Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 10:43
L'histoire d'une mère de Peter Madsen

D'après un conte d'Andersen que je ne connaissais pas, L'histoire d'une mère est magnifiquement racontée par Peter Madsen avec des dessins saisissants, par leur graphisme et aussi par le rythme imposé , saccadé comme le combat de cette femme contre la mort de son enfant, une montée en puissance lors de l'agonie du petit enfant avec comme bruit de fond le tic-tac de l'horloge qui devient insupportable, couvrant la voix de la mère qui chante des comptines à son petit et soudain une grande case comme une sidération devant l'indicible, la Mort est entrée prendre l'enfant.

S'en suit une course poursuite pour cette femme qui l'entraine après diverses épreuves dans la grande serre et la rencontre avec la Mort ...

Tragédie universelle sur la perte d'un enfant et l'acceptation de sa disparition , résignation devant l'impuissance de l'Homme face à la Nature, cela résonne en chacun de nous .

On est totalement happé par cette course, tournant trop vite les pages devant la souffrance de cette mère, espérant comme elle changer le cours du destin .

On revient ensuite plus lentement regarder les illustrations, sombres comme le désespoir et lumineuses comme les roses rouges-sang qui surgissent d'un buisson d'épines .

Les Bandes dessinées savent aussi très bien viser au coeur !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature BD
commenter cet article
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 10:07
Karpathia de Mathias Menegoz

Excellent roman d'aventures qui nous entraine de Vienne à la Transylvanie en 1834 où la crainte des vampires est encore tenace ... Un autre monde qui semble bien éloigné du notre et pourtant !

Le comte Korvanyi , à l'issue d'un duel à Vienne quitte l'armée et part avec sa jeune épouse, Cara pour les terres de ses ancêtres dans les Carpates , domaine avec son chateau blanc et son château noir que sa famille a quitté quelques cinquante années plus tôt après la révolte de serfs et le meurtre de son grand-père .

Ce pays, alors aux confins de l'Empire d'Autriche, était gouverné de façon féodale par des seigneurs magyars ou allemands, peuplé par des valaques le plus souvent asservis , des saxons et de tsiganes rejetés par l'ensemble des communautés ; un mélange de peuples et de religion explosif où chacun se méfie de son voisin et où la révolte n'en finit pas de gronder .

Pour peu que vous y rajoutiez un loup mangeur d'enfants, des contrebandiers, des forestiers clandestins, des violeurs et une belle magyare , tous les ingrédients sont réunis pour donner une histoire virevoltante, pleine de rebondissements, de frissons, de complots et d'embuscades .

Après une première partie un peu lente, la tension et l'intérêt du lecteur rebondissent lorsque tous les personnages sont introduits et que l'on comprend véritablement les enjeux, on quitte assez vite le registre romantique pour le drame social avec comme apothéose la grande chasse ...

Ambitieux pour un premier roman, j'ai été conquise !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 10:27
Dans l'oeil du faucon de Kathleen Jamie

Entre journal et recueil de réflexions Kathleen Jamie nous fait partager quelques instants hors du temps , un décrochage nécessaire pour supporter le stress de la vie professionnelle et familiale, une bouffée d'oxygène qui lui permet d'avancer et que l'on ressent soi-même si souvent .

Plus qu'une invitation à regarder différemment les choses, cette lecture aura surtout déclenché chez moi, la boite à souvenirs de ballades dans la montagne, d'heures passées à observer loriots, faucons et aigles bottés ou de découverte de ruines d'anciennes bergeries ...

Par courts chapitres, cette femme écrivain et poète , écossaise nous entraine vers les Orcades et les iles Hébrides extérieures, chères à Peter May à la poursuite des faucons pèlerins, des râles des genets ou des saumons ainsi que celle plus étonnante de coqs en laiton, emblème de beaucoup de girouettes .

Il n'y a aucun prosélytisme et il ne faut pas chercher de fondement philosophique ou autre , seulement quelqu'un qui aime observer la nature et le transmet très bien par écrit.

Quelques rares chapitres abordent de sujets bien différents comme l'hospitalisation de proches ou la déroutante visite des collections de l'école de chirurgie , cela pourrait paraitre décalé par rapport aux propos plus naturalistes mais Kathleen Jamie nous fait partager ses émotions quel qu'elles soient .

Mention spéciale pour la magnifique photo de la couverture ...

Une lecture plutôt reposante et que j'ai appréciée.

Merci aux Editions Hoëbeke et à Babelio .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 16:25
Nos vies désaccordées de Gaëlle Josse

Ce n'est pas parce qu'on est un artiste de renom et un pianiste virtuose qu'on a un comportement exemplaire et une belle âme .

François s'est souvent servi de ses nombreux engagements à l'étranger pour filer à l'anglaise même dans les moments difficiles à affronter à deux et a perdu Sophie, son grand amour, partie se réfugier dans une clinique psychiatrique face aux Pyrénées : elle peint inlassablement des toiles blanches puis noires telles des touches d'un piano invisible en écoutant en boucle les oeuvres de Schumann interprétées par François .

Peut-on jamais réparer ses erreurs ?

L'écriture de Gaëlle Josse est toujours aussi plaisante mais j'ai moins apprécié ce roman que ceux que j'avais déjà découverts .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 12:15
Les vacanciers d'Emma Staub

Fuyons à grandes enjambées la famille Post lorsqu'elle débarque dans une belle villa de Majorque pour 2 semaines de vacances .

Vacances, synonyme généralement de repos et de détente mais pas pour cette famille qui trimballe ses problèmes dans ses bagages : le couple : Franny qui passe son temps en cuisine et en courses et Jim qui a fauté avec la stagiaire et espère encore sauver son mariage, le fils Bobby et sa copine mal assortie Carmen, la fille Sylvia qui voudrait bien perdre sa virginité et le couple d'amis homosexuels dans le affres de l'adoption .

Psychologie de pacotille , cela en tout cas met les neurones en vacances mais exaspère les

nerfs ...

Entre banalités et caricatures, il est bien difficile de trouver un vrai plaisir à cette lecture que j'ai pourtant poursuivie courageusement jusqu'à la fin, Masse critique oblige ...

Merci à Babelio et aux éditions Presse de la cité .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 22:10
La fille du train de Paula Hawkins

Ca commence comme dans une émission de télé-réalité, du moins je l'imagine car ce n'est pas ma tasse de thé ou comme dans un jeu vidéo, je l'imagine aussi ... Une femme, Rachel, tous les matins observe de la vitre du train qui l'emmène à son travail , une certaine maison et ses habitants et leur invente une vie de rêve, jusqu'à ce que, un matin quelque chose cloche et là débute vraiment le suspens qu'il ne faut surtout pas dévoiler ...

Rachel a bien besoin de fantasmer sur la vie heureuse d'inconnus , elle qui est alcoolique, divorcée et qui a perdu son boulot, pourtant elle fait comme si, elle prend le train tous les matins et tous les soirs.

L'histoire est racontée à tour de rôle par des femmes, Rachel donc , Megan, la femme de la maison scrutée par la vitre du wagon et Anna, la nouvelle femme de Tom , l'ex de Rachel et voisine de Megan .

Aucune, en fait, n'a vraiment une existence simple, chacune traine à sa manière ses valises plus ou moins lourdes et encombrantes et cette complexité des personnages se mêle à la tension de l'intrigue en rajoutant une profondeur psychologique avec ses réflexions sur le couple et le désir, la maternité , la violence latente et la dépendance à l'alcool comme échappatoire à la médiocrité et à une vie ratée : on peut comprendre l'engouement que ce roman remporte: n'est-il pas un peu le reflet ou la crainte de chacun ?

On est plus embarqué dans un tortillard que dans un TGV, mais cela laisse le temps d'observer , de laisser monter la pression et cela est fort bien fait ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 17:49
Je veux devenir moine zen de Kiyohiro  Miura

Je veux devenir moine zen: c'est ce qu'annonce de but en blanc Ryôta , un petit garçon à son père lorsqu'ils rentrent tous deux d'une séance de zazen.

Ce n'est pas, contrairement à ce que le titre pourrait laisser supposer, la description des étapes de l'initiation d'un futur moine mais le cheminement de la réaction du père : réflexions sur l'ambition projetée sur ses enfants, sur la paternité et sur l'évolution d'un couple lorsqu'un enfant quitte le nid familial.

Pas évident pour ces parents d'accepter le choix de leur fils, on peut d'ailleurs se poser la question de savoir si cette affirmation formulée par un enfant si jeune n'est pas ensuite entretenue par les adultes , le père d'abord qui peine lui même à trouver le bon chemin dans sa vie par manque de courage et d'initiatives , et puis cette nonne vieillissante et peu sympathique qui voit dans le jeune garçon son successeur à la tête du temple.

Comment réagir lorsque votre fils change de prénom et de nom, à qui on attribue de nouveaux parents et ne revient plus au domicile familial, devenant un étranger pour les siens.

Pas facile de tourner la page !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 14:50
Légendes d'Afrique -collectif

Une couverture chatoyante pour un recueil de récits !

Grâce à la préface de Marc Bailly, le lecteur est prévenu qu'il s'agit d'une anthologie mélangeant la science-fiction, le fantastique (mais avec l'Afrique, on en est jamais bien loin ) et les contes.

Mon grand regret a été bien sur de ne découvrir aucun écrivain africain, ce qui est surprenant et fort dommage pour ce genre de livre.

Les textes sont dans l'ensemble assez courts, de bonne qualité pour la majorité, on sent que les auteurs se sont pris au jeu et que les Légendes africaines font encore rêver en relevant qu'un certain nombre de textes se passe en Egypte qui fait toujours autant fantasmé.

Ce livre satisfera ceux qui aiment les histoires brèves et représentera une pause récréative aux autres lecteurs.

Mention spéciale pour Gudule qui a inspiré l'idée de ce recueil à Marc Bailly avec son joli texte : La rose blanche du Caire et qui nous a quitté récemment; peut-être a t'elle été réincarnée en Reine égyptienne ?

Je remercie Babelio et les Editons Elenya pour ce moment hors du temps .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 16:09
Le Règne du vivant d'Alice Ferney

Qu'Alice Ferney se rassure : j'ai cru à la véracité du personnage principal : l'activiste Magnus Wallace et j'aurai bien aimé voir les films tournés pendant les expéditions de l'Arrowhead par le cinéaste et narrateur des événements Gerald Asmussen .

En fait, il s'avère , artifice ou volonté de la part de l'auteur, que ce traqueur de chasseurs de baleines ressemble fort à Paul Watson, éco-guerrier comme il se nomme lui-même et fondateur de la Sea Shepherd Conservation Society ...

Le prologue est magnifique et on est plongé immédiatement , enfin plongé étant une image car l'eau n'est pas bien chaude ... au milieu de l'océan austral dans le sillage des majestueuses baleines à la poursuite des navires usines japonais décimeurs de cétacés .

Combat d'écologistes engagés aussi bien dans la réserve marine des Iles Galapagos contre les pécheurs à la palangre que dans les eaux du Costa Rica contre les coupeurs d'ailerons de requin.

Difficile de ne pas constater et déplorer la vaste prédation que l'homme pratique dans le milieu marin, les causes en sont multiples mais les résultats malheureusement aboutissent à une dégradation de la diversité et à une pollution délétère pour le Règne du vivant dont il fait également partie même si les profits immédiats sont placés au premier plan.

Des Magnus Wallace, il y en a heureusement quelques uns sur mer et sur terre dont Paul Watson mais leurs combats sont d'autant plus difficiles que ces activistes sont peu, voire pas suivis par les instances dirigeantes, vus plutôt comme perturbateurs de l'ordre public .

Alice Ferney sort de ses sentiers habituels avec un roman qui montre sans juger mais qui fait réfléchir le lecteur sans doute déjà convaincu par avance lorsqu'il fait le choix de sa lecture , on ne peut rester insensible et passif : ce n'est pas imaginable que cette bataille soit déjà perdue !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 21:21
Pietra viva de Leonor de Recondo

Léger comme la poussière du marbre, s'infiltrant dans chaque interstice, chaque pore de la peau, voile blanc comme la grâce des courbes des statues du jeune maitre Michelangello .

Puissant comme le bloc de marbre qui tombe de la montagne poussé par les tailleurs de pierre que le sculpteur aime fréquenter ;

Dur comme le centre de la pierre sous le ciseau de l'artiste et comme la carapace qui entoure son coeur, cette pietra viva mais qui va aussi se fissurer comme la veine minérale et se mettre à vibrer pour le rire d'un enfant, un parfum oublié et le visage de la mère disparue effacé par les années .

Un petit moment d'éternité en quelques pages .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens