Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 13:55
Mirage de Douglas Kennedy

J'aime bien Douglas Kennedy, il a une bonne tête et un abord médiatique sympa mais je ne suis pas une inconditionnelle, certains de ces romans ne m'ont pas vraiment plu.

Mirage fera partie d'une catégorie assez mitigée :

Après un début prometteur , une bonne centaine de pages que j'ai dévoré, j'ai finalement été excédé par les multiples indécisions de Robyn, la principale héroïne et la pléthore de billets de dollars et de dirhams rappelant qu'elle est une expert-comptable experte en chiffres et en changement de billets d'avion, Douglas Kennedy a t'il des comptes à régler avec les compagnies aériennes ?

Les personnages manquent souvent de finesse , allant des très très méchants et des crapules aux très gentils , surtout quand ils n'ont pas un dirham en poche .

Mais on trouve également de beaux moments, en particulier les jours que Robyn passe dans une tente berbère perdue dans un petit oasis en compagnie de femmes , magnifique exemple de générosité .

Quant au thème sur le mariage et ses mirages, on peut épiloguer sans fin, faire une tonne de romans , il reste à mon humble avis que deux êtres même unis par les liens de l'amour ne feront jamais une seule entité et que certains secrets sont essentiels à la survie de son moi profond ; après c'est une question de nuance et de confiance ... Vaste programme !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 21:55
Aucun homme ni dieu de William Giraldi

Un écrivain de "nature writing" ,Russel Core a passé une année à étudier une meute de loup et,a, à ce titre, acquis une réputation de connaisseur et contre son gré ,de chasseur de loups; c'est pour cela qu'il est appelé à Keenut, un village perdu au fin fond de l'Alaska pour supprimer un loup mangeur d'enfants ...

Le début de ce roman m'a semblé de bon augure car, comme cela est précisé rapidement, il y a confusion avec le rôle de Russel Core , avant tout observateur et plus admiratif de l'organisation et de la vie sociale des loups que décimeur, mais l'histoire s'oriente vite vers quelque-chose de beaucoup plus glauque et on perd de vue assez rapidement la gente lupine, pour assister à une double course poursuite entre êtres humains , disséminant au passage quelques cadavres .

Je n'insisterai ni sur les protagonistes ni sur les causes de ce carnage, ce serait dévoiler toute l'intrigue .

Gens de Keenut et climat particulièrement hostiles, on se demande comme Russel Core dans quel monde on est tombé, au- delà de toute humanité, recouvert de neige et dans un froid intense avec un soleil quasi inexistant .

Un sentiment de malaise a pris le pas sur le plaisir de ma lecture malgré une écriture fluide, dommage !

Homo homini lupus est ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 18:38
La planète des grands singes -Savoir juniors

Très bel ouvrage qui ravira le jeune public curieux et amoureux de la nature mais certainement aussi les adultes , par son propos clair et didactique sans tomber dans le savoir prétentieux ou infantilisant.

Les photos sont plutôt expressives et les dessins qui, au premier abord lorsque j'ai feuilleté le livre m'avaient paru démodés dans ce genre d'ouvrage , sont magnifiques et complètent bien le texte.

Les chapitres sont assez courts, et abordent de nombreux sujets qui s'avèrent tous intéressants et complémentaires car après la présentation classique des grands singes, les autres points abordent le choc de la découverte , racontent de nombreuses anecdotes en passant par les représentations cinématographiques puis la profession de primatologue avec interviews à la clé, insistant également sur ce que ces singes ont à nous apprendre.

Bien sûr, la menace d'extinction ou de péril pesant sur les grands singes occupe une place importante et les auteurs sensibilisent les jeunes à la préservation de la nature et à la protection de ces animaux si proches de nous .

Si toute la collection Savoirs juniors est de cette qualité, petits et grands vont se régaler...

Je remercie vivement Babelio et Belin jeunesse pour ce moment ludique et instructif.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 18:35
Le dernier gardien d'Ellis Island de Gaëlle Josse

On ne peut s'empêcher de faire un parallèle, bien que le contexte soit fort différent, entre Ellis Island, îlot situé à l'embouchure de l'Hudson en face de la statue de la Liberté et point de passage obligé au début du XX ème siècle pour les paquebots arrivant d'Europe avec son centre de l'immigration pour de nombreux passagers dont beaucoup d'Italiens aspirant à une vie nouvelle et l'arrivée à notre époque d'épaves flottantes débordant d'Africains débarquant sur les côtes italiennes espérant eux aussi un monde meilleur.

Gaëlle Josse a choisi de nous raconter les dernières heures passées sur cette île par John Mitchell , le directeur de ce centre qui va définitivement fermer à travers une confession écrite sous le coup de l'urgence, lui qui a passé la plus grande partie de sa vie là et qui au moment de revenir sur la terre ferme pour une retraite sans attrait , ressent le besoin de raconter ce qu'il y a vécu: ses moments intimes avec les jours heureux partagés avec sa femme comme ses tourments et ses remords , et sa vie professionnelle côtoyant les migrants, leurs aspirations, leur angoisse de laisser leurs pauvres bagages le temps du passage devant les agents, sésame sans recours vers la Porte d'Or, l'Amérique ...

Beaucoup d'émotion, de justesse en peu de pages , Gaëlle Josse sait aller droit au coeur .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 14:37
Check-Point de Jean-Christophe Rufin

Une façon très habile pour Jean-Christophe Rufin d'aborder des sujets d'actualité comme l'ingérence des ONG dans les divers conflits actuels en plantant le décor de son nouveau roman en ex-Yougoslavie pendant les guerres des années 1990.

Contrairement à ce que j'avais pu lire ou entendre dans les médias , ce livre n'est pas une charge contre les organisations humanitaires : on se doute bien que ce ne sont pas que les actions charitables qui conduisent certains responsables mais,comme dans beaucoup de secteurs, la politique, les luttes d'influence viennent se mêler au jeu ( pour peu que l'on puisse appeler jeu l'aide aux populations en détresse ...)

La première partie du roman démarre sur les chapeaux de roues de deux 15 Tonnes transportant vivres et médicaments pour un coin perdu de Bosnie et conduits à tour de rôle par quatre hommes et une femme . Chacun a ses motivations, pas toujours complètement désintéressées mais chacun croit à sa mission même si elle n'est pas forcément celle prévue à l'origine, ce que l'on découvre au fur et à mesure des kilomètres et des obstacles .

La tension monte dans l' espace restreint d'une cabine de camion, véritable huis clos et l'atmosphère du livre change, le coté humanitaire passant au second plan d'une course poursuite d'autant plus palpitante que le lecteur hésite sur le camp à choisir .

Car à travers ce périple dans un pays en guerre, les questions se succèdent, comment vraiment apporter une aide, vaut-il mieux donner une couverture ou un fusil ?

Une nouvelle fois Jean-Christophe Rufin, un des pionniers de Médecin Sans Frontières, est-il la peine de le rappeler , nous fait toucher du doigt un point épineux sur l'aide aux populations qui souffrent à travers une fiction trépidante dans un style limpide comme il en a l'habitude au plus grand bonheur de ses lecteurs.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 15:46
Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel

(Re)-découverte de ce magnifique roman en Audio-livre .

Je l'avais déjà lu lors de sa parution en 2007 et apprécié à l'époque mais sans doute avec une concentration moindre car j'ai été beaucoup plus attentive, captivée par la voix de Sylvain Machac qui se prête si bien à la gravité du sujet.

Double récit de Brodeck, celui du rapport sur l'élimination de l'Anderer par les habitants du village où il vit avec Fédorine, la vieille femme qui l'a recueilli jeune enfant et les feuilles soigneusement cachées de son histoire à lui, sa survie dans les camps de concentration et de la vision du monde qui l'entoure.

Grandiose et poignant témoignage montrant toute l'ambiguité des sentiments humains, de la plus grande générosité à la plus haïssable bassesse dont l'homme est capable prenant comme cadre celui de la seconde guerre mondiale sans jamais la nommer ce qui confère au récit une dimension de fable universelle sur l'acceptation (ou non ) de la différence de l'autre.

J'ai même eu la surprise d'une fin qui était différente de celle dont je me souvenais ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 17:22
La route sombre de Ma Jian

Connaissant le sujet de ce roman, j'avoue avoir repoussé souvent le moment de me plonger dans cette Chine profonde lors de l'époque récente de la politique de l'enfant unique puisque mise en place en 1979, elle n'a été assouplie qu'en 2013 .

Ames sensibles et femmes enceintes s'abstenir !

Car à travers l'histoire de Meiji, une jeune paysanne enceinte illégalement de son deuxième enfant et de son mari Gongzi, instituteur , descendant de la lignée de Confucius et voulant pour perpétrer cette lignée un enfant mâle, Ma Jian nous décrit avec souvent force détails les conséquences d'enfreindre la loi: avortements, voir suppression brutale des nouveaux-nés, stérilisations obligatoires, amendes, destruction des maisons ,trafics d'enfants...

Les familles en situation illégale ,pour échapper aux délégués du Planning Familial prennent la fuite devenant alors des itinérants illégaux, des sans papiers et sans permis ,vivant souvent à bord de vieux rafiots dans les endroits les plus pollués de la campagne, pourchassés lorsqu'ils arrivent dans les villes, enfermés dans des centres de rétention et envoyés aux travaux forcés.

Malgré ce sombre tableau, Meiji garde l'espoir d'une vie meilleure alors que son mari ayant bien sûr perdu son statut d'instituteur se met à boire et à jouer .

Etonnamment la dernière partie du roman prend une autre tournure, beaucoup plus détachée, assez répétitive comme si l'obtention pour la jeune femme d'un emploi stable et d'un salaire repoussaient au second plan cette politique qui nous parait si aberrante et cruelle et les problèmes cruciaux de pollution dont les pauvres gens qui la subissent n'ont aucune protection contre les ravages sur leur santé .

L'écriture est efficace mais sans grand style.

Une sombre lecture même si elle reste instructive et vraisemblablement encore en partie d'actualité .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 09:58
Price de Steve Tesich

Je suis restée assez perplexe pendant toute la première grande partie du roman car l'histoire de Daniel Price est très ordinaire : un jeune garçon dans une petite ville américaine industrielle sans grand charme attend son diplôme clôturant la fin de sa scolarité , en compagnie de ses deux inséparables amis, Larry et Billy, il est affublé d'un père aigri et méchant et d'une mère qui a baissé les bras depuis longtemps .

Combats perdus de lutte , filles qu'on regarde passer en rêvant, petits boulots en se demandant ce que va réserver l'avenir ; des activités banales et des idées plutôt générales , on se demande où l'auteur veut en venir ...

La rencontre de Daniel avec Rachel dont il tombe éperdument amoureux et la nouvelle de la maladie de son père changent la donne ; on assiste alors à la transformation insidieuse et tourmentée du comportement de l'adolescent, véritable passage vers la vie adulte ;

Pour Daniel cela ne se fait pas sans mal, il est maladroit dans ses relations, hésitant, impulsif et souvent il m'a franchement agacé mais on passe dans le roman à quelque chose de beaucoup plus profond et subtil: la découverte de sentiments puissants, de la compassion, la fin de l'innocence et le plongeon dans l'ambiguité des relations amoureuses et amicales et des rapports familiaux.

N'ayant pas lu Karoo, je découvre cet écrivain dont Price est le premier roman publié en 1982, pour une fois je vais faire mes lectures dans un ordre chronologique ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 10:07
Je vous écris dans le noir de Jean-Luc Seigle

Peu importe si ce n'est pas la Vérité, Jean-Luc Seigle s'est tellement imprégné de l'histoire de Pauline Dubuisson, que ces pages écrites à la première personne du singulier, cette confession semblent sorties tout droit de l'esprit de cette jeune femme condamnée à perpétuité pour le meurtre de son ex-fiancé .

Procès des années cinquante dont raffole le public, avide de faits divers scabreux , toujours prêt à jeter la première pierre, Pauline n'a t'elle pas d'ailleurs été tondue à la Libération pour avoir été la maitresse d'un Colonel allemand alors qu'elle n'avait que 16 ans , preuve s'il fallait en rajouter que c'est une femme perdue ?

A lire ses carnets, on se pose l'inévitable question : quel événement de l'enfance fait que tout dérape et bascule dans une spirale dont on ne devient plus le maitre , quel poids impensable fait porter le père sur les épaules juvéniles de sa fille ...

La fuite à Essaouira au Maroc pour échapper à la rumeur , s'oublier dans la musique des paroles de ces femmes marocaines, une autre langue, mais pas une autre vie car pour Pauline ,devenue Andrée ,le passé ne s'efface pas .

Je ne me souviens pas d'avoir vu le film de Clouzot , la Vérité mais je ne suis pas sure, après cette lecture, d'en avoir envie .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 22:25
La part des flammes de Gaëlle Nolant

Se basant sur le terrible incendie du Bazar de l'Hotel de Ville en Mai 1897 où plus d'une centaine de victimes seront à déplorer , Gaëlle Nolant mêle des personnages de fiction à ceux qui ont vécu ce drame .

J'ai toujours une petite réticence lorsque le sujet concerne le monde fermé des familles aristocratiques , avec leur mode de vie et leurs codes qui sont si éloignés de la vraie vie mais justement Gaëlle Nolant à travers l'histoire de trois femmes nous montre une autre réalité .

Il faut d'abord expliquer que cet incendie a concerné un entrepôt qui accueillait une vente de charité avec des stands tenus par des femmes appartenant à la plus haute noblesse .

Ce sont dans les oeuvres caritatives que ces femmes pouvaient trouver un peu d'indépendance car si à cette époque on était en république, la condition féminine avait fait, elle, un net retour en arrière.

Violaine de Raezal, veuve depuis peu, espère en aidant à tenir un de ces stands faire taire les rumeurs qui la poursuivent. Elle y rencontre Constance, une jeune fille tourmentée , sous l'emprise d'une foi exigeante .

Toutes deux sont en compagnie de Sophie d'Alençon , jeune soeur de l'impératrice Sissi , très impliquée dans les oeuvres caritatives, comme une fuite en avant d'un passé douloureux et d'un présent sans issue ; cette dernière a vraiment vécue et perdra d'ailleurs la vie dans l'incendie.

Pour les deux autres femmes, sauvées des flammes mais au prix de séquelles physiques et morales importantes, cette épreuve est le passage à autre chose et Constance totalement déboussolée, incomprise par des parents rigides est enfermée dans une clinique sur la recommandation d'un médecin: un aliéniste féru des nouvelles découvertes sur la santé mentale et persuadé d'avoir là un beau cas d'hystérie .

Finalement, une lecture qui sort de l'ordinaire avec de beaux portraits de femmes servis par une écriture élégante.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens