Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 19:35

Ce roman à l'écriture poétique est difficilement classable et sans me déplaire vraiment, j'ai fini par trouver les cent dernières pages laborieuses à lire (sur un livre qui en comporte environ 300, c'est quand même beaucoup !).

Samuel Vidouble , jeune diplomate se porte volontaire pour une mission aux frontières de l'Europe de l'Est dans un pays qui, s'il n'est jamais vraiment cité ressemble fort à la Lettonie.

Il a choisi cette destination en grande partie sur un rêve de gosse : il s'était inventé un pays imaginaire au bord de la mer Baltique.

Et le roman est à l'image de ce choix, entre pérégrinations hasardeuses, souvent alcoolisées et onirisme dans un pays plongé dans un hiver interminable et qui se sent en permanence menacé par son géant et encombrant voisin .

Lorsque le dégel arrive enfin, la gangue de glace qui retenait les eaux des fleuves et de la mer, en fondant fait disparaitre également le fil de la raison de notre héros qui erre entre le passé douloureux du pays et les rêves cauchemardesques ...

Rencontre intéressante avec Lothar, un Suisse à la recherche des derniers Lives et féru de sagas mais qui n'a pas plus les pieds sur terre que Samuel ...

Ce qui parait au départ une réflexion sur le hasard des frontières se transforme assez rapidement en errance alcoolique.

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 13:52

Une belle ballade country qui parle d'amitié et d'amour et nous fait découvrir la petite bourgade rurale Little Wing dans le Wiscontin à travers le regard de quatre amis d'enfance.

Hank, le fermier, resté sur les terres familiales pour continuer l'élevage de vaches ; il est mariée à Beth, une jolie fille du pays.

Lee, devenu célèbre sous le nom de Corvus , chanteur et guitariste ; il revient dans sa ville entre deux tournées et y amène de temps en temps ses conquêtes...

Kipp, ancien trader ; il rachète une vieille fabrique , entrepôt où les copains se retrouvaient le soir quand ils étaient ados pour faire la fête ou attendre le lever de soleil.

Ronny, un ancien champion de rodéo; un peu diminué par l'alcool, il est épaulé par ses amis.

Chacun raconte à tour de rôle une part de son passé et les retrouvailles avec ses amis, parfois heureuses, parfois ombrageuses.

Il n'y a pas de grands coups de tonnerre, pas de coup de feu ni d'assassinats en pagaille, c'est une histoire tout en nuances, plus profonde qu'il n'y parait au départ , tendre même si la vie n'est pas toujours facile et si les caractères se heurtent, les souvenirs faisant parfois resurgir de vieilles rancunes et quelques secrets révélés qui font mal.

C'est une beau moment de lecture, reposant en écoutant American Pie chanté par Don Mac Lean !

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 12:12

Par un a priori stupide j'avais jusqu'à présent dédaigné les livres de Gilles Legardinier.

Ayant trouvé Demain j'arrête ,en audiobook à ma médiathèque campagnarde, cette méprise est maintenant réparée.

Plus de 600 critiques, le chiffre est éloquent ...

Et on comprend pourquoi ce roman plait .

L'héroïne, Julie, doux mélange entre Bridget Jones et Amélie Poulain met une touche de fantaisie, de bonne humeur .

C'est plein d'humour et de tendresse et cela fait du bien !

Mes longs trajets en voiture sont devenus grâce à Julie des moments beaucoup plus plaisants et joyeux .

Je récidiverai ( Docteur, c'est grave ?) ...

Demain, j'arrête de Gilles Legardinier
Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 17:05
L'ile du Point Némo de Jean-Marie Blas de Roblés

L'intrigue démarre en trombe: vol d'un gros diamant l'Ananké, découverte de 3 pieds coupés avec leurs chaussures au pied , poursuite du terrible Enjambeur No ...

La présentation des personnages met l'eau à la bouche, nombreux, assez typés et déjantés et le flou quant aux époques traversées est surprenant .

Les références aux écrivains des romans d'aventure de notre jeunesse avec Jules Verne, Herman Melville, R.L Stevenson ,entre autres, donnent le tournis.

Alors qu'est ce qui fait que au bout d'une centaine de pages je n'ai pas apprécié ce livre ?

Les histoires parallèles m'ont dérangé : souvent crues comme si mettre un peu de pornographie (on ne peut pas appeler cela de l'érotisme ) pouvait être un plus dans un récit d'aventures .

Et puis je me suis lassée devant la pléthore de descriptions, rebondissements et personnages pour arriver finalement à un dénouement plutôt décevant, je ne l'ai pas trouvé à la hauteur du délire général .

En plus, je dois avouer que n'ayant jamais eu une grande passion pour Jules Verne, je n'ai pas pris plaisir à me plonger dans son univers.

Mais la chose qui m'a touchée véritablement est la découverte de l'existence de lecteurs dans les manufactures de cigares à la Havane avec des travailleurs (souvent des femmes ) très impliqués dans le choix des oeuvres, Victor Hugo et Alexandre Dumas en tête !

Rien que pour cela je ne regrette pas cette lecture .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 21:26

Tout le monde se souvient de ces images effroyables du Tsunami qui a submergé de nombreuses côtes asiatiques le 26 Décembre 2004 et qui a fait tant de victimes.

Parmi elles, la famille de Sonali , en vacances au Sri Lanka, pays d'origine de la jeune femme.

C'est son histoire à partir de l'arrivée de la vague qu'elle raconte, l'emportant ainsi que son mari, ses deux petits garçons et ses parents .

Miraculeusement échappée de la coulée de boue par une branche à laquelle elle s'accroche, commence alors pour elle un long chemin de souffrance .

Après les premières heures, où par son mutisme, elle tente de rester dans un autre temps, comme si elle pouvait se réveiller d'un mauvais rêve, elle va devoir affronter la disparition de sa famille.

De la dénégation initiale, à la colère, l'alcool, la culpabilité, le désir de mourir, Sonali voit dans le présent tout ce qui a été vécu quand elle était la mère, la femme et la fille, et tout ce qui devait être vécu , elle est un prisme où se reflètent les souvenirs et où existent les disparus.

Chaque nouvelle étape: le retour dans la maison familiale de Colombo, dans la maison de Londres, les retrouvailles avec ses amis anglais, les camarades de ses enfants sont un à chaque fois un nouveau déchirement jusqu'à arriver à un apaisement et à pouvoir continuer de vivre pour eux, pour ce qu'ils seraient devenus .

Poignant sans être larmoyant, Sonali emploie un langage sobre, pudique et ô combien émouvant .

Je remercie Babelio et les Editions Kero pour ce livre vibrant d'amour .

A noter également la sobriété de la couverture qui reflète parfaitement le drame du sujet.

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 18:33

Cela commence comme un charmant conte pour enfants avec la grand-mère Sumire ,vieille gloire de la chanson populaire, un peu farfelue , qui couve des oeufs dans son chignon puis lors de l'envol de l'oiseau, l'histoire décolle véritablement avec des petites tranches de vie marquées par le passage de la perruche calopsitte .

Ruban, tel est le nom de l'oiseau, comme la crête qu'il arbore fièrement ou comme son vol élégant et surtout comme le fil reliant tous les personnages avec un bout de leur chemin changé par l'irruption de l'oiseau .

Relation profonde et respectueuse avec cet oiseau parfois en cage , difficile à saisir par nous occidentaux, habitués à un monde qui avance vite sans trop regarder qui vit à côté de nous, en oubliant l'essentiel: la beauté , le respect de l'autre et la confiance en soi.

Avec le choix de chapitres brefs multipliant les petites histoires reliées par Ruban , c'est un roman plein de douceur et d'espoir, une sorte de halte reposante au milieu des cerisiers en fleurs à guetter l'oiseau magique .

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 14:26

Huis clos de quatre générations de femmes .

On perd rapidement la plus âgée , Mamie Alice qui s'éteint tranquillement dans son sommeil mais c'est à l'occasion de sa disparition que son arrière petite fille découvre dans une armoire des lettres et un cahier.

Cela vient mettre un peu de piment dans le récit, car si c'est bien écrit , on commençait à s'ennuyer un peu , à noter d'ailleurs en début de roman, une belle approche de la forêt des Landes .

Bien sûr il y a un secret de famille qui va bouleverser l'ordre bien établi des sentiments et des souvenirs.

Cela entraine beaucoup d'interrogations sur la place de l'amour et de la passion dans les relations de couple .

On a le droit ( heureusement ) de ne pas être d'accord avec l'auteur et en particulier de penser que les filles ne reproduisent pas forcément les exemples ou contre-exemples de leurs mères en matière amoureuse car s'il est bien un domaine ou l'expérience d'autrui est ni instructive ni reproductible , c'est bien celui des sentiments .

Il faut regretter également la représentation désastreuse et caricaturale de l'homme, qu'il soit père , mari ou amant ,Sophie Brocas a visiblement quelques comptes à régler avec la gente masculine et ne va pas s'en faire des lecteurs comblés ...

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 14:33

Impressionnant pour un premier roman !

De génie, il en est question tout au long de l'histoire , entrainant bien sûr l'interrogation sur ses frontières avec la folie .

Oscar Lowe, aide-soignant dans une maison de retraite, est subjugué par la musique d'un orgue dans une église,et fait alors la connaissance d'Iris et de son frère Eden Bellwether, le musicien si doué , féru de musique baroque .

Oscar tombe sous le charme de la belle Iris et rapidement aussi sous la coupe de son frère.

Celui ci est persuadé qu'il a des dons pour guérir grâce à sa musique , expérience sur sa propre soeur à l'appui .

Commence alors pour Oscar une vie nouvelle dans les bras d'Iris d'abord puis dans ce milieu aisé où l'ambition et l'orgueil ne laissent pas de place aux doutes et à la remise en question.

Ecartelé entre sa conviction de la maladie mentale d'Eden et les certitudes d'Iris et du petit groupe d'amis du génie d'Eden , Oscar s'interroge ...

Les différentes rencontres avec des personnages atypiques comme le Docteur Paulsen et Herbert Crest sont également captivantes .

Au fil des pages les questions s'enchainent : quelles sont les relations entre la science et Dieu, le rationnel et l'irrationnel , l'amour filial et la passion, l'amitié et la manipulation, l'art médical et les médecines parallèles ..

Benjamin Wood capte l'attention du lecteur avec brio et ce d'emblée car les toutes premières pages nous laissent entrevoir le drame final.

J'ai été conquise , il doit y avoir du génie la-dessous ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 22:04

Premier roman de Gillian Flynn , Sur ma Peau est racontée par Camille Preaker, jeune journaliste d'un petit journal de Chicago.

Elle est envoyée par son chef dans sa ville natale de Wind Gap dans le Missouri pour tenter d'écrire un scoop sur la disparition d'une petite fille qui sera rapidement retrouvée assassinée , ceci quelques mois après le meurtre d'une autre fillette , avec , détail sordide et peu ordinaire , l'extraction des dents chez les deux victimes.

Camille n'est pas spécialement ravie de revenir sur les lieux où elle a grandi et de se retrouver dans sa famille avec sa mère, Adora , personnage égoïste et dont la fortune et la position sociale renforcent la puissance malfaisante et Amma, sa demi-soeur , une adolescente perverse.

Elle y rencontre bien sûr ses anciennes camarades, devenues des caricatures de provinciales paumées .

L'enquête n'est pas l'élément essentiel du roman, c'est le plongeon dans le passé de Camille qui garde sur la peau les séquelles de sa vie antérieure et demeure un être tourmenté , descente aux enfers entrainée par sa mère dont elle cherche en vain l'amour .

Les descriptions des soirées des ados, l'avilissement du corps de la femme à peine sortie de l'enfance , tout fait froid dans le dos et on cherche en vain une once d'humanité dans cette bourgade américaine, on comprend pourquoi Camille est partie ...

Tout cela entraine un sentiment de malaise, au delà de la simple intrigue policière .

Gillian Flynn a un style très efficace pour nous plonger dans cette ambiance nauséabonde, cette sensation vient peu à peu sinon je pense que j'aurai abandonné ce livre avant la fin mais cela gâche tout de même le plaisir du lecteur, il faut le dire ...

Repost 0
Published by spleen
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 18:23

Comme déjà pour beaucoup de lecteurs, ce qui frappe en ouvrant ce nouveau roman de David Foenkinos, c'est le style choisi: une ode en vers libres à la mémoire de Charlotte Salomon, jeune femme juive allemande , artiste qui a peint des centaines de gouaches réunies en une oeuvre appelée : Leben ? oder Theater ? qui met en scène sa vie et sa famille.

Mais , rapidement ces vers assez courts dont la lecture est souvent hachée, se transforment en course d'une personne poursuivie et essoufflée

Et c'est effectivement le destin de Charlotte née en 1917 et morte à Auschwitz en 1943, courte vie poursuivie par une histoire familiale de suicide : sa soeur, sa mère, sa grand-mère .

Elle n'a quitté l'Allemagne que tardivement, se réfugiant dans le Midi de la France s'y croyant protégée, mais rattrapée par le sort réservé aux juifs lors de l'arrivée des allemands dans cette zone occupée préalablement par les Italiens jusqu'en 1943 et déportée alors qu'elle était enceinte .

On aimerait après ce livre aller découvrir cette oeuvre qui a tant marqué David Foenkinos et qui doit être bien émouvante .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens