Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 17:48
La chambre des époux d'Eric Reinhardt

Comment qualifier ce livre : récit plutôt que roman ...

Le premier chapitre raconte l'annonce du cancer du sein chez la femme de l'écrivain et en même temps que le lourd traitement qu'elle subit, l'écriture d'un roman que l'auteur a commencé et que sa femme lui demande de terminer pour la fin de son traitement , un combat pour chacun et un aboutissement : comme la fin d'une histoire quand on tourne la dernière page du livre , une maladie dont on guérit quand le traitement est fini ...Ce récit avait été publié dans une revue et il se suffit en soi !

Mais ce n'est pas si simple : Pour Margot, reste suspendue la menace d'une récidive pendant cinq ans , pour l'auteur, l'impression que cet écrit restera unique dans son élan créateur , pour le couple , si leur amour sort renforcé par l'épreuve, il en est également modifié , un changement qui n'est pas apparent de prime abord .

Comment peut-on qualifier l'état d'esprit de l'écrivain , une torpide dépression s'empare de lui, un besoin de sauver les autres femmes , de préférence jeunes et  jolies, atteintes de cancer , l'impossibilité de concevoir leur mort , mais ce sont aussi des pulsions sexuelles que j'ai trouvées morbides , la description de son état mental est maniérée jusqu'à l'agacement pour ma part ...

L'avantage d'un écrivain est qu'il peut habilement  substituer son tourment en créant des personnages , on peut d'ailleurs penser que ceci est la base de l'écriture pour un certain nombre d'auteurs et c'est ce que fait Eric Reinhardt avec le couple Nicolas- Mathilde , lui est compositeur et chef d'orchestre et crée pendant le traitement du cancer de sa femme une pièce musicale exceptionnelle , il joue chaque jour pour sa femme ce qu'il compose .

Nicolas ressent de la compassion qui se confond avec un élan amoureux  pour Marie, une jeune femme atteinte d'un cancer dont elle a miraculeusement guérie mais qui va rechuter deux ans plus tard et il va l'accompagner  jusque dans ces derniers jours .

La réalité (jusqu'où ?) se superpose à la pseudo-fiction, les prénoms féminins s'emmêlent et, pour être honnête, on tourne en rond autour des fantasmes de l'écrivain et de son manque d'inspiration !  Ses rapports avec la création littéraire semblent plus que laborieux , sa fausse modestie quant à ses futurs écrits frise tout de même la manipulation : comment oser parler de retraite quand on pense au nombre d'écrivains âgés toujours aussi prolifiques , je ne citerai que Jean d'Ormesson  ...Certes Eric Reinhardt écrit très bien mais que de préciosité par moment lorsqu'il part dans de longues descriptions .

Les femmes ont plus la place d'objet, principalement objet de désir  et de faire valoir , il y a peu de pages sur ce qu'elles ressentent vis à vis de leur maladie, c'est fort dommage, mais nous ne sommes pas, me direz-vous dans un livre témoignage de patientes. Lorsque l'auteur leur laisse la parole par l'intermédiaire de Mathilde-Margot pour exprimer les changements de leur corps, la transformation lié aux traitements, on touche à quelque chose de plus intime, plus humain et  émouvant : les années perdues de ces femmes encore jeunes qui basculent d'un coup vers un état crépusculaire , mais, comme je l'ai déjà dit, là n'est pas le propos du livre .

Premier livre lu de cet auteur, ce n'est peut-être pas celui par lequel aborder ses oeuvres ...

 

Je remercie les Editions Gallimard et Babelio de leur confiance pour cette lecture en avant première .

 

 

 

 

 

 

 

Texte court qui a été publié dans une revue .

Le reste = redite avec les mêmes ou en modifiant le nom des personnages et le métier du mari : Nicolas est compositeur et chef d'orchestre .

Psychothérapie ?

Ce qui me déplait : étalement de l'intime , il en rajoute quant aux larmes ou a t'il fait vraiment une dépression , besoin de sauver les autres femmes avec quand même une forte connotation sexuelle qui apparait plutôt malsaine ...

Idéaliser son couple , c'est peut-être vrai mais il fait parler la femme de Nicolas parce que cela doit quand même l'arranger ...

Rapports avec la création littéraire difficiles , il évoque sa retraite = Jean d'Ormesson écrit toujours à 90 ans - c'est choquant 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

commentaires

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens