudes et leur condition sociale , la mer ou la terre, Karitas part en Norvége à l'académie Royale des Beaux Arts.

C'est sans compter lors de son retour en Islande alors qu'elle rêve d'une carrière de peintre moderne, les préjugés de l'époque, nous sommes dans les années 1920, où la peinture est considérée comme un loisir pour gens fortunés et l'autorité  de son mari qu'il n'entend pas contester, puis l'arrivée des enfants incompatibles avec une vie d'artiste.

Trolls et revenants hantent ses nuits à la lisière de la folie mais le monde des femmes est fort, solidaire et il y a de belles descriptions de ces islandaises au caractère farouche comme leur pays, à l'âme sauvage comme les magnifiques paysages. Libres dans leur tête si elles ne le sont pas pour les autres ...

Jolies pages entre les chapîtres où sont esquissés les dessins de Karitas.

Un roman envoutant...

 

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 21:21

C'est vrai que le titre et la couverture attirent le regard et je n'ai pas longtemps hésité en le voyant exposé dans ma médiathèque de campagne, voulant juger de moi-même après tout le battage médiatique entourant la vie chaotique et atypique de Romain Puértolas.

 J'ai passé un bon moment, c'est plein d'humour même si cela ne déclenche pas l'hilarité, les aventures rocambolesques s'enchainent et on tourne impatiemment les pages pour découvrir les nouvelles péripéties de notre "faux " fakir et la destination suivante où l'entraine les événements incontrolés.

On peut imaginer que c'est d'abord Romain Puértolas qui s'est bien amusé à imaginer ce personnage et ses acolytes si décalés, il arrive même par le biais de la comédie loufoque à évoquer le parcours épineux des clandestins...

Un tapis volant rose au milieu de tous ces nuages noirs qui entourent notre quotidien, cela fait du bien même si cela ne vole pas dans de hautes stratosphères et entre un titre accrocheur, des interviews et des articles qui "mettent l'eau à la bouche", il n'en faut pas plus pour que cela fonctionne , les gens ont besoin de se déconnecter de leur réalité morose, là, on sourit, on voyage à peu de frais , bonne pioche (sans doute encore meilleure pour l'écrivain et son éditeur !)

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 18:08

Un excellent début où la parole est prise par Van qui vient de mourir et s'exprime enfin de façon libre, lui qui a été plutôt mutique tout au long de sa vie interrompue de manière brutale, renversé par la voiture conduite par sa femme Lou.

On imagine bien l'esprit de Van errant au dessus du cercueil et observant son petit monde, bonne position pour s'exprimer enfin sans contrainte ni contradiction et son histoire , fort bien écrite est peu ordinaire et éveille la curiosité dans ce premier chapitre.

Le roman est divisé en quatre parties en donnant la parole à quatre personnages, Van donc, sa femme Lou sous forme d'une confession, Ulma la demi-soeur de Van, son double et son amante qui parle à un psy imaginaire et Laure la fille de Van et Lou qui écrit son journal.

Chacun raconte avec sa sensibilité propre le vécu récent et si traumatisant: la disparition de Van.

Puis nous entrons peu à peu dans les souvenirs de l'enfance, les blessures avec un père absent pour Van et Ulma, des mères castratrice pour Lou ou irresponsable pour Ulma, la difficulté d'intégrer son métissage et de savoir où se situer entre deux pays la France et le Vietnam...

Passé la découverte du contexte et l'histoire principale des protagonistes, j'ai trouvé que malheureusement les propos tournaient un peu en rond et on perdait beaucoup en intérêt par manque de rebondissement.

Seule Laure tire son épingle du jeu,elle avance vers l'avenir malgré le double drame qu'elle vit.

Dommage , mais sans doute faut-il ne garder que cette première bonne impression , ce qui est déjà bien car loin d'être le cas de nombreux livres !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens