Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 11:25
2084- la fin du monde de Boualem Sansal

Après bien des hésitations , je me lance finalement dans la lecture de ce roman dystopique : 2084-la fin du monde.

Le fait de prévenir en début du roman que l' histoire, les lieux et personnages sont inventés permet à l'auteur de passer outre la vraisemblance et la probabilité d'un tel avenir (ou du moins c'est ce qu'on s'efforce de croire ) : la suprématie d'un empire théocratique appelé l'Abistan dont on peut faire remonter la naissance après la Grande guerre de religion à vraisemblablement 2084, un pays sans frontière connue, où l'individu n'existe plus en tant qu'être humain à part entière mais comme élément faisant partie d'un ensemble parlant une même langue simplifiée, sans passé et sans avenir dans un monde uniforme rythmé par les prières, les périodes d'abstinence, les examens de conscience et avec comme unique but les pèlerinages sur les lieux saints .

Un totalitarisme théocratique où l'homme en tant qu'individu n'existe plus et ne se rebelle pas , l'allégeance allant de soi : cela fait froid dans le dos ...

Ati, un citoyen de l'Abistan a été isolé dans un sanatorium perdu dans la montagne . Est ce parce qu'il a côtoyé la mort de près, qu'il a vécu cloitré ou qu'il a été rejeté par la société, la tuberculose étant considéré comme un fléau , qu'il s'interroge sur ce qui peut exister d'autre en dehors de ce pays ,et qu'il se pose des questions sur la religion et sur la foi.

Débute alors lorsqu'il revient à la capitale Qossabad la partie que j'ai préférée : sa prise de conscience d'autres vies que celles que l'on impose à la population : les luttes de pouvoir, la richesse et la concupiscence des élites mais aussi les ghettos et leurs bidonvilles dans lesquels sont entassés les rares non croyants .

J'ai trouvé que la lecture de cette fable était souvent difficile, le propos m' a paru parfois confus ce qui nuit à la fluidité du récit et je suis restée à l'extérieur, spectatrice un peu agacée par un certain verbiage , sans doute faut-il le reprendre plusieurs fois ...

Partager cet article

Repost 0
Published by spleen - dans litterature
commenter cet article

commentaires

Au Milieu De L'océan De Mes Pensées, Un Petit Radeau

  • : le journal de Louloune
  • : Parler de mes lectures, partager mes coups de coeur,mes bonnes et aussi mes moins bonnes surprises, decouvrir d'autres choses...
  • Contact

Recherche

Liens