Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 08:57
Dans la forêt de Jean Hegland

Que deviendrait-on soi-même  si tout ce qui constitue la charpente de notre vie actuelle disparaissait : plus d'électricité, plus de transports, plus de magasins et plus de voisins ? 

Eva et Nell , deux soeurs adolescentes n'ont pas une vie ordinaire puisque leurs parents ont décidé quelques années plus tôt d'aller vivre dans une maison isolée près de la forêt et que l'école étant loin, les filles recevraient quelques cours , à domicile .donnés par leur père , professeur  . 

Les oisillons ont envie de quitter le nid et Eva rêve d'intégrer une école de danse et Nell de rentrer à Havard ...

La mort de leur mère marque un double  tournant  car au chagrin de cette perte , interviennent de graves troubles et la disparition de l'électricité, du téléphone et de l'essence sans que l'on sache vraiment pourquoi en dehors de quelques rumeurs  et  qui rend leur isolement complet .

On s'organise avec les ressources du jardin et de l'atelier jusqu'à ce que le père meurt également .

Après une période de prostration , Eva recommence à danser et Nell dans son cahier décrit leur quotidien et dévore l'Encyclopédie .

Règne de la débrouille et de l'inventivité , elles inventorient chaque objet , optimisent le jardin et les ressources de la forêt, fortes du lien fusionnel qui les unit , consultent les vieux livres, ceux qui décrivent les plantes . 

Une réflexion sur les ressources vitales que l'homme puise en lui quand on le dépossède de tout sauf de l'amour , elles sont deux et même si elles ne sont pas toujours du même avis, leur soutien est essentiel à leur survie .

Ce n'est ni un roman de science- fiction , ni un manuel de survie à l'usage de l'homme des bois , c'est une ouverture à une autre vie plus proche de la nature où tout ce qui semblait indispensable devient dérisoire , pourtant ce n'est pas une vision édénique :  leur isolement est totalement relatif, elles ne sont à  l'abri ni des vagabonds ni des bêtes sauvages sans oublier leurs propres démons : elles sont jeunes et elles ont été propulsées dans un présent sans réel vision d'avenir alors qu'elles sortent de l'enfance et n' avaient encore que des rêves sans les avoir vécus ......

C'est bien écrit, seule la fin peut prêter à discussion , je me suis interrogée en cours de lecture sur la chute possible , elle m'a paru de toute façon délicate vu le thème et le peu d'informations délivrées au lecteur sur les causes de ce bouleversement ,  il fallait bien que l'écrivain conclut !

Partager cet article

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

commentaires

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens