Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 17:41

Après la belle découverte du Corbeau de Jean-Pierre Gibrat, il était logique, voire indispensable de continuer par Le sursis.

Toujours la même période, celle de la seconde guerre mondiale en 1943 mais cette fois dans un petit village de l'Aveyron.

Julien échappe au STO en sautant du train et se réfugie chez sa tante Adèle , institutrice dans ce typique village où se côtoient partisans et miliciens , communistes et pétainistes .

Situation plutôt classique mais si bien illustrée par l'auteur avec des dessins magnifiques et des couleurs éclatantes comme la robe à pois de Cécile, l'amoureuse de Julien.

J'aurais bien aimé que Julien, belle gueule certes , mais bien planqué, brille aux yeux de sa belle par quelque action d'éclat mais il reste encore un tome que je vais m'empresser de dévorer et savourer ...

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 16:18

J'avais lu 7 jours avant 13 heures ...

Dans le prochain épisode des aventures du Capitaine Benny Griessel lui sera peut-être accordé plus de temps ?

Car entre son combat personnel contre l'alcool, le meurtre d'un patron de maison de disques et la poursuite de tueurs qui veulent la peau d'une jeune américaine, moi j'ai eu du mal à suivre le rythme et mon coeur a failli lâcher plusieurs fois entre l'angoisse et la course effrénée de notre héros pourtant fatigué.

Heureusement, il est entouré d'une équipe multi-ethnique efficace car n'oublions pas que nous sommes en Afrique du Sud .

J'en suis encore toute retournée et vais faire une bonne sieste !

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 17:40

La route du salut est la seule route de Bosnie, empruntée pendant la guerre de l'ex-Yougoslavie.

C'est un peu surprenant de revenir 20 ans plus tard sur ce conflit qui étonnement est sorti assez vite de notre mémoire chassé par des conflits plus récents alors que sa proximité et sa violence en particulier envers certaines communautés religieuses nous avait choqués.

Vraisemblablement cela a permis au journaliste et écrivain Etienne de Montety qui a d'ailleurs reçu le prix des Deux Magots pour ce roman d'initialiser une réflexion sur le destin de jeunes hommes en France partis combattre en Bosnie et de façon plus extensive ce qui pousse certains jeunes français paraissant plutôt bien intégrés à s'engager dans le Djihad.

Deux histoires parallèles nous sont contées : celle de Fahrudin, un jeune bosniaque dont le grand-père et sa famille sont venus s'installer en France du coté de Rouen et qui , ayant besoin d'action, s'engage dans la Légion avant de déserter pour aller aider ses frères bosniaques à repousser les serbes, une lutte de territoire , défendre la terre de ses ancêtres.

Et l'histoire de Joss Moskowski, de parents polonais immigrés qui est étudiant en fac de droit, décroche en devenant junkie et qui trouve la délivrance de ses démons dans l'islamisme par l'intermédiaire d'un ami musulman, ce qui le mène à aller combattre au nom d'Allah contre les serbes.

Deux destinées qui n'ont pas le même but, mais vont se croiser, se frotter et peut-être même finir par se comprendre ...

L'écriture est sobre, cela met une certaine distance vis à vis des sentiments de nos héros et fait paraitre un peu longue la période française même si elle sert en quelque sorte de catalyseur pour la suite pour finalement se demander qui a soutenu le bon combat ?

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 11:26

Drôle d'impression en lisant ce roman : l'action se déroule principalement au moment de l'élection de Boris Eltsine et de la dissolution de l'Union Soviétique début des années 90.

On ressent la fin de cette époque comme une période post-apocalyptique, presque en dehors de la réalité avec d'une part le commun des futurs-ex soviétiques qui apparait complètement paumé , n'ayant plus les repères qui ont dicté leur existence ni la manne étatique qui même si la vie n'était pas brillante , au moins avait un sens et le quotidien était assuré.

Cette vision crue est à mille lieux de ce que j'ai pu moi-même imaginer, la fin du communisme représentant à mes yeux naïfs plutôt le début de la liberté pour le peuple russe ...

L'autre versant, c'est celui dans lequel évolue notre héros, Roman Lambert, un jeune anglais, russe par sa mère et qui a décidé de travailler à Moscou et de faire émerger cette moitié russe en rejetant son éducation anglaise .

Milieu perverti, corrompu avec tout ce qu'il y a de plus vil chez l'homme: la recherche de l'argent facile, la corruption,la drogue, l'alcool et les filles, souvent très jeunes, arrivant de la campagne et à qui on promet une vie meilleure et qui deviennent des prostituées .

Mais n'est pas slave qui veut , même avec une partie de ses gènes russes, Roman Lambert reste un étranger et un homme finalement médiocre .

Récit sans faux-fuyant d'une intégration ratée inspirée de l'expérience même d'Owen Matthews.

J'ai hâte de lire Les Enfants de Staline du même auteur !

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 11:10

Témoignage sous forme de documentaire de la survie d'un jeune garçon juif à Paris pris dans la rafle du 16 Juillet 1942 avec ses parents et sa soeur et relâché comme certains enfants entre 14 et 16 ans.

C'est ensuite l'histoire de ce gamin avec son étoile jaune seul dans Paris occupé jusqu'au moment de la libération où il apprend que ses parents ne reviendront pas.

Bien documenté avec un rappel des points de repères historiques rappelés en début d'ouvrage .

Malheureusement, malgré la gravité des faits, le lecteur reste assez indifférent car Maurice Rajsfus garde une certaine distance vis à vis de cette histoire , le jeune Maurice reste très passif, sans que l'on sente vraiment de la révolte chez lui, le personnage est d'ailleurs représenté avec un visage terne et une silhouette courbée .

La soeur de Maurice également relâchée lors de la rafle , reste un personnage près peu évoqué, c'est étonnant comme son sort ne soit pas plus mêlé à celui de son frère , que l'on ne sente pas de liens et d'entraide entre eux.

Dommage car si cet ouvrage est destiné à la jeune génération (et il ne peut en être autrement vu le ton plutôt scolaire ) , il ne déclenchera sans doute pas l'émotion et la compassion .

Merci à Babelio et aux Editions Tartamudo.

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 21:19

Ayant été récemment un peu déçue , à la lecture des premiers ouvrages d'écrivains que j'aime bien , j'ai commencé ce roman de Wally Lamb sur la pointe des pieds.

Même si j'ai trouvé le début du roman un peu poussif, loin du magnifique et émouvant ,Le chagrin et la grâce et du difficile mais poignant La puissance des vaincus , j'ai été finalement assez vite submergée par la puissance narrative de Wally Lamb qui sait si bien prendre le lecteur au piège des émotions.

Mais attention, rien de larmoyant.

On suit l'histoire racontée par elle-même de Dolorès : cela commence par l'installation du poste de télévision juste avant les premiers pas de l'homme sur la lune ce qui permet de dater le roman et de mettre en place cet objet qui va prendre une grande place dans la vie de la jeune fille .

La petite vie tranquille de l'enfant va vite être perturbée par l'hospitalisation de sa mère en milieu psychiatrique pendant des mois après la mort à la naissance de son deuxième enfant, le départ de son père, un homme violent qui bat sa femme et puis le viol lorsqu'elle avait 13 ans par le locataire de la maison.

Dolorès qui se sent coupable plus que victime s'enferme dans sa chambre, passe ses journées à regarder la télévision et à s'empiffrer jusqu'à devenir obèse et encore plus complexée.

Elle passe finalement 7 ans en clinique où grâce à un psychiatre , elle renait et peut enfin entamer une nouvelle vie.

Mais cette vie concrétisée par son mariage avec Dante est basée sur des mensonges ou des non-dits et le couple se sépare .

A la mort de sa grand-mère qui l'a élevée , elle revient dans la maison de famille , et y trouve une certaine sérénité en s'occupant de sa voisine et de son vieux prof malades.

On passe de l'agacement vis à vis de cette fille qui gache sa vie à la compassion pour son mal de vivre, on s'interroge sur la culpabilité de son comportement , sur la responsabilité des parents sur les addictions des enfants, sur le besoin de maternité et le deuil qui peut y être lié

Et puis on plonge avec Dolorès au milieu des baleines ...

Comme dans ses autres romans, Wally Lamb nous fait pénétrer au plus profond de ses personnages en résonance avec nos propres angoisses, c'est sans doute cela que j'aime chez lui, bousculer mes certitudes ...

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 16:43

Heureusement il n'y a que 2 tomes à cette histoire, donc plus facile à emprunter ensemble à la bibliothèque .

Car comment résister à dévorer le second après avoir fini le premier ?

Encore de l'action et du suspens pour Jeanne poursuivie par la Gestapo et François qui disparait la nuit tel un Arséne Lupin des faubourgs avec toujours ce dessin aussi soigné et agréable.

Le rebondissement lors de la découverte du Corbeau m'a par contre plutôt gêné voir choqué et à fait perdre les 5 étoiles à cette BD ...

D'autres BD de Gibrat m'attendent , tant mieux !

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 16:32

Première incursion dans le monde de Gibrat, mais en matière de BD j'ai un certain retard à rattraper ...

Le graphisme est magnifique, comme je les aime avec des personnages bien mis en valeur, des couleurs chatoyantes pour un sujet bien grave, l'arrestation de la jeune communiste Jeanne sur une lettre de dénonciation puis sa cavale avec François , voleur peu scrupuleux mais qui va trouver à la jeune femme une planque chez ses amis mariniers.

Une belle histoire, avec des personnages aux caractères bien trempés .

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 21:35

Choisi un peu au hasard , ce petit roman a été finalement un pur régal !

John Fante nous fait plonger dans les eaux tumultueuses de la famille Molise à travers le regard du père , son alter ego .

La découverte d'un énorme chien dans le jardin de la maison un soir de pluie n'est qu'un prétexte de plus aux chamailleries familiales, Harriet l'épouse menace à longueur de temps de faire sa valise, Henry, le père , écrivain et scénariste dont la cote est en sérieuse perte de vitesse et les quatre enfants , jeunes adultes , pas encore vraiment partie du cocon familial , tout cela rappelle forcément des choses à chacun.

Beaucoup d'humour souvent grinçant, des considérations cyniques sur le modèle américain tout cela sous l'oeil débonnaire du chien, obsédé sexuel ...

On rit mais derrière cette façade caricaturale se cache aussi la mélancolie de voir partir ses enfants, de constater que son couple en vieillissant perd de sa vigueur et que l'amour se délite et la désillusion de ne pas voir se réaliser les rêves que l'on a fait pour l'avenir de sa progéniture en projetant dedans ses propres échecs .

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 11:55

Beaucoup de critiques déjà pour ce roman et je fais partie de la catégorie de lecteurs qui n'a pas franchement été enthousiasmée par ce thriller.

A mon humble avis mais je ne me considère pas comme spécialiste du genre, ce huis-clos n'a rien de comparable à Misery de Stephen King .

J'ai eu l'impression de rester en superficie des personnages, aucun ne provoque de l'empathie, même le beau commandant Benoît Lorant en si mauvaise posture ...

Cela m'a paru peu crédible , avec des protagonistes trop caricaturaux , une intrigue mal ficelée et un rebondissement qui s'il est surprenant m'a paru tiré par les cheveux ...

Donc, décevante première rencontre avec Karine Giebel, je ne sais pas d'ailleurs si je vais insister ...

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens