Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 09:49
La maison où je suis mort autrefois de Keigo Higashino

Qu'en est-il des souvenirs de notre petite enfance entre ceux que l'on nous a maintes fois racontés et les photos des albums que l'on regarde avec nostalgie .

Pour Sayaka , rien de cela , ses premières années sont un grand vide dans sa mémoire qu'elle a refoulé jusqu'à recevoir, à la mort de son père, une clé et un plan d'accès .

Cette jeune femme, mariée à un homme parti travailler plusieurs mois à l'étranger et mère d'une petite fille, s'adresse à son ancien compagnon pour découvrir ce lieu mystérieux: elle est persuadé qu'il a un rapport avec son enfance et que cela va déclencher le processus de mémoire

Grace à la perspicacité du jeune homme toujours épris de Sayaka, le voile du passé se déchire peu à peu , au fur et à mesure de l'exploration des pièces de la maison perdue au fond des bois , de la découverte du journal intime du jeune garçon y ayant habité mais tout apparait suspendu dans le temps , comme les horloges arrêtées à la même heure, dans un passé qui remonte à l'enfance de Sayaka. Un voyage étrange dans les souvenirs d'autres personnes , les secrets cachés, une impression d'intrusion dans l'intime : cela suffit-il à comprendre pourquoi Sayaka maltraite sa petite fille, incapable de l'aimer , chacun est libre de faire sa propre interprétation, l'auteur se gardant bien de juger ou d'expliquer .

Un suspens très bien maintenu pendant tout le roman et qui rend cette lecture haletante même s'il m'a été difficile de ressentir une véritable émotion, le personnage de Sayaka restant à mon avis bien ambigu.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 10:39
Un destin d'exception de Richard Yates

Un destin d'exception : qui n'a pas rêvé d'avoir une vie sortant de l'ordinaire ? mais pour Alice Prendice c'est une certitude , la valeur de ses sculptures va obligatoirement être reconnue et toutes ses décisions et pensées sont dirigées vers ce but.

Elle entraine dans ce sillage d'illusions et de vie bien au dessus de ses moyens et de la pension alimentaire qu'elle perçoit de Georges son ex mari , son fils , Bobby balloté depuis son plus jeune âge de ville en ville .

Bobby, à son tour, cherche une certaine reconnaissance en s'engageant à , à peine 18 ans, dans l'armée pour participer à la fin du conflit mondial en Europe en 1944;

Après une préparation militaire trop courte, l'arrivée sur le théâtre des combats de ces jeunes hommes et en particulier de Bobby, voit leurs idéaux se transformer en incompréhension et en décalage permanent .

Roman présenté à deux voix selon les époques , celles d'Alice et ses délires et de Bobby et ses doutes .

Richard Yates a l'art de nous rendre attachants ces deux personnages totalement hors réalité et finalement foncièrement malheureux et désadaptés face à une vie qui ne correspond pas à leur rêves .

Une belle lecture !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 11:12
Le livre du Roi d'Arnaldur Indriôason

Il m'a manqué un vrai souffle à cette intrigue pour la trouver palpitante .

C'est dommage car la recherche du Livre du Roi, une des sagas islandaises considérées comme faisant partie du patrimoine de ce pays, est menée par un tandem qui se veut original entre un vieux prof grincheux, intrépide et alcoolique et un jeune étudiant timoré arrivant tout droit de son île natale , poursuivi par des méchants , nostalgiques du troisième Reich à cette époque un peu flottante des années 1955 à travers différents pays d'Europe hors l'Islande (c'est bien dommage !) .

On y retrouve des éléments historiques intéressants sur la tentative d'appropriation des légendes nordiques par les nazis et de l'utilisation par le compositeur Richard Wagner de thèmes de sagas islandaises ( ce qu'ont d'ailleurs également fait Shakespeare et Tolkien ) mais la façon de raconter cette chasse aux livres par l'auteur est souvent chaotique manquant de rythme et j'ai trouvé cette lecture assez rébarbative.

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 15:49
L'appel des Origines Tome 3 : Sanyanga de Callède- Séjourné- Verney

Tome 3 qu'il vaut mieux enchainer rapidement car nous avons laissé Anna en pleine brousse sur la piste son père ...

Ce dernier tome nous immerge d'emblée dans la savane et ses dangers entre lions, scorpions, chasseurs blancs sans scrupule et peuplades indigènes parfois hostiles .

La nuit, aux feulements des fauves s'ajoute le son du tam-tam obsédant au fur et à mesure que la troupe s'avance vers les contrées mystérieuses de Sanyanga .

La découverte du carnet d'un assistant leur en apprend plus sur les difficultés rencontrées par les hommes les ont précédés mais ce sont tombes et squelettes que rencontrent Anna et ses amis, y a t'il des survivants ? .

La traque se poursuit jusqu'au berceau de l'humanité là où tout commence et où tout finit ...

Le scénario est bien mené sur l'ensemble de cette bande dessinée, l'originalité tenant en grande partie à l'héroïne Anna, métisse, dont la place à la fois dans la société blanche et le monde noir est vue avec méfiance voire avec hostilité .

L'histoire personnelle de cette jeune femme se mêle astucieusement à celle de cette époque si mouvementée des années 1920 et croise le chemin de quelques personnages célèbres comme Karen Blixen .

Un bon moment de lecture avec des planches au graphisme classique mais beau .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 15:21
L'appel des origines Tome 2 : Nairobi de Callède- Séjourné - Verney

J'avais laissé Anna s'embarquant sur le paquebot vers l'Afrique, espérant retrouver les traces de son père disparu pendant une expédition .

L'arrivée sur le continent noir est un émerveillement pour la jeune femme mais Anna se heurte aux préjugés de la bonne société des Blancs .

Il y a dans cet album pas mal de clichés et il ne retrouve son rythme que lorsque l'équipe part enfin en brousse et se dirige vers le camp de base des scientifiques de l'expédition perdue .

Heureusement les dessins sont toujours aussi bien réussis .

La loi de la jungle est impitoyable et les morts accidentelles se succèdent ...

Arriveront-ils à savoir ce qu'est devenue l'expédition : vous le saurez en lisant le prochain épisode !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 16:56
Soudain seuls d'Isabelle Autissier

Mea culpa : je n'aurais jamais imaginé sans les bonnes critiques sur ce roman qu'Isabelle Autissier ait une aussi jolie plume .

Commençant comme une escapade aventureuse en amoureux, l'histoire de Louise et Lucas vire au cauchemar lorsqu'ils se retrouvent bloqués dans la Baie de Stromless, dans les eaux australes entre la Patagonie et l'Afrique du Sud .

Cette aventure , qui pourrait s'appeler Soudain, seul (e) fait résonner en soi tout ce à quoi on est attaché sans s'en rendre compte dans notre vie quotidienne et jusqu'où on est prêt à aller pour l'autre lorsque sa survie personnelle est en jeu: abnégation -amour : jusqu'à quelle extrémité peut -on aller ...

Et c'est en cela que ce livre est également dérangeant parce qu'il reflète nos propres limites. Aurions-nous fait mieux que Louise et Lucas et comment recommencer une vie ordinaire après ces semaines en conditions extrêmes ?

Un livre passionnant .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 11:27
Les clochards celestes de Jack Kerouak

Que les fans de Jack Kerouak me pardonnent deux choses:

La première, mais là c'est réparé : je n'avais jamais lu de roman de ce grand écrivain ...

La deuxième, plus difficile à avouer : je me suis demandée assez longtemps si c'était du premier ou du second degré .

C'est d'abord par méconnaissance de ce mouvement littéraire et artistique des années 1950 aux Etats Unis et de ses protagonistes comme Gary Snider .

Je connaissais, bien sur, le mouvement "Beat génération "mais sans le relier au bouddhisme Zen.

D'ailleurs, j'ai eu une certaine difficulté à trouver l'esprit du bouddhisme dans les moeurs sexuelles fort libérées de ces jeunes gens qui refusent toute convention et où l'alcool et la drogue semblent également un principe de base !

On est loin de la sagesse et de la réserve du moine Matthieu Ricard ...

Seul ce besoin de grands espaces, de nature sauvage parait propice à la méditation, à l'évasion mais lors de leurs randonnées dans les montagnes nos lascars partent en espadrilles, sans sac de couchage loin des préceptes de base de tout montagnard !

On peut envier, bien sûr, cette façon de penser et de vivre, détachée des boulets que l'on traine quotidiennement , des contingences matérielles , cette liberté loin de toute obligation morale : c'est bien ce qui a entrainé une partie de la génération dans le mouvement hippie mais pour moi cette lecture arrive beaucoup trop tard dans mon cheminement idéologique !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 15:20
La fille du fossoyeur de J.C Oates

Wouates !, quel morceau de bravoure pour le pauvre lecteur lorsqu'il s'immisce dans la vie de Rebecca Schwart car il y a peu de moments de répit dans ce roman assez long de Dame Oates .

Entre sa naissance à bord du bateau qui transporte sa famille fuyant l'Allemagne en 1936 , son enfance entre son père ancien professeur de mathématiques devenu fossoyeur en arrivant comme immigré dans la petite ville de Milburn , logé avec sa famille dans une masure insalubre, sa mère qui ne s'habitue pas à sa nouvelle vie et ses frères qui tournent mal , Rebecca devient la fille du fossoyeur ...

Lorsque son père tue sa mère et se suicide, on pourrait espérer que Rebecca va commencer une vie plus sereine chez son ancienne institutrice mais c'est sans compter sa rencontre avec un homme violent qui devient son mari et qu'elle va fuir sa vie durant , devenant Hazel Jones en emmenant dans sa fuite son fils dont l'insouciance de l'enfance lui est volée .

Seule la musique apporte une note de douceur et d'espoir, celle entendue à la radio puis celle que son fils va jouer .

C'est un roman comme le fait souvent J.C Oates où il faut s'accrocher car tout est disséqué, analysé avec finesse mais quelle maitrise : on ne peut que s'incliner et saluer l'artiste .

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 15:27
Les brumes de l'apparence de Frédérique Deghelt

Ecrivain que j'avais découvert et apprécié dans La grand- mère de Jade , Frédérique Deghelt a visiblement plusieurs cordes à son arc mais qui ne font pas mon bonheur de lectrice !

J'avais déjà été bien déçu par La nonne et le Brigand , alors pourquoi récidiver ? je suis une impardonnable optimiste ou une incurable naïve ...

L'héroïne, Gabrielle est une parisienne comme les imaginent les pauvres provinciaux dont je fais partie, pourvue d'un mari que l'on voit heureusement peu mais d'emblée horripilant, une femme qui déteste tout ce qui touche la campagne et la nature, la description faite par l'auteur est poussée au delà de la caricature, ce qui est vite pénible d'autant que l'on se doute bien vite que son héritage campagnard tombé du ciel (ou de l'enfer) va virer à un épisode de Koh Lanta ou de Fort Boyard, au choix .

Mais c'est sans compter sur les esprits et les revenants, les ancêtres sorciers et les bonnes âmes qui vont transformer le séjour de Gabrielle en un remake d'Exorciste .

Certes j'ai un parti-pris évident, étant assez allergique à tout ce qui tourne autour de l'ésotérisme, peut-être devrais-je envisager à l'avenir (dans les boules de cristal ...) de lire les quatrièmes de couverture ...

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 21:31
 Manuel de la jungle de Nicoby, Joub et Copin

Avec comme titre : Manuel de la Jungle, on ne sait pas trop où on s'embarque: dans la jungle, ça c'est certain mais entre Manuel de survie en milieu hostile , Manuel des Castors juniors et L'écho des Savanes, il y a un grand pas mais finalement en refermant cette BD à la lecture réjouissante , on se demande s'il n'y a pas un doux mélange des genres.

Le propos est bien introduit par une page d'explication qui présente les principaux protagonistes , en particulier Olivier, prof de son état mais surtout explorateur , accompagné de son complice Jérome le chasseur de perroquet.

Et voilà nos deux dessinateurs embarqués au fin fond de la forêt amazonienne pour un voyage initiatique au coeur de la jungle, l'enfer vert entouré de prédateurs petits et gros : mygales, serpents, crocodiles, jaguars etc... mais Olivier et Jérome, pas profs pour rien expliquent : la faune, la flore , les carbets et racontent leurs histoires de chasse .

Après avoir découvert la forêt, expédition en bateau sur la forêt noyée, et là, il faut faire face à un tout autre danger : les camps des orpailleurs clandestins !

Que de dangers réels ou fantasmés ( pas tant que ça à mon avis ... ) pour les dessinateurs en goguette , le moindre bruit les fait sursauter .

Et entre ces dessins goguenards où Joub et Nico n'hésitent pas à se ridiculiser en grossissant le trait , Olivier raconte l'histoire tragique d'un amérindien Domingo qui reflète la dure réalité de la vie en Guyane .

Belle coopération en ce qui concerne les illustrations de Nicoby et Joub avec en particulier de jolies aquarelles .

Merci à Babelio et aux Editions Dupuis pour cette plaisante ballade en Guyane, surtout quand on reste dans son fauteuil à rire des autres !

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens